Les choses semblent empirer à Lille ! La semaine dernière, c’était le El Diablo qui devait mettre un terme à ses activités, cette semaine, ce sont les Stupid Karate, formation de Punk/Hardcore, qui se sont vus menacés de confiscation de leurs biens par la Police Municipale si un contrat noble n’était pas établi entre les musiciens et la salle alors qu’ils étaient en train de se produire au DIY Café. C’est l’incompréhension ! Les idées et le constat rédigés par les Stupid Karate, très lucides, nous résument bien le climat d’hostilité et l’absurdité de la politique culturelle engagés par l’ancienne Capitale de La Culture.

Voici le communiqué officiel du groupe, véritable plaidoyer pour la cause Underground que la rédaction ne peut que soutenir.

 » LILLE VILLE MORTE
► Les faits : hier, à la fin de notre set au DIY café de Lille, la Police Municipale est venue prendre en photo l’entièreté de notre matériel avant de nous avertir qu’il serait saisi la prochaine fois que nous jouerons à cet endroit sans autorisation et sans contrat avec le bar.
► La réalité : évidemment que dans 99% des concerts que nous faisons ou auxquels nous assistons aucun contrat n’est signé entre les tenanciers et les musiciens. La raison est simple : ce n’est pas possible. Il conviendrait en effet de créer un CDD pour chaque musicien et donc augmenter le prix des concerts au même tarif qu’une grande salle ; des moyens que les petits bars et les associations musicales sont loin d’avoir ; des formalités administratives que les groupes amateurs ne peuvent que difficilement réaliser.
► Les conséquences : la mairie de Lille est en train de tuer sa scène musicale indépendante. La Chimère, L’imposture, Le Détour, Le Salséro, El Diablo… Autant de cafés concerts qui ont dû fermer temporairement ou définitivement leurs portes. Pour des groupes amateurs comme nous, ces endroits sont les seuls où nous pouvons nous produire ou nous lancer.
► Rappelons que la mission de la Police Municipale est « d’améliorer le cadre de vie des habitants ». Quelle hypocrisie.
LILLE EST EN TRAIN DE CREVER D’ENNUI »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.