Avant de changer de nom en septembre, Sounds Like Hell Fanzine vous propose de retrouver tout l’été des morceaux choisis de ses publications magazine. Aujourd’hui, retour sur les Chroniques Albums Terres du Nord, publiées en mai 2017, dans le numéro 5 « Spécial Hellfest ».

Au menu, les albums de W.I.L.D., DEAD SEASON, FOOL’S PARADISE, OGARYA, RADICAL SUCKERS, RICH ROBIN, CROSSFIRE et MAD DOGS.


LE COUP DE CŒUR :

W.I.L.D. 

PURGATORIUS

Overpowered Records

Death Metal

5/5

 

 

C’est toujours plus entreprenant dans leur démarche que les W.I.L.D. ont travaillé sur ce nouvel opus. Sorti deux ans après leur EP célébrant les dix ans du groupe, l’objet met en avant un groupe qui a su mettre à profit les nombreuses collaborations dont il a été riche. En effet, Purgatorius propose un florilège de morceaux très crus mêlant savoir-faire et cohérence sonore. Particulièrement violent, W.I.L.D. continue d’expérimenter un style dont il est maître avec des titres très bien ficelés à l’instar de l’inquiétant « Trapped ». Un excellent travail en amont a été accompli sur les parties instrumentales laissant à Jérôme la possibilité de s’exprimer dans les meilleures conditions possibles – ses cris sont particulièrement vifs et variés de quoi donner du fil à retordre aux autres hurleurs en devenir. Pour faire court, encore un coup de maître pour W.I.L.D. qui prouve une fois pour toutes que notre région a du talent !

Axl Meu



DEAD SEASON

PROPHECIES

Indépendant

Thrash Moderne

5/5

 

 

« N’aie pas peur d’être réactionnaire si tu ne veux pas être ringard demain », c’est la devise des Dead Season. Que dire si ce n’est que leur nouvel album ne déroge pas à cette règle ! Encore une fois, les Dead Season surprennent par leur capacité à proposer un album de Thrash cohérent et rafraîchissant à la fois. C’est technique, groovy et surtout ça ne cesse de se renouveler à chaque titre. En effet, c’est après un « The Prohibition Of God », très Heavy dans l’âme que survient une douce introduction vite contrebalancée par des rythmiques effrénées nourries de parties de tappings effrénées. Oui, la surprise est au rendez-vous et le sera durant tout l’album… Tous les titres, que ce soit « Guidestones », « Endless War » ou même les deux parties de la saga « The Dissident », apportent leur pierre à un édifice déjà bien solide, et il a pour nom Dead Season. Chapeau bas.

Axl Meu



FOOL’S PARADISE

MONOPOLY SOCIETY

Indépendant

Heavy Metal

3/5

 

 

Remarqué au tremplin du Raismes Fest (Ch’ti Rock Fest) aux côtés des Headblaster et des Black River Sons, Fool’s Paradise présentent Monopoly Society, un album aux multiples facettes qui ravira plus d’un fan de Heavy teinté de touches typées Rock progressif. En effet, malgré les quelques défauts de production et de linéarité, les compositions se veulent attractives. Néanmoins, Monopoly Society renferme également de belles surprises à l’instar de « The Agony Within », une vraie perle franchement inspirée par les succès de Paradise Lost qui se détache des très Heavy « Overloaded Screens » et « Monolopoly Society ». Gageons que pour leur prochain essai, les Nordistes rectifieront ces quelques petits détails fâcheux, car leurs compositions le méritent !

Axl Meu



OGARYA

UBIQUITY

Indépendant

Death Metal

5/5

 

 

Premier album pour les Ogarya ? Le blague ! Et pourtant… Même si l’on a du mal à croire qu’il s’agit là du premier opus des Picards, il faut se rendre à l’évidence, c’est le cas. En effet, rien ne laisse supposer que la formation n’en est qu’à ses débuts. Voguant sur un Metal très « rentre dedans », mais aussi très mélodique, Ogarya semble avoir saisi l’enjeu d’une telle musique. C’est du moins ce qu’il en ressort après l’écoute du titre « Black Sun »… Mais le réel point fort de ce groupe, c’est sans aucun doute l’alliage des chants féminin et masculin. Les différentes textures de growl ne cessent de donner un souffle nouveau aux morceaux… C’est tout simplement efficace, très bien produit, technique mais pas trop. Bref, Ogarya n’aurait pas pu rêver mieux comme « album des débuts ».

