STICKY BOYS

CALLING THE DEVIL

Listenable Records

Hard Rock

4/5

Sortie le 27 janvier prochain 


C’est dimanche et les Sticky Boys ont revêtu leurs plus beaux habits pour se mettre à table. « Miss Saturday Night » est rentrée chez elle et la fièvre est un peu retombée. En apparence du moins. Le nouveau logo est plus sobre et l’art-work épuré mais les trois garçons restent Evil. Un verre à la main et dans l’autre le diable au bout du fil, ils dressent le bilan de leurs forfaits et planifient ceux à venir.

Que ceux qui aiment leur côté Rock’n’Roll se rassurent, il y a de l’énergie à revendre dans ce troisième album. Après une introduction instrumentale « In Confidence », le trio est sur les starting-blocks avec « Better Days ». On retrouve la voix rocailleuse d’Alex Kourelis tout au long de l’opus mais place est faite pour quelques hurlantes bien senties (« Good Morning Sunshine »), voire carrément pour un chant Hardcore sur « The Lonely Tree. Les chœurs sont quant à eux soignés et le titre « Ready To Go » en est le plus bel exemple avec ses accents à la « Beach Boys ».

Musicalement, le groupe se réinvente aussi. Il nous invite vers de nouveaux horizons et on s’étonne avec plaisir de la parenthèse aérienne que forment les titres « The Vision » et « An Afternoon In the Park ». Petites percussions, chant clair, montée en puissance acoustique… C’est le calme avant la tempête ! Les titres s’enchaînent et c’est à contrecœur que l’on quitte ces 45 minutes de bon son Hard, Punk ou Stoner.

Oubliez tout ce que vous saviez des Sticky Boys, les sales gamins ont déménagé du garage. Et s’ils sont toujours partants pour une virée en skate ou dans un rade, ils vous étonneront par leur nouvelle sensibilité.

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.