HIGHLY SUSPECT

THE BOY WHO DIED WOLF

US Mainstream Rock

300 Entertainment

4.5/5


Highly Suspect ! Tiens, v’là un groupe dont on entend sacrément parler en ce moment ! « « En ce moment ? » Tu te fous de ma gueule, ils envoient déjà depuis First Offense en 2009, mais surtout depuis Mister Asylum en 2015 et ils ont déjà fait une tournée en compagnie de Deftones ». Ah… Et bien autant pour moi ! Tiens, v’là un groupe qui fait parler de lui depuis First Offense en 2009, mais surtout depuis The Worst Humans en 2012 et qui a déjà fait plusieurs dates en compagnie de Chevelle ou de Scott Weiland (le désormais feu Stone Temple Pilots). Et du coup, ce groupe qui fait parler de lui depuis First Offense en 2009, mais surtout depuis Black Ocean en 2013 et qui a déjà fait depuis longtemps son entrée dans les Charts de l’Alternatif, revenait fin 2016 avec The Boy Who Died Wolf, qui fera (ou plutôt qui fait déjà) lui aussi assurément parler de lui ! Ben ouais, The Boy Who Died Wolf a atteint la première place du U.S Top Alternative Albums Chart… Alors, qu’est-ce qu’on peut dire d’un premier des Charts ?

« 2016 ? Ça va, toujours à la pointe de l’actualité ! Tu te fous pas trop de la gueule des personnes susceptibles de te lire ? Tu sais que 2017 est quand même bien entamé ? » Euh… Ouais 2016, mais The Boy Who Died Wolf est un bel album envoyé par un bon groupe et mon humble tâche est de le partager, alors peu importe sa date de sortie, il doit être partagé. Quoi qu’il en soit, revenons à notre premier des Charts US. Pour être un bon premier au Billboard, il faut donc être un trio plutôt débrouillard et assurément talentueux (ici Johnny Stevens aux vocales, aux six cordes et au synthé, Rich Meyer à la basse et Ryan Meyer à la batterie), envoyer du Rock (en son sens large), n’être pas trop vieux mais pas trop récent non plus (genre avoir fondé le groupe en 2009, c’est bien) et surtout avoir un côté mainstream assez indémodable et incontournable. Pour la suite, prévoir un petit look boys band pour faire jaser les minettes mais toutefois continuer de se la jouer grandes quéquettes en se faisant tatouer et en envoyant un Rock assez burné pour séduire aussi la gent masculine. Mais le plus important (et non des moindres !) reste d’avoir un frère jumeau, de venir directement des US, plus précisément de Brooklyn et plus précisément encore du Federal Bureau Of Musical Affairs (mais en vrai de Cape Cod, Massachussetts). Ce qui est, avouons-le, assez compliqué… C’est une fois ces éléments réunis seulement, que la solution devient plus simple : monter un trio Rock mainstream ou pour faire encore plus simple monter Highly Suspect !

Parce qu’au final, mainstream ou non, il n’y a qu’Highly Suspect qui réussira à reproduire Highly Suspect et qui jouera mieux Highly Suspect qu’Highly Suspect. En attendant, nos fortement suspectés (futurs) grands du Rock tant énergiquement remuant (« Look Alive, Stay Alive ») qu’émotionnellement retournant (« Send Me An Angel ») viennent prouver qu’ils ont de quoi réveiller et transporter avec eux grandes scènes ou grands festivals du globe. Même si la recette reste inchangée pour ce second album, le tout semble bien plus abouti que les sorties précédentes. Mais surtout, avec The Boy Who Died Wolf, Highly Suspect affirme que désormais le groupe se passera des présentations. Par ses onze titres, The Boy Who Died Wolf propose un concentré de Rock rafraîchissant, de son purement décortiqué et tout un lot de singles (« My Name Is Human », « Serotonia »). Même si le style est sobre et simple, le résultat de cet opus est plus que brillant, The Boy Who Died Wolf finissant par faire voyager l’écoutille et surtout par rapidement dévoiler son intéressante face addictive (« For Billy », « Postres »). Comme le trio aime l’affirmer, l’histoire d’Highly Suspect est une constante évolution dans la recherche des sons, et ici, Highly Suspect signe clairement un disque marquant un tournant, non seulement, dans son avenir mais aussi dans l’avenir de la scène internationale. The Boy Who Died Wolf s’inscrivant très rapidement comme un incontournable succès Blues-Rock et un indétrônable du Rock. Autant d’éléments auxquels s’ajoute une voix assez atypique (« Send Me An Angel », « Little One ») sublimant au passage quelques intrépides explorations en dehors des tranchées « normales » de l’Alternatif (« F.W.Y.T. », « Chicago »). Mais aujourd’hui, qu’est-ce qui reste « normal » dans le monde de l’Alternative Rock ?

« T’as que des banalités à dire en fait ? » Ben ouais, Highly Suspect c’est du Rock mainstream made in US : efficace, bien travaillé, irréprochable, et The Boy Who Died Wolf est un bon cru sur lequel n’importe quelle critique négative s’avérerait vaine et dénuée de tout sens tant le disque varie ses ambiances, ses énergies et ses talents (« Viper Strike », « Wolf »). Qu’on le veuille ou non, pour le plaisir de certains et la jalouse rage d’autres, The Boy Who Died Wolf montre et démontre qu’Highly Suspect mérite ce qui lui arrive, sa renommée, sa réussite et logiquement sa première place en tête des Charts. Alors oui, difficile de faire preuve d’originalité et de faire autre chose que de sucer un groupe déjà fort beaucoup sucé et encensé. Mais bon, plus longue est la gâterie écrite, plus long est l’orgasme auditif et sonore ! Il ne reste plus qu’à découvrir et faire comme tout le monde : reconnaître le talent dans un premier temps, ensuite dans un second, baver sur ce disque comme une dépensière devant les vitrines au moment des soldes et enfin dans un troisième, le réécouter aussi souvent que l’envie en prendra. Et cette envie prend souvent : pour le réveil, le petit déjeuner, la route, le boulot et tout le reste de la journée d’ailleurs…

Bref, ce disque ravira aussi bien les vilains garçons voulant mourir en loup ou les fans de SF que les adolescentes chialant devant Twilight (oh Edward !) ainsi que les vieux hardos reconvertis en adorateurs de Blues-Rock dévergondé. En fait, c’est ça, Highly Suspect réussira à séduire un peu tout le monde et tout type d’oreille. Et la bonne nouvelle, c’est que le phénomène Highly Suspect peut également se découvrir en live. Enjoy !

A propos de l'auteur

Avatar

Chargé des Relations Presse, manager, tourneur et baby-sitter rock'n'roll pour groupes un peu trop paumés ✠ Egalement rédacteur pour Illico! et French-Metal (chez la concurrence quoi !).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.