#TOUCHEPASÀMONUNDERGROUND, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France pourra s’exprimer ! Cette fois-ci, c’est Virgil qui s’est confié à nous. 


Salut ! Vous êtes donc Virgil, vous êtes du nord et vous jouez du Deathcore. Est-ce que vous pouvez vous présenter ?  
Salut, on est cinq dans le groupe. Il y a donc Marius au chant, Julien et Thomas à la guitare, Charles à la basse et Aurélien à la batterie. On vient de Valenciennes, de Lille et d’Arras. On a tous des formations antérieures… Julien était guitariste au sein de Repulsion et d’ANYR. Marius jouait dans Last Murder. Charles a eu plusieurs projets musicaux… Thomas était dans Dem Spiro. Aurélien est également batteur dans un groupe de Rock, Bobby, White and Bronz. On s’est rencontrés un peu par hasard pour former un groupe et la sauce a tout de suite pris…

Vous avez sorti votre premier EP dernièrement. Comment s’intitule-t-il ? Parlez-nous un peu de cette aventure… 

Pour expliquer le concept, on s’appelle Virgil. C’est le nom du poète qui accompagne Dante en Enfer. On aime beaucoup l’idée du mec qui ouvre la porte et qui dit : « Vas-y entre ! ». On conçoit la chose comme une longue descente en Enfer à travers les sept portes. On espère apporter à chaque fois une nouvelle dimension à nos compositions et de nouvelles ambiances. Notre EP s’intitule Initium, ce qui veut dire « prémices » en latin. L’idée est de dire : « l’histoire ne fait que commencer ! ». En ce qui concerne le processus de composition, c’est Julien et Charles qui composent. Julien propose des rythmiques et la base des morceaux. Après, c’est Charles qui met en place les ambiances. Thomas, lui, bosse plus sur l’harmonisation des morceaux. Quant à Aurélien, il orchestre le « groove » avec sa batterie. Enfin, Marius arrive ensuite pour poser le chant. On travaille également avec Maxence, notre ami ! C’est un peu sixième membre du groupe car il nous aide à écrire les textes et à réaliser les samples !

La production est très intéressante. Elle soulève les différents plans vocaux… Est-ce que vous pouvez commenter ce travail ? Comment les instruments ont-ils été mastérisé ? 

On est passés par Vincent Bigaillon. Il a fait un énorme travail ! On a enregistré les instruments et la batterie dans notre salle de répète avec deux micros autour de l’ampli… Les guitaristes ont enregistré chaque morceau deux fois avec deux grattes et deux réglages différents. Ça donne un spectre de son super dense. Vincent a ensuite mixé les parties instrumentales avant de placer le chant. Ça nous a laissé le temps de travailler tranquillement. Marius a pu essayer de superposer sa voix afin de jongler avec plusieurs ambiances.

Vous avez sorti un clip pour promouvoir l’objet. C’est « Plague ». Ça veut dire quoi ? Pourquoi ce titre ? 
On a voulu faire un clip sur ce morceau car il représente bien le style du groupe. Il est pour nous un vrai déclic dans la façon de composer. Il est rapide, violent dans ses mosh parts et colporte une ambiance très sombre. Dans « Plague » , comme son nom l’indique, on parle de la Peste. C’est l’Enfer sur Terre ! Une pandémie, très violente qui se propage partout. On aimerait bien faire un clip sur le dernier morceau de l’EP… Mais avant de s’en occuper, on cherche à faire un max de concerts.

On n’a pas encore eu l’occasion de voir le groupe jouer sur scène. Comment ça se passe les concerts de Virgil ?

Il faut venir voir pour se faire un avis ! En gros, on a un public très éclectique. On est contents car l’auditoire bouge bien. On sent qu’on plaît à plusieurs types de publics et, ça c’est vraiment cool !

Le Deathcore est un style particulièrement populaire… Mais comment faire pour se détacher des clichés qui l’entourent ?
On a des influences très variées. On fait du Deathcore alors que ce n’est pas forcement le style qu’on écoute le plus. On est fan de Behemoth, Black Dahlia Murder et Whitechapel, ils influencent nos compositions. On joue beaucoup sur les ambiances malsaines. Niveau son, c’est pareil, on cherche un côté sombre et malsain à l’inverse de nombreux groupes de Metalcore qui sont à la recherche d’un son très propre/moderne.

Sounds Like Hell Fanzine a pour but de mettre en avant la culture Metal des Hauts-de-France. Avez-vous quelques groupes à nous conseiller ? Pensez-vous que la scène Metal est bien représentée dans le Nord  ?

Niveau concerts, c’est de plus en plus compliqué car il y a de moins en moins de salles. Par contre, il y a de super groupes. On est fans des potes de Sky To Sand, mais aussi de groupes plus violents comme Embrace Your Punishment, Colossus, Fireback et Confessions of D. On remercie toutes les organisations de concerts, les associations et les bars qui se bougent pour qu’on s’éclate sur scène.

Pour contacter : https://www.facebook.com/virgil.metal/?fref=ts

Pour écouter :

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.