Les Hauts-de-France, la Belgique, quelques minutes nous séparent. Vous le savez, la rédaction a pris l’habitude de vous tenir informés des nouvelles annonces du plus grand des petits festivals belges : l’Alcatraz. L’événement, qui ne cesse de s’affirmer d’année en année, a encore frappé dernièrement en révélant sa première tête d’affiche qui n’est ni plus ni moins que Korn. Le coup de fil était pré-senti… Et l’entrevue que nous avons mise en place s’est vite transformée en une discussion autour d’une passion commune : le Hard Rock.

Propos de Mattias Vanderschueren recueillis par Axl Meu le vendredi 24 mars 2017 


Aujourd’hui, le festival a annoncé un nouveau nom : Korn ! J’imagine que c’est la première tête d’affiche de l’Alcatraz…  

Oui, mais nous considérons également Amon Amarth comme une tête d’affiche puisqu’ils seront en headliner sur la quasi-totalité des festivals qu’ils entreprendront cet été ! Néanmoins, il faut avouer que Korn est bien plus gros, donc ils seront en haut sur l’affiche. Les Américains se produiront le dimanche; il reste donc une grosse annonce à faire pour le samedi. On vous révélera tout ça dans un peu moins d’un mois…

…Nous sommes donc là pour parler du dixième anniversaire du festival Alcatraz. Comment expliques-tu une telle « success story » ? 

Disons que… Au départ, nous étions un petit festival qui rassemblait à peine mille personnes. Jusqu’en 2012, les festivités se déroulaient sur Deinze. Si je me souviens bien ce sont Doro et Exodus qui avaient achevé la première édition ! Si le festival a bien évolué, c’est parce que les organisateurs sont très liés à cette culture qu’est le Metal. Ils savent de quoi ils parlent, ce sont des vrais passionnés. C’est une raison. Mais je dois ajouter que c’est le fait d’avoir été rejoints ces cinq dernières années par de nombreuses personnes motivées qui nous a surélevés. Ces deux forces combinées ensemble constituent la recette parfaite pour entreprendre comme il se doit ce genre de festival.

La première fois que j’ai entendu parler de l’Alcatraz Festival, j’ai directement pensé au festival Heavy Sound, qui s’était déroulé en Belgique en 1984 et 1985. S’y trouvaient à l’affiche des formations comme Twisted Sister, Motörhead, mais aussi Metallica et Lita Ford… Le but de l’Alcatraz Festival était-il de lui ressembler ? 

Ce festival… Il se déroulait à quelques mètres de chez moi ! Si mes souvenirs sont bons, c’était à Poperinge et Motörhead avait joué en tête d’affiche. Metallica et Twisted Sister ne jouaient que dans l’après-midi… L’Alcatraz Festival provient sûrement de cette initiative. Les programmations y sont presque similaires. Néanmoins, notre intention de base n’était pas de faire un « copier/coller ». Je suis sûr néanmoins que les fans qui étaient au Heavy Sound se rendent régulièrement à l’Alcatraz aujourd’hui.

L’Alcatraz en est donc à sa dixième édition. Il gagne en réputation mais votre intention est de faire perdurer ce format « familial » qui plaît à beaucoup de monde…

Oui !

Donc, en aucun cas, il ne s’agit de concurrencer le Graspop Metal Meeting ! 

Exactement. Notre formule nous tient à coeur. Il nous importe que les festivaliers puissent voir tous les groupes, et que les formations ne se chevauchent pas ! Quoi qu’il arrive, nous faisons toujours en sorte de donner le meilleur de nous-même et d’améliorer la qualité du festival chaque année ! Pour moi, la qualité de l’accueil prime plus que le nombre de festivaliers ou de scènes. Le Graspop, c’est vraiment un autre type de festival, et il ne nous ressemble pas du tout bien que nous soyons très proches !

Ce qui fait la force de l’Alcatraz, c’est le fait de pouvoir voir tous ces grands groupes sur une et seule scène !

Cette année, il y en aura deux dont une sous une tente ! Néanmoins, on pourra continuer à voir tous les groupes ! En fait, nous nous sommes rendu compte qu’il était préférable pour certaines formations de se produire dans la pénombre. Par exemple, il y a deux ans, nous avions fait venir Behemoth. Avoue-le, leur mise en scène est bien mieux avec les jeux de lumière qui vont avec…

Oui, vous avez rencontré le même cas de figure l’année dernière avec Triptykon. J’avoue que ça ne m’était jamais arrivé de voir ce groupe se produire en plein jour sous un soleil de plomb !

