À quelques jours de la sortie de son deuxième album, Devocean, Moonloop s’est prêté au jeu des questions/réponses. C’est Eric Baulenas, chanteur et parolier du quatuor, qui s’y est collé. L’occasion d’en savoir un peu plus sur cette formation Death Progressif dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Propos d’Eric Baulenas recueillis par Hyacinthe Gomérieux


Salut Moonloop ! Vous êtes Espagnols et votre groupe existe depuis 2001. Vous n’êtes pas encore bien connus en France. Présentez-vous !

Nous sommes un groupe de Barcelone et nous jouons du Death Progressif. Quand nous avons commencé, nous avions différentes sources d’inspirations musicales. Ça allait du Rock au Death Metal… Notre première démo a été captée en 2001. Depuis, nous avons eu différents bassistes jusqu’à ce que Vic entre dans le groupe en 2008. Il nous a également fallu enregistrer trois démos avant d’enregistrer notre premier album intitulé Deeply From The Earth. Il est sorti chez Listenable Records en 2012. Au fil des années, les concerts en Espagne et un festival au Danemark se sont enchaînés… Nous avons joué avec des groupes comme Cynic, Anathema, Gojira, Draconian, Saturnus, Finntroll ou Taake. Aujourd’hui, c’est à notre deuxième album Devocean de voir le jour ! Nous en sommes très fiers.

Devocean sortira le 24 mars. Que représente cet album pour vous ?

C’est un reflet clair de qui nous sommes en tant que musiciens et de comment nous nous sentons en ce moment. Nous sommes fiers de Deeply From The Earth, mais cet album ressemblait à une compilation. Nous avions réenregistré les meilleurs titres de nos démos mais aussi de nouvelles chansons… C’était donc comme un mélange entre des vieux et des nouveaux morceaux. Pour Devocean, nous n’avions que de nouvelles chansons écrites au cours de ces cinq dernières années. Nous voulions également que l’album sonne différemment. Cette fois-ci, nous tenions à avoir un son organique et puissant. Nous sommes heureux d’avoir travaillé avec David Querol, notre producteur. Il a réussi à transposer ce que nous avions dans la tête. Devocean est un grand pas en avant pour nous.

Votre musique est souvent comparée avec celle d’Opeth, probablement à cause du genre Death Progressif. Quelles sont vos influences musicales ?

Les gens comparent notre musique à Opeth parce qu’ils ont eu une grande influence sur nous au début. Ils ont également été un point de repère pour tous les groupes qui jouent du Metal Progressif en mélangeant voix claire et growl. Nous écoutons beaucoup de musiques différentes, de l’Extreme Metal à la Musique Classique, du Flamenco à l’Electronique, et aussi du Rock / Pop, Jazz, Post Rock, Progressive, etc … Tous les membres du groupe ont de nombreuses influences et nous aimons tous Gojira, Meshuggah, Porcupine Tree, Morbid Angel, Suffocation, Devin Townsend, Ozric Tentacles, Pink Floyd, ou Faith No More, pour n’en nommer que quelques-uns.

Pourriez-vous nous décrire le processus de création de l’album ? Qui a fait quoi ?

En général, je propose des démos, des idées ou des riffs, puis je les partage avec le reste du groupe par mail ou lors de nos répétitions. Parfois, j’ai une chanson complète, et parfois nous commençons par une petite idée que nous tournons jusqu’à ce que nous ayons une chanson complète. C’est un processus très naturel, et pour Devocean, nous avons eu beaucoup d’idées et d’arrangements qui sont venus de tous les membres du groupe. Nous travaillons toujours la musique en premier, puis j’aime l’écouter et la laisser parler. Je suis alors inspiré pour écrire les paroles. C’est toujours moi qui écris les paroles et je me sens libre d’y parler de mes expériences personnelles, de la nature, ou tout ce qui me vient à l’esprit.

Vos paroles parlent de la nature, de l’océan ou de l’écologie. Êtes-vous militants ? Pourquoi choisir ces thèmes en particulier ?

Je suis amoureux de la nature depuis que je suis jeune, et j’ai fait partie d’une association écologique nommée Depana en 2009, qui aide à sauvegarder de nombreux environnements et la vie en général sur le territoire catalan. Je choisis ces thèmes parce que j’ai une grande passion pour la nature, la paléontologie, la géologie, l’origine de la vie, les créatures marines et les océans en général. J’essaie toujours d’écrire sur quelque chose qui compte pour moi, donc la meilleure chose que je puisse faire c’est d’écrire sur ce que j’aime. Être en mesure de connecter la musique avec ces thèmes est une expérience très drôle à réaliser pour moi.

Devocean est distribué en France par Listenable Records. Ce n’est pas votre première collaboration… Parlez-nous de cette aventure !

Moonloop a signé en 2012 pour trois albums, et ils ont sorti le premier Deeply From The Earth le 28 mai de cette même année. Ils ont fait un excellent travail en tant que label et nous leur en sommes très reconnaissants. Nous avons de grandes attentes pour Moonloop quand Devocean sortira. Nous travaillons donc dur pour jouer plus que jamais et nous faisons aussi un meilleur travail de promotion.

Les premiers retours sur votre travail sont très positifs. Avez-vu prévu de réaliser un clip pour le défendre ?

Oui ! La première vidéo de l’album est prête ! Ce sera la chanson « Medusa ». La vidéo a été réalisée par Ricard Renalias pour NoisEye Productions et nous sommes satisfaits de son travail ! Il nous tarde de vous la partager. Nous souhaitons aussi réaliser une deuxième vidéo, mais nous ne savons pas encore quel morceau fera l’objet d’un clip…

Vous allez bientôt partir en tournée, je suppose. Un passage par la France est-il prévu ? A quoi pouvons-nous nous attendre sur scène ?

Nous travaillons dur et nous aimerions jouer en France, bien sûr ! Sur scène, nous sommes un groupe très axé sur le partage… Nous essayons également de créer une atmosphère particulière alors nous espérons que toutes les personnes qui nous voient sur scène profitent de l’expérience ! Nous avons également des projections vidéos car nous pensons qu’il est très important de marier les images et la musique ensemble… Mais cela dépend aussi des conditions d’accueil du lieu.

Merci pour cette interview. Que pouvons-nous vous souhaiter pour ces prochains mois ?

Merci beaucoup pour cette interview ! J’espère que vous apprécierez notre musique ! Nous n’avons qu’un seul concert prévu à ce jour, celui pour la sortie de l’album le 12 mai à Barcelone. Il y a aussi un concert à Madrid dans les tuyaux et plus de shows à travers toute l’Espagne d’ici la fin de l’année. Nous avons comme ambition de nous produire plus souvent en festival… Mais je pense c’est râpé pour cette année ! Nous allons donc nous concentrer sur notre pays. Nous sommes prêts à partir en tournée en tant que première partie si on nous le propose. Nous souhaitons vraiment tourner en Espagne et en Europe, alors nous croisons les doigts et travaillons dur pour que ça arrive !

Retrouvez la chronique de l’album Devocean dans le Sounds Like Hell Fanzine 4 !


Moonloop, c’est :

Eric Baulenas – Guitare et Chant
Juanjo Martin – Guitare et Chœur
Raul Payan – Batterie
Vic Granell – Basse

http://moonloop.bandcamp.com/ ou http://www.moonloop.es/

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.