Axl Meu



RADICAL SUCKERS

V.I.T.R.I.O.L.

Indépendant

Rock Alternatif

5/5

 

 

Du Rock à l’état brut. Voilà de quoi vous mettre dans le bain. les Nordistes de Radical Suckers ne font pas dans la demi-mesure, et cet album nous le démontre. Ça commence très fort avec le bien nommé « Hardcore » qui n’est pas sans rappeler les albums de The Bronx. On retrouve aussi des titres inspirés par le Hardcore new-yorkais sur « Bullfight Terror », ou des morceaux résolument plus Rock’n’Roll comme « Philadelphion ». L’album est composé de dix titres plus tonitruants les uns que les autres. C’est court et efficace à souhait : aucune concession et aucun répit et on en redemande.

Romain Descamps



RICH ROBIN

TRIGGER

Indépendant

Rock Alternatif

4/5

 

 

Rich Robin revient en force avec son album Trigger, trois ans après l’EP. Le nouvel opus est plus exigeant, plus nuancé, mais reste très énergique. Les textes et les énergies dégagées sont positifs, et une certaine combativité se dégage de ces neuf titres. Les passages clairs et saturés s’enchaînent de manière fluide, tout comme les changements de style, le groupe naviguant aisément entre teintes bluesy, alternatif et plus « péchues ». L’album commence très fort avec « Under The Water » et annonce de suite la couleur. On se retrouve très vite à chantonner sur Trigger : le refrain est efficace et il est difficile de s’en détacher. « The Mergering of Two Souls » quant à lui démarre doucement, puis c’est l’explosion de riffs, et on sent bien que Rich Robin a su nuancer et doser. Impossible de coller d’étiquette, et c’est tant mieux. Une belle réussite avec cet album qui ne manque pas de groove et de pêche.

Raphaëlle Delaporte



CROSSFIRE

STILL HEAVY

Indépendant

Heavy Metal

4/5

 

 

Quoi de mieux qu’un EP un titre ? Un EP deux titres ! Ou plus précisément un EP deux titres sans nom que viendrait de pondre Crossfire ! Traversant grands classiques Heavy 80’s et influences plus modernes, Crossfire distille un heavy mélodiquement galopant et rythmiquement entraînant. Certes, ce n’est « que » un premier EP constitué « seulement » de « Living Free » et « Mishap ». Mais avec celui-ci, Crossfire montre que le groupe n’a guère besoin de plus de deux titres pour être efficace et ainsi prouver son talent derrière ses cordes. En plus, la bande des quatre revendique comme influence première la vierge Maiden. Alors c’est sûr, Crossfire donne et donnera tout pour se livrer corps, âmes et décibels au Heavy. Et cerise sur la cymbale, un membre de l’équipe Sounds Like Hell Fanzine officie au sein de Crossfire, mais on ne dira pas lequel…

Romain Richez

 



MAD DOGS

BEAUTIFUL BETRAYALS

Indépendant

Rock

3/5

 

 

C’est au Red Studio que les Douaisiens de Mad Dogs ont décidé d’immortaliser leurs dix premiers titres?. Nouvellement introduit au sein de la scène Rock/Sludge des Hauts-de-France, ce power trio comptait bien faire l’effet d’une massue sur ses fans grâce des compositions où se rencontrent Rock Alternatif et Metal Stoner. Aidées par une production claire et nette, les compositions aux tempos variés proposent une panoplie de sonorités lourdes, bien huilées d’une basse bien fuzzy notamment sur « Where Wolves Never Sleep » ! Mais le groupe n’oublie pas de varier les approches de sa musique en proposant des titres plus calmes à l’instar de « Thunder ». Le résultat est donc plus que convainquant pour un premier essai… Mais gageons que les parties chantées gagnent en hargne et en précision dans le deuxième opus !

Axl Meu

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.