Dark Funeral au Métaphone d’Oignies ? Non vous ne rêvez pas ! Au programme de ce 4 novembre : les locaux de God Of Death, les excellents Krisiun et Dark Funeral qu’il n’est plus utile de présenter pour les Black Metalheads. Une soirée tout en noirceur et en brutalité en vue.

C’est à God Of Death que revient la tâche de chauffer la salle en ce début de soirée. Nous ne connaissions la formation que de nom, c’était donc l’occasion rêvée pour la découvrir sur scène. Même si les compositions sont à la fois techniques et brutales, l’univers hybride du quatuor mêlant Death et Black Metal à l’ancienne aura du mal à nous tenir en haleine. Un sentiment de linéarité est trop présent sur les différents titres joués ce soir. Aucun morceau ne se démarque des autres… Dommage, parce que l’on sent bien que le groupe connaît son sujet et s’est efforcé de proposer un set riche et intéressant. Malgré tout, la salle continue de se remplir et semble conquise par le show livré par les locaux.

 

 

Un live de Krisiun c’est un peu comme monter sur un ring face à Mohamed Ali. Les Brésiliens distribuent des tartes non-stop et clairement, c’est ce qu’on attendait de la part de la formation, ceux qui les ont déjà vus le savent. Pour les autres, le trio a déjà parcouru le monde pour distiller sa musique sur scène, autant vous dire que Krisiun met à profit toute son expérience quand il se produit et cette prestation au Metaphone ne fera pas exception à la règle.

Les titres s’enchaînent, mais les musiciens  ne perdent pas de leur vitalité, c’est un véritable mur de son que la troupe envoie dans le pit. Les trois musiciens assurent leur show et le public leur rend bien, la fosse est déchainée, ça bouge de partout, mais ça n’empêchera pas Alex (chant/basse) de tenter de motiver le reste des spectateurs à faire trembler les murs de la salle.

La setlist de ce soir est un condensé de la carrière de Krisiun, c’est tranchant, incisif et brutal. Pas de doute, la formation n’a pas perdue son énergie malgré les années ! Alex est très communicatif avec son public qu’il n’oubliera pas de remercier systématiquement à la fin de chaque morceau. Les brésiliens en auront étonné plus d’un en faisant une reprise de « Ace Of Spades » de Motörhead, et même si la prestation n’était pas à la hauteur du reste du set, on aura néanmoins apprécié cet hommage à feu Lemmy. Le final était tout simplement parfait avec « Black Force Remain » qui clôturait avec brio ce live apprécié par beaucoup.

 

 

Place au tant attendu Dark Funeral. Les backdrops à l’effigie de Where Shadows Forever Reign le tout dernier album des suédois ainsi que l’énorme pentacle et la croix inversée rendent la scène hypnotique. Le groupe arrive sur scène en portant l’armure que l’on connait et entame son live avec le titre « Unchain My Soul » qui marquera le début des problèmes de son pendant la prestation. La puissante hargne qu’était censé véhiculer ce morceau a été étouffée dans l’œuf, puisque les ingés-son n’ont pas réussi pas à corriger le tir. La batterie reste omniprésente et couvre le reste du groupe sur la totalité du titre.

Même si les musiciens semblent passablement agacés par la situation – à l’image de la claque qu’a mise Chaq Mol à un roadie tentant de régler un problème de jack -, le quintet assure son show et nous livre un live à la fois théâtral et imposant. Notons qu’il aura quand même fallu attendre le deuxième titre « 666«  pour que le son soit à peu près audible même si la basse restera inexistante tout du long. La salle est maintenant comme hypnotisée par Dark Funeral surtout grâce à Heljarmadr qui se promènera le long de la scène à l’instar de ses frères d’arme qui resterons plutôt statiques.

Heljarmadr justement, était attendu au tournant par les fans puisqu’il remplace le monstrueux Emperor Magus Caligula. Et il faut dire qu’il assure le bougre, dans un style différent de son prédécesseur, oui mais quand même ! Petit hic tout de même, on ne saura pas dire si les soucis sonores se sont propagés au micro mais sur la fin de la prestation, la voix est passée un niveau en dessous des instruments, ce qui nous a donné du fil à retordre pour profiter pleinement de certaines parties de chant. Alors soucis technique ou faiblesse vocale ? Toute la question est là. Du côté de la fosse, le public reste impassible malgré les tentatives du chanteur pour réveiller la bête, et ce, jusque « Where Shadows Forever Reign » qui clôture la soirée.

 

 

Le Métaphone nous aura encore gâtés avec cette soirée de qualité. Vous l’aurez compris, on regrettera juste les problèmes de son qui ont entaché la prestation du monstre Dark Funeral et les lights sur God Of Death et Krisiun qui n’auront pas été à la hauteur de la soirée.

Crédits Photos : François Lampin – Fransland.fr

A propos de l'auteur

Avatar

Webmaster / Redacteur / Graphiste - HERETIK ✠ Polyvalent @Tyrant Fest ✠ Bassiste chez LUDA ✠ Styles de prédilections : Black/Post anything/Sludge/Doom

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.