BELOW THE HOUSE

Post Metal/Slow Core/Ambiant Rock

The Flenser Records

5/5


Planning for Burial est un « one man project » de l’Américain Thom Wasluck. L’univers de Planning for Burial est sombre, faussement posé, propice à l’introspection. Depuis 2010, le projet multiplie les albums, EPs, splits, singles avec force et conviction. Loin de la politique du show business, Thom mène son spleen musical avec une authenticité et une sensibilité extrêmement touchante. 

Le dernier album en date Below The House paru début mars 2017 via le label californien The Flenser Records est composé de neuf titres perpétuant avec classe la fusion de ce que le Post Metal, le Slow Core, le Rock Alternatif des 80’s et le Doom/Black ont toujours fait de mieux. Voyons donc ce que recèle Below The House.

L’album s’ouvre sur « Whiskey and Wine » et dès les premiers accords, la rédaction est conquise par la lourdeur et l’ambiance mélancolique qui s’en dégagent. Le décor musical est planté, Below The House envoûte pour mieux abuser de son pouvoir d’attraction. « Threadbare » perpétue ce climat avec un chant se fait plus discret, presque fantomatique… Le minimalisme musical emprunté à la philosophie du Drone Rock ou de la Cold Wave insuffle au titre un petit truc en plus… C’est que c’est émotif !

« Something In The Evening » est le morceau le plus énervé de l’album. Les guitares lourdes, agressives et répétitives laissent un espace important aux riffs mélodiques et au chant quasi sépulcral. Le tout est sublimé par les « backings » hurlés qui offrent un rendu hautement malsain. Musicalement, on se prend à penser à Isis, aux anglais de Jesu ou aux Frenchies des Hauts-De-France Fall Of Messiah… Néanmoins, la personnalité de Thom Wasluck transpire tout au long des titres et Below The House instaure un climat au combien personnel et affirmé.

« Warmth Of You » décline une plage d’introduction quasi Pop alternative plutôt légère pour dériver doucement vers une ambiance glaciale procurée par cette nappe de clavier. Elle nous rapproche des ambiances instaurées par The Cure (comprenez l’époque Pornography/Faith) ou Joy Division

S’étalant sur seize minutes, « Dull Knife » touche au sublime… Planning for Burial emmène sa musique dans une dimension où tout s’articule de façon si personnelle qu’elle en devient paradoxalement universelle, nous touchant, nous prenant l’âme et finissant par nous éveiller dans un monde de quiétude. « Dull Knife Part 2 » vient se poser comme si de rien n’était pour justement se révéler comme le remède ultime aux maux de nos existences. L’arrivée du piano, cristallin et sensible, confère au titre une beauté absolue. Il évoque des tourments et traduit l’émergence d’un mieux-être…

Vous l’aurez donc compris, Below The House est un album qui joue sur les sens et sur les émotions. Thom Wasluck développe son art jusqu’à en faire une entité vivante qui mélange une rage introspective et une vision personnelle de la mélancolie. On est totalement happé par Below The House. L’écoute de cet album nous met à nu, face à nos angoisses, face à la vie… 

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.