Oui ! (rires) Nous n’avons pas peur de nous lancer sur cette voie. Mais nous le promettons, nous n’exagérerons jamais. Le festival évolue, mais gardera son âme. C’est juste que le show de groupes comme Death (DTA), Carcass ou autres passent mieux dans le noir… C’était le moment ou jamais d’évoluer bien que ça ne dérangeait pas ces groupes de jouer en plein soleil. Nous leur donnons juste l’opportunité de jouer dans de meilleures conditions.

Pour la première fois de son histoire, le festival se déroulera sur trois jours. La première soirée sera une sorte de « before » qui voit à l’affiche les groupes Hell, Dirkschneider, Krokus, Evil Invaders et Denner Shermann…

En effet, je pense que ce « before » se déroulera sous la tente. La qualité de l’herbe restera intacte pour les deux journées qui suivent. C’est une soirée « warm-up » gratuite pour les fans qui resteront au camping les deux jours. Les gens du voisinage sont également les bienvenus. Nous avons fait en sorte de programmer quelques bons vieux groupes typés « Old School » afin que la soirée soit à la fois « soft » et sympathique… Le changement de style sous la tente sera radical les deux jours suivants !

Du coup, la question que tout le monde se pose est la suivante : est-ce que le festival se déroulera sur trois jours les années à venir ? 

Je ne sais pas… Beaucoup de journalistes pensent que nous le faisons pour prendre la température. Je tiens à rassurer tout le monde : l’Alcatraz restera un festival de taille moyenne. Organiser un tel événement peut avoir des conséquences sur le voisinage, et nous ne voulons pas déranger les gens. Nous sommes très proches du Maire de Courtrai. C’est un grand fan de musique extrême… Ça serait dommage de trahir sa confiance…

Si mes souvenirs sont bons, ce Maire, il avait fait jouer Avatar sur la place, il n’y a pas si longtemps…

Oui ! Il aime beaucoup ce groupe. Mais s’il y a une formation qui lui tient à coeur, c’est bien Obituary. Il écoute ce groupe depuis ses seize ans. Il connait bien John Tardy. Tu dois t’imaginer qu’il est content de voir que le groupe en question figure sur l’affiche cette année… C’est un chouette gars, il nous a beaucoup apporté !

Vous avez de la chance… Ce n’est pas toujours le cas ! 

En effet !

Parlons à présent de l’affiche. Comme d’habitude, vous mettez en avant beaucoup de sous-genres. Néanmoins, vous avez enfoncé le clou cette année en programmant des groupes typées Rock/Stoner. C’est presque inédit chez vous ! 

Tous les styles de musique doivent être représentés. Nous faisons très attention également car le futur appartient aux nouvelles générations ! Le fait de ne programmer que des groupes de Thrash Metal ou d’autres encore plus « Old School » dans l’âme peut poser problème… Il faut s’adapter au public, mais ça ne veut pas dire que nous n’aimons pas ces nouveaux groupes. Au contraire, l’ouverture d’esprit est notre credo. On veut attirer cette nouvelle génération qui n’a rien à envier aux autres. Ce sont des vrais fans de musique.

La participation de Sleep en a surpris plus d’un. C’est un groupe très original, très atypique ! 

Oui. Le projet est de faire en sorte que le festival ne propose pas que des formations « mainstream ». L’Alcatraz doit faire l’objet d’une expérience, un lieu où tu découvres de nouvelles formations. Il est de notre devoir de proposer tous ces nouveaux groupes.

Chaque année, vous avez pris l’habitude de programmer un groupe de Metal symphonique mené par une chanteuse lyrique. Il y a deux ans, nous avons eu Nightwish, l’année dernière, c’était Within Temptation… Qui y aura-t-il cette année ? 

C’est une bonne remarque… En effet, cette année, nous ne proposerons pas ce genre de groupe : Nightwish ne tourne pas, nous avons eu Within Temptation l’année dernière, et Epica sera au Graspop ! Ça sera un peu compliqué pour nous de proposer une formation de la trempe pour cette édition…

Parmi les gros noms que vous avez réussis à faire venir, il y a en un qui, à votre niveau, manque. C’est Motörhead. Était-ce dans vos projets de programmer le groupe avant que Lemmy ne disparaisse ? 

C’est drôle, toute la journée, on m’a demandé s’il était dans nos projets d’inviter des formations comme Iron Maiden. À chaque fois, j’ai répondu : « Non, ils sont trop gros ». Mais tu soulignes un point important. Motörhead est le groupe que nous aurions voulu faire venir. Cela faisait vraiment partie de nos ambitions personnelles… Malheureusement, cela ne se produira jamais…

Quel est le meilleur souvenir que tu gardes de l’Alcatraz ? Personnellement, c’est ce concert tout feu tout flamme que nous avait servi Twisted Sister ! C’était leur toute dernière date européenne !

