Si Didier Chesneau est principalement connu pour ses travaux en tant qu’ingénieur-son, il n’en reste pas moins un excellent compositeur, et un homme qui a du flair. En effet, bien qu’Headline soit son principal projet, le musicien, entre deux démonstrations de guitare, a fondé un tout nouveau groupe avec une de ses connaissances, Constance Amelane. C’est Attraction Theory… Explications avec le guitariste himself ! 

Propos de Didier Chesneau recueillis par Axl Meu


Salut ! Est-ce que tu peux revenir sur la formation d’Attraction Theory. C’est la rencontre entre deux musiciens, Constance Amelane et toi-même. Mais comment-vous êtes vous rencontrés ? 

J’ai rencontré Constance lors d’une soirée organisée par un ami commun, attaché de presse. Il faisait en sorte que des artistes, musiciens, producteurs se retrouvent afin d’échanger et parler de leurs projets. Constance devait enregistrer avec un groupe avec lequel je devais travailler, le projet ne s’est finalement pas concrétisé, mais le contact était fait !

On te connaît surtout parce que tu es très investi dans la musique. Tu es producteur et interprète. Headline fait partie de tes principaux projets… Pourquoi as-tu mis de côté ce groupe pour fonder Attraction Theory ? 

Headline n’a pas été mis de coté. On a tous eu soit des opportunités, soit des envies différentes, et le temps a passé… Sylvie a fait du coaching vocal, Aymerick a plutôt mis sa carrière de chanteur en avant avec la comédie musicale Dracula, puis il est passé à The Voice, l’album a suivi. Chris a formé Virus IV avec Pat O May. Il est également guitariste de session. Il a par exemple joué avec Ian Paice et Ron Thal cette année. Dirk Verburen avait Soilwork. Il est maintenant membre à part entière de Megadeth… Quant à moi, j’ai ouvert un nouveau studio, je produis des albums et je fais des sessions ! On n’a pas vu le temps passer. C’est vrai que ça commençait à me démanger de reprendre la scène… Mais je n’avais pas forcément envie de faire la même chose qu’avec Headline. Ma rencontre avec Constance et la perspective d’une nouvelle aventure m’ont fait penser que c’était le bon moment !

C’est donc Christophe Babin et John Macaluso qui t’accompagnent. On connaît déjà Christophe Babin pour son implication au sein de Headline, mais pourquoi as-tu choisi John Macaluso ? 

Encore une fois, c’est une question de timing. Je connais John depuis les « années NTS  » et ARK m’avait contacté afin de produire le successeur de Burn The Sun. Hélas, Jorn Lande a quitté le groupe pour Masterplan et cet album n’a jamais vu le jour. On est restés en contact avec John dans l’espoir de, peut-être un jour, travailler ensemble. Lorsque les première démos d’Attraction Theory sont arrivées, je lui ai fait écouter et il m’a répondu : « I’m ready to Rock » !

Attraction Theory a fait son tout premier concert dans le cadre du PMFF Festival. Quel souvenir en gardez-vous ? Qu’aviez-vous à présenter vous qui n’aviez rien à promouvoir à l’époque… 

On en garde évidemment un super souvenir. Le PMFF est un festival très spécial,  familial, dans le sens où quasiment tous les groupes se connaissent. Phil (Animateur du Rock Fort Show et organisateur de l’événement, NDLR) a toujours été très fidèle à la scène française. Il n’hésite pas à la mettre en avant. On y avait joué avec Headline lors de l’édition précédente, Constance nous avait rejoint pour un titre « To France » ( Mike Oldfield, NDLR). Elle figure d’ailleurs sur l’EP. C’était l’occasion de boucler la boucle. C’est vrai que cette année, on n’avait effectivement rien à vendre. On a juste présenté le projet et l’accueil fut au-delà de nos espérances.

Vous sortez votre EP via Season Of Mist… Pas mal pour un premier EP. C’est un simple contrat de distribution, ou une véritable signature ? Comment êtes-vous parvenus à intéresser le label ? 

On ne va pas se mentir. Certains contacts sont plus simples lorsque l’on est plus impliqué dans le milieu… On appréciait le travail de distribution de Season Of Mist. Season Of Mist travaille avec des labels et des groupes que l’on connaît très bien. On s’est ensuite rencontrés au Hellfest. On a discuté du groupe, de nos projets et voilà !

Quand on écoute Headline et Attraction Theory, on peut se demander quelle est la principale différence entre ces deux groupes… C’est la modernité évidente des chansons d’Attraction Theory ? Il y a peut-être ce côté un peu plus pop que l’on retrouve chez Attraction Theory qui n’était pas présent dans le groupe Headline… 

Une partie de la réponse est dans ta question (rires). Effectivement Attraction Theory est peut-être plus contemporain, et surtout c’est une page blanche, sans cadre, juste avec une envie d’écrire et composer en 2017 avec les outils et les sonorités qui sont à notre disposition Les compositeurs gardent toujours «  une patte  » et peut-être qu’ici ou là on trouvera un air de famille… Mais Attraction Theory n’est, à mon sens, pas du Prog Metal. C’est plus orienté « live » et moins alambiqué qu’Headline.

«  Silent Signs  » est un morceau très orchestré. Comment êtes-vous parvenus à