MESHUGGAH

THE VIOLENT SLEEP OF REASON 

Nuclear Blast

Metal Progressif / Metal avantgardiste

9/10

Disponible

Voir un nouvel album de Meshuggah débarquer, c’est un peu comme annoncer à un enfant que le père noël est passé le soir du réveillon. Un sentiment d’excitation nous envahit, puis un frisson parcourt notre corps. Vont-ils encore nous emmener dans cette contrée lointaine faite de polyrythmies complètement déjantées, de structures alambiquées, de solos galactiques et d’ambiances déconcertantes ? Est-ce que ce nouvel opus The Violent Sleep Of Reason est à la hauteur du désormais classique Koloss sorti en 2012 ?

Dès les premières notes, on comprend vite que les Suédois ne sont une nouvelle fois pas venus pour vendre des tongues à un pied palmé.  « Clockworks » lance les hostilités sur un rythme gras et complétement déjanté. Les ghost-notes pleuvent quand arrive le premier solo dissonant venant d’un monde lointain. Cette entrée en matière est assez représentative du début de l’album puis « Born In Dissonance » et « By The Ton » s’enchaînent sans laisser de temps à l’auditeur d’assimiler le tout. Meshuggah pose directement les bases solides pour que le tout assidu du combo trouve ses repères. Je vois déjà venir les réfractaires de la première heure venir me susurrer à l’oreille : « Oui, encore du réchauffé quoi ! » Et bien non, petits sacripants !  Comme pour Chaosphère ou Obzen en son temps, pour ne citer qu’eux, « Violent Sleep Of Reason » pousse encore plus loin le concept meshuggien. L’hydre à cinq têtes n’a décidemment pas fini de repousser ses limites. Tout d’abord parce que ce 8ème chapitre studio a été enregistré « à l’ancienne », en prises live. Le rendu est donc beaucoup plus naturel et moins « froid », critique que certains n’oubliaient pas d’émettre. Certains titres comme « Stifled » et « Monstrocity » sonnent beaucoup plus catchy que ce que l’on était en droit d’attendre. Et ça leur va bien ! La complexité rythmique de la batterie, associée aux plans de guitares agressifs et saccadés donne à « Nostrum » un certain côté épique. Certainement l’un des meilleurs titres de l’album. « Into Decay » clôture cet ensemble avec l’impression qu’une machine lourde et oppressante est venue pour définitivement vous anéantir.

Avec The Violent Sleep Of Reason, les Suédois prouvent une fois de plus que leur originalité et leur créativité sont restées intactes. Les patrons du progressif remportent les débats haut la main.  Le rouleau compresseur est toujours en marche.

www.meshuggah.net

A propos de l'auteur

Kévin

(nin nin) - 1m80 pour 89kg de tendresse/ 35ans ✠ Bassiste chez LUDA, Confessions of D. et John Grizzly ✠ Régisseur/technicien pour la troupe "les femmes en marche" ✠ Rédacteur/chroniqueur chez Sounds Like Hell ✠ STYLES DE PRÉDILECTION : Black/Death/technical death/progressif/stoner/doom/trash

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.