WOLVE
LAZARE
Rock Alternatif
5/5


Une année s’est écoulée depuis la sortie de son premier album Sleepwalker, déjà fortement salué par les médias français à l’époque. Et voilà que Wolve revient en 2016 pour frapper fort et nous propose cette fois-ci Lazare, un format plus court (EP 4 titres) mais tout aussi riche et dense en émotions. Cette fois-ci, enregistré en live afin de retranscrire au mieux l’urgence et la force de leurs compositions, Wolve, avec  Lazare, s’éloigne quelque peu de son prédécesseur en préférant y insérer des structures plus lourdes et surtout plus sombres.

Sleepwalker faisait la part belle aux compositions planantes, douces, aériennes où la voix presque murmurée renforçait leurs évanescences. Lazare est plus direct, plus urgent en ce qui concerne les sensations qui en émanent. Les sonorités sont plus crues et la présence d’un chant scream sur les 48 secondes du morceau de transition «Inferno» transcende la dimension torturée des dix-huit minutes de Lazare. Comme en témoignent «Lazare» et «Porcelain», la musique de Wolve se fait encore plus captivante, nous sommes happés par le côté organique d’une touche Stoner, qui nous entraîne de «Lazare» à «Far» dans un univers où l’introspection se voit comme la ligne directrice de la démarche du combo.

Une certaine démarche introspective se révèle à la fin comme une évidence tant les mélodies hypnotiques prennent place dans notre esprit… Elles réveillent en nous le besoin d’évasion – on se retrouve coupé du monde – Il s’agit là d’un voyage initiatique où nous allons à la recherche de nous-même – Notre esprit se pose mais n’en reste pas moins avide de sensations.

Sur seulement quatre titres, le trio témoigne de son ingéniosité et d’une créativité sans bornes. Pour bien comprendre la musique de Wolve, il faut simplement se laisser porter, oser lâcher prise avec le quotidien pour que ne faire plus qu’un avec la musique pour ensuite trouver le chemin de la plénitude dans un contexte musical assombri. Étrange me direz-vous… Pas tant que ça si l’on conçoit que la musique de Wolve s’avère intemporel. Un très bel essai.

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.