Quoi de mieux que de fêter la Saint Valentin au El Diablo ? À vrai dire, rien ! La rédaction avait juste envie de passer du bon temps en assistant à l’une des programmations de l’association Riffeater. L’association continue à faire parler d’elle. Il faut dire qu’elle est souvent à l’origine de concerts assez mémorables… Et ce n’est pas aujourd’hui qu’on en fera du tort !

 

C’est Spiritual Driver qui ouvre les hostilités. Mais où est donc passé Cedric ? Le batteur, blessé, ne pouvait pas assurer la date et a laissé un de ses amis se charger de le remplacer. Lui, n’avait qu’à apprécier le concert de ses comparses en bonne compagnie. Comme à son habitude, Spiritual Driver ne déçoit pas en jouant la totalité de son premier opus Groove & Power. Il faut que dire que les titres « Madness », « Brand New Start » et « The Haunter », taillés pour la scène, remuent une partie de la salle ! Tout y est pour rendre le concert agréable: le son est plus que correct, les musiciens sont en forme et Djo entretient une relation des plus honorable avec son public ! « Jump le El Diablo » ! Oh oui ! Et pourquoi ne pas couronner le tout en invitant leur ami, Fred (One Eye Dollar, W.I.LD.) sur scène pour interpréter l’ultime morceau de leur set, « Gary Cooper (a perfect silent type) » ? C’est dorénavant chose faite ! Bravo.

 

Place à Seeds Of Mary. Les Bordelais, en mini-tournée, ne cachent pas leur joie de se produire au El Diablo ce soir. Pour eux, l’intérêt d’une telle venue était de vanter les mérites de leur premier album, Choose Your Lie ! Et c’est ce qu’ils feront ! Grâce à leurs tubes, mêlant des styles comme le Hard Rock et la Pop Rock, Seeds Of Mary a réussi à conquérir une partie du public ce soir. Mais l’ambiance a totalement changé, le public n’est plus le même ! Il semble même s’être féminimisé… Pourquoi ? C’est un mystère ! Cela n’a toutefois pas gâché notre plaisir. Au contraire, la rédaction était en bonne compagnie et a pu apprécier avec aise les exploits vocaux (et pas que) de Jérem qui s’est vu descendre une bonne partie de la bouteille de Jack Daniel’s qui lui était réservée pour fêter dignement son anniversaire. L’ambiance est festive et paraît-il que nous sommes un meilleur public que Paris ! Trêve de plaisanteries… Hélas, nous sommes déjà au rappel: « Them Bones » d’Alice In Chains. Encore une fois, rien à redire, tout est bien joué… Mais pourquoi le groupe sonne t-il trop « propre » ? Tout était parfait, voir (trop ?) carré… Un bon concert, mais nous sommes restés sur notre faim.

 

Obsolete Radio n’était peut-être pas le groupe le plus attendu de la soirée, mais nous nous attendions pas à nous prendre une telle claque. La bande à Nicolas déboule sur scène et vite, ça dégénère. Le son est bon et la basse de Hugo est vraiment bien mise en avant sur des titres comme « Macback ». La recette fonctionne à merveille sur l’ensemble du corpus. Même si la salle s’est vidée, les membres d’Obsolete Radio s’amusent à briser le quatrième mur qui les séparent du public en allant à sa rencontre. Et quelle énergie ! Leur Groovy Post-Hardcore n’a laissé personne indifférent et leurs fans le leur rendent bien. Certains se sont même vus s’agenouiller devant leurs aïeux pendant « Angry », interprété car ils sont « en colère » ! Tous les prétextes étaient bons pour présenter leurs titres: soit c’était un hommage à leur chien, soit c’était car ils aiment la radio, soit car ils sont « accros aux tartes à la pomme et au sexe » ! Cette nonchalance a abouti à des titres décalés puant la débauche à des kilomètres. Et à vrai dire, nous pouvions même voir les membres de Seeds Of Mary regarder le concert d’un oeil attentif ! Pour faire court, Obsolete Radio est la grosse découverte de la soirée. Vivement la sortie de leur premier album !

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.