ACCEPT

THE RISE OF CHAOS

Heavy Metal « teutonique »

Nuclear Blast

5/5


C’est donc trois années après la sortie de Blind Rage qu’Accept revient sur le devant la scène avec The Rise Of Chaos ! C’est le quatrième album avec Mark Tornillo au chant, en huit ans… Oui, les Germaniques n’ont pas perdu la fièvre de l’écriture et composent de nouveaux titres pendant qu’un autre, Udo Dirkschneider, préfère exploiter le catalogue « 1979-1986 » d’Accept, ce dernier ne proposant rien de très folichon depuis quelques années maintenant. 

En 2017, il est intéressant de voir comment le Accept des temps modernes parvient à prendre avec philosophie les derniers changements de line-up qui ont marqué sa carrière. En 2014, Stefan Schwarzmann (batterie) et Herman Frank (guitare) partent fonder German Panzer avec SchmierThe Rise Of Chaos est donc le premier album auquel participent Uwe Lulis (guitare) et Christopher Williams (batterie)…

…Deux nouveaux membres qui n’ont en aucun cas provoqué un changement de cap chez le clan Accept. Les ‘’Mercedes’’ s’en sortent avec brio avec des compositions à la fois dynamiques et mélodiques. À vrai dire, « Die By The Sword », « Hole In The Head » et « Analog Man » auraient pu trouver leur place au sein de Stalingrad et de Blind Rage. Le riffing est implacable et la structure des morceaux se borne à la recette traditionnelle du « couplet, refrain, couplet, solo, refrains ». La production, elle, est toujours aussi grasse et vivace. Dès les premières mesures de The Rise Of Chaos, nous sommes déjà en terrain conquis d’avance. Alors pourquoi s’intéresser de plus près à cet album ?

Car il consolide les efforts d’un groupe qui a sorti les meilleurs morceaux possibles. Aucune fioritures, dix titres qui ne font jamais dans la demi-mesure. En effet, elle est peut être là, la grosse différence entre The Rise Of Chaos et les deux sorties précédentes d’Accept. TOUS les titres apportent leur pierre à l’édifice, et du sens à cette énième sortie. Mark Tornillo est l’homme de la situation, et s’affirme de plus en plus. Adieu les comparaisons avec ses prédécesseurs. Il est LE chanteur d’Accept.  Sur « Analog Man », le souffle de ce dernier prend le dessus sur le choeur du tandem Hoffmann/Baltes. Il s’impose sur l’ensemble de la galette, notamment sur « Koolaid » et « The Rise Of Chaos », où ce frontman se permet de pousser quelques cris pas trop dégueulasses.

À l’écoute de l’album, les fans aimeront également repérer les gimmicks qui ont fait le succès des Flying V et ce dès « Die By The Sword » qui est imprégné des typiques « hoooo-hoooo-hoooo ». « Koolaid » a, lui, un riffing qui fait dans le AC/DC (de manière plus brute, certes) et dans le « Balls Of The Wall » durant le pré-chorus… Accept fait du neuf avec du vieux, de quoi rassurer toute une fan-base !

The Rise Of Chaos est un album d’une qualité exemplaire. C’est également et surtout l’opus d’un groupe qui, quarante ans après ses débuts, a toujours fait en sorte de ne jamais décevoir ses fans. N’oubliez pas, Accept sera en concert à l’Aeronef de Lille le 1 février 2018, en headliner, et non pas en première partie comme ce fut le cas cette année (avec Sabaton). La rédaction vous y donne rendez-vous ! 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.