Vous le savez – ce n’est pas nouveau – Sounds Like Hell Fanzine soutient le BetiZfest et a soutenu le tremplin qui s’est tenu au Garage Café ce samedi ! Trois groupes avaient réussi à mobiliser leurs fans pour accéder à la finale: les Ocean Encounters, les First Rage et les Headblaster ! La bataille fut rude, mais un seul l’a remportée ! 

Le jury n’était pas le seul à choisir le gagnant ce soir… Le public était également invité à voter pour son groupe favori ! Pour ce faire, trois urnes étaient disposées à quelques mètres de la scène. Mais le choix du public ne comptait que pour la moitié des points… Le jury avait son mot à dire ! Les groupes étaient évalués en fonction de la qualité du show proposé. Il fallait, par exemple, que leur présence scénique soit irréprochable et bien sûr le show carré, pertinent de bout en bout. Le stress monte et les Ocean Encounters ouvrent les hostilités.

Venus de Tournai, ces musiciens ont voulu nous proposer un Metalcore parsemé de touches personnelles diverses et variées. Mais malheureusement, les Ocean Encounters n’arriveront pas à mobiliser le public… Il faut dire que le son est un peu brouillon. On a eu du mal à distinguer toutes les parties guitare, et lorsque nous y sommes parvenus, elles manquaient de justesse. Dommage car le Metalcore des Tournaisiens est actuel. Il mêle break-downs, passages criés et déconstruits… Malheureusement, ça ne passe pas et la salle se vide progressivement… Et pourtant, le frontman a tout donné ! Il n’a pas hésité à inviter les fans de boisson partis se réfugier au bar à se rendre aux abords de la scène… Malgré tout, nous aurons retenu l’image d’un groupe en pleine évolution ! Leur frontman a même salué leur nouveau, futur bassiste présent dans le public ! Une belle aventure pour cette formation, qui après la fin de son concert, espère encore remporter le fameux sésame.

Place à First Rage ! Et c’est que la formation n’a pas eu de bol la veille de sa prestation dans la région… Sa salle de répétition a été dévalisée, les platines avec… Vengeance personnelle ? On n’en sait rien ! Mais rien n’a refroidi ces gaillards. Ils sont là pour gagner quoi qu’il arrive ! Alors qu’on se le dise, ces gars-là ont déjà de l’expérience: Sonisphère, première partie prestigieuse, rien ne leur fait peur ! Prochaine étape, le BétiZfest ? C’est possible ! Grâce au soutien d’une de leurs amies cambrésiennes, le groupe a pu postuler et réussir à se qualifier en finale ! Et malgré un concert incomplet, sans scratch, le Neo Metal/Fusion fait mouche dans la salle, et le public groove aux sons des samplers électroniques. Tous les musiciens ont à l’aise et nous contemplons deux chanteurs (accoutré d’un sweat typé gangsta) qui arrivent à faire digérer leur flow sans aucune difficulté. Le combo, qui possède une véritable identité visuelle, s’en sort avec brio sur tous les titres et amène quelques membres du cortège à s’entre-choquer dans la fosse. Non, Bob, un des chanteurs, n’est pas un novice puisqu’il n’a pas hésité une seconde lorsqu’il a fallu casser le quatrième mur pour aller à la rencontre de son public. Pas mal ! À la toute fin du concert, le DJ de la formation a même contribué comme il a pu à l’effort de guerre en proposant un co-solo de batterie. Bref, le niveau est là, la claque est prise… Mais est-ce qu’ils auront motivé le public à voter pour eux ?! C’est la question que tout le monde se pose !

Le retard s’est accumulé toute la soirée, et c’est à Headblaster d’installer son matériel sur scène. Mais un problème survient… Au moment de faire les sounds-check, une des tables ne répond plus et retarde le début des hostilités d’une heure. Pas grave… Nous prenons notre mal en patience car nous savons que les Headblaster ne sont pas des amateurs en la matière. Loin de là… La formation a su se faire reconnaître dans la région en partageant des dates chaud bouillant avec leurs amis de toujours, les Overdrivers (cf: Les Noeux-Rockéennes)… Ce soir, le représentant nordiste du « Southern Metal » a su ameuter et ça se ressent clairement. Nombreux sont les fans qui ont montré leurs couleurs. C’était Headblaster qui devait remporter cette finale. Quoi qu’il en soit, le groupe ouvre avec « Hangover »… Vite, on étouffe. La chaleur des titres typés « Southern Metal » dopés à la Down, Black Stone Cherry fait transpirer les murs de la salle quitte à forcer les fans de First Rage à quitter les lieux. Mais bon, ça groove, c’est gras, et le groupe excelle dans son domaine bien que quelques imperfections se soient fait ressentir (ça grésille un peu trop au niveau de la voix). Le groupe se la joue au pro, prend les problèmes à contre-pied, notamment Anthony, un des guitaristes du groupe, qui a dû exécuter un solo de guitare avec une corde en moins. Le retard est donc dès lors très vite oublié… Headblaster a marqué de son empreinte toute une communauté de fans.

À la fin de ce concert, les membres de jury se sont réfugiés à l’abri des regards pour délibérer. Autant vous dire que c’était tendu ! Au final, après une longue discussion, nous apprenons que ce sont les Headblaster qui ont remporté le tremplin. C’est une victoire amplement méritée ! Le groupe a su donner un concert exemplaire et motiver ses troupes. Félicitations à eux. Dommage pour First Rage, mais il est fort probable qu’on entendra encore parler d’eux. C’est un groupe qui n’avait peut-être pas sa place dans un tremplin destiné aux groupes amateurs. Peut-être que leur prestation a séduit l’équipe du BetiZfest et l’a convaincue à programmer le groupe dans une des éditions à venir ! À bon entendeur ! 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.