C’est le dimanche 22 janvier que nous revenons au Splendid de Lille pour assister à la performance de The Temperance Movement, combo britannique, dont la notoriété ne cesse de grimper d’année en année ! En effet, forte de deux opus, un éponyme et White Bear, son dernier rejeton (2016), la formation peut entreprendre des tournées européennes afin d’y distiller son interprétation du « Blues Rock ». Les a rejoint sur l’affiche à la dernière minute le combo néerlandais, Drive By Wire, une formation de Sludge Rock bien trempée venue présenter son nouveau single !

Les portes du Splendid ouvrent à 18 heures ! Ça change… Et dès notre arrivée sur les lieux, nous craignons le pire. Les préventes n’auraient pas été fameuses selon les dires d’un de nos confrères ! C’est l’incompréhension, The Temperance Movement a pourtant fait son plein le lendemain à Paris ! Les Lillois ne seraient-ils pas très avides de sonorités Blues Rock ? Peut-être préféraient-ils économiser leurs étrennes ? On ne sait pas ! Quoi qu’il en soit, le public s’est acheminé progressivement mais restait timide. Pour la première fois depuis bien longtemps, le Splendid n’a pas fait sold-out…

Quoi qu’il en soit, les artistes sont là, et c’est avec surprise que nous assistons à une première partie qui n’était pas initialement annoncée… D’après des sources qui nous sont incertaines, on aurait laissé la possibilité à la femme d’un des membres de The Temperance Movement de se produire en solo pendant quinze minutes. Ne connaissant pas du tout son répertoire, nous nous laissons quand même bercer par les chansons d’une musicienne solo accoutrée d’une guitare électrique… Le festin n’a pas duré bien longtemps, certes, mais il nous aura permis de découvrir une jeune chanteuse talentueuse peut-être pas très originale dans sa démarche, mais qui nous a toutefois servi un show émerveillant.

Au tour de Drive By Wire ! Les Hollandais ont leur petit fan-club dans la région – On ne donnera pas de nom – et il est toujours agréable de se produire dans une salle comme le Splendid lorsque l’on devait se produire la veille dans un club dont la jauge est bien plus limitée… Mais les rockeurs n’ont pas pour autant modifié leur ligne de conduite ! Le but est toujours le même chez Drive By Wire, promouvoir une musique tout aussi authentique que dynamique… Ainsi, saluons-là, la performance de ce quatuor ! Leur son Rock parsemé de touches Sludge a fait mouche dans la salle – Le charisme et la hargne des quatre Hollandais n’y sont sans doute pas pour rien – !

Les sept titres de Drive By Wire, prônant l’ouverture d’esprit, ont eu raison des fans de The Temperance Movement – les Hollandais ont fait l’unanimité – ! Le public, surpris par les guitares criardes d’Alwin Wubben, joue le jeu et tape du pied au rythme des morceaux « Woodlands », « Dirt », « Woodon » et « Kesorine ». Les fans de Kyuss, Black Sabbath ou encore de Rock progressif se sont reconnus à l’écoute de ces morceaux. Une fois toutes ces sources d’inspiration mêlées à une personnalité affirmée, de belles choses peuvent voir le jour.

Mais pour sa première toute première fois en France, les Hollandais voulaient vraiment marquer les Nordistes de leur empreinte. Chanceux qu’il est, le public des Hauts-de-France a pu découvrir une des nouvelles tranches de la formation. Portant le nom de « Blood Red Moon », la formation confirme donc en toute simplicité la cohérence de son projet. Faire expulser les démons personnels du cortège à l’aide de sonorités toutes aussi poignantes qu’atmosphériques ! – La catharsis, m’voyez –  Pari réussi pour les Drive By Wire, nous leur donnons donc rendez-vous en fin d’année lors de la sortie du tant attendu successeur de The Whole Shebang !

Les Britanniques de The Temperance Movement n’ont peut-être que deux albums à leur actif mais il faut remarquer qu’ils ont réussi à drainer un public de fidèles en un temps records ! Et si la simplicité était le secret de leur réussite ? Peut-être bien ! Une fois les instruments des Drive By Wire débarrassés, les roadies des Britanniques laissent apparaître un décor très sobre. Aucun backdrop, juste des instruments se chargent d’aménager l’espace scénique…

Les fans de Rock sont aux aguets à 19H45 lorsque Phil Campbell et ses musiciens entrent sur scène… Ils se chargent d’apporter une verve non négligeable à des morceaux comme « Do The Revelation » et « Midnight Black ». Tous les titres, particulièrement « Rock » dans l’âme, n’oublieront pas de dynamiser la paroisse du Splendid. Alors qu’on se le dise d’emblée, Phil Campbell n’est pas là pour jouer aux billes… Particulièrement en voix ce soir, il jouera à la folle durant tout le concert… Quand l’extravagance flirte avec le charisme, cela peut donner naissance à des moments inoubliables. La qualité auditive ne fait pas tout dans un live, il faut également se montrer à la hauteur et assurer le divertissement de ses fans.

Ce fameux Phil Campbell épuisera son stock de hits ! Tous issus de ses deux albums, ils comptaient bien faire l’amalgame de deux époques confondues au cours desquelles il n’a pas hésité à pousser à fond les leçons qu’il a tirées de ses écoutes assidues des classiques d’Aerosmith… Nombreux sont ceux qui ont fait le lien entre The Temperance Movement et le groupe de Steven Tyler durant l’interprétation de « White Bear ». Les morceaux étaient agencés de telle sorte que l’on puisse facilement déceler toutes les influences du groupe… Les morceaux plus Blues Rock « Midnight Black », « Only Friend »  flirtaient avec les ballades bien typées telles que « Time Won’t Leave » et « Pride » entre autres… C’est la classe, et le concert ne perd jamais en intensité. Le groupe ne cesse de varier ses intonations, et le public semble fasciné par la facilité exhibée par les Britanniques !

Mais le frontman n’est pas seul, il peut compter sur ses musiciens pour donner à ses morceaux une deuxième raison d’être. Les parties de Slide Guitar (« White Bear ») et l’harmonica (« Magnify ») sont particulièrement sensibles et ont de quoi faire frissonner tous fans de Rock Sudiste. De plus, les guitaristes en herbe en ont pris pour leur grade… Ballades Folk, solos dynamiques et parties de guitare en tout genre se sont alternés de quoi prouver une fois pour toutes que les Britanniques ont plus d’une corde à leur arc et qu’ils pourront encore – à coup sûr – épater la galerie dans les années à venir.

The Temperance Movement n’aura peut-être pas joué à guichet fermé au Splendid dimanche dernier, mais avouez-le, vous aviez la banane quand vous avez quitté l’enceinte de l’ancien cinéma lillois… Les découvertes et l’ouverture d’esprit étaient au rendez-vous, c’est tout ce qui compte ! 

Texte par Axl Meu

Photographies par Apolline Mercier

A propos de l'auteur

Avatar

Webmaster / Redacteur / Graphiste - HERETIK ✠ Polyvalent @Tyrant Fest ✠ Bassiste chez LUDA ✠ Styles de prédilections : Black/Post anything/Sludge/Doom

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.