Moi aussi c’est ce concert de Twisted Sister. (rires) Ils nous ont fait un excellent concert… Merci à eux d’avoir voulu passer une dernière soirée en Europe chez nous à l’Alcatraz Festival. Leur concert était tout aussi exceptionnel qu’émotif !

L’Alcatraz et la culture des bikers sont très liés. Ça se voit notamment par l’intermédiaire de votre partenariat avec Harley Davidson… Penses-tu que les deux doivent être toujours associés ? 

Il y a un lien entre ces deux cultures. C’est un fait. Je pars du principe que jamais on ne verra un motard écouter du Britney Spears. (rires) Ça ne convient pas du tout à leur image ! Il y a un lien, mais aussi et surtout un respect mutuel entre ces deux communautés. Mais notre intention n’est pas de faire une sorte de « salon de la moto version Alcatraz ». Nous faisons ça pour créer une osmose particulière sur le site !

De toute façon, les deux font la paire. Il n’y a qu’à regarder les clips de Twisted Sister pour s’en rendre compte…

C’est sûr !

Parlons de tes goûts en termes de musique. Tu es aussi éclectique que ton festival ?  

Oui mais je reste un très grand fan de Hard Rock… Quand j’ai commencé à écouter cette musique, je devais avoir 14 ans. Mes parents n’étaient pas trop branchés « Metal », mais ils avaient cet album, Paranoid, de Black Sabbath. Quand j’ai écouté cet album, j’ai tout de suite compris que c’était fait pour moi ! Tu sais, j’ai ouvert le vinyle, j’ai vu ces quatre gars, et j’ai écouté… J’étais vraiment impressionné par la tournure que prenaient les morceaux. Ensuite, j’ai commencé à vraiment m’impliquer dans le milieu… Cinq ans après, j’ai aidé un petit festival à prendre de l’ampleur. C’est une vraie passion !

Tu travailles donc avec Filip pour l’Alcatraz. Est-ce également le cas pour la programmation Metal qui est proposé au De Kreun de Courtrai ? 

Oui. C’est la même organisation. Ces concerts organisés au De Kreun s’inscrivent dans la suite logique de l’Alcatraz Festival. Ils nous permettent non seulement de voir les groupes que nous aimons, mais aussi de rencontrer et fidéliser notre public. Nous faisons tout cela par amour de la musique ! C’est ce qui nous anime !

Est-ce que vous pouvez me parler de votre collaboration avec la célèbre boutique Pop Center ? Il y a des rumeurs qui tournent concernant une éventuelle retraite de Jacques (Merlevede). Est-il envisageable que l’organisation de l’Alcatraz reprenne la boutique s’il vient à prendre sa retraite ?

Je ne connais pas trop Jacques; juste en tant que fan. Je ne suis pas natif de Courtrai… Je vais régulièrement chez lui pour acheter des disques… Tout ce que je sais, c’est que Jacques s’entend très bien avec le Maire de Courtrai. Pour tout te dire, il achetait même des disques chez lui quand il était gamin ! (rires) Je sais qu’il y a des rumeurs concernant un éventuel départ en retraite… Mais jamais nous ne pourrions reprendre une telle entreprise ! Nous sommes tous très occupés ! C’est vraiment un travail à temps plein d’organiser un tel festival. Les gens ne s’en rendent peut-être pas compte…

Ma dernière question est un peu large. Sounds Like Hell Fanzine est un média qui promeut la culture Metal des Hauts-de-France, et surtout les groupes locaux qui s’y trouvent. Que penses-tu de ces jeunes groupes ? 

Je ne connais pas trop les jeunes groupes de ton coin… Mais je peux t’assurer que nous savons qu’il est de notre responsabilité de faire découvrir des jeunes groupes et de donner l’opportunité à ces jeunes groupes de se produire sur nos scènes, et qui sait ? Peut-être qu’il y aura des groupes du nord de la France ?

Le dernier mot est à toi ! 

Merci beaucoup pour ton attention, et je donne rendez-vous à tous les lecteurs de Sounds Like Hell Fanzine à l’Alcatraz Festival qui se déroulera donc du 11 au 13 août prochain !


L’Alcatraz Festival, c’est du 11 au 13 août prochain à Courtrai (Belgique) : 

Line-up 2017 : Korn, Amon Amarth, Saxon, Iced Earth, Doro, Testament, Abbath, Life Of Agony, Sacred Reich, Death Angel, UFO, Paradise Lost, Raven, Obituary, Morbid Angel, Rage, Sleep, High On Fire…)

Pour plus d’informations : 

https://www.facebook.com/alcatrazmusic/ 

Tu n’as toujours pas ta place ?

http://www.alcatraz.be/fr/billets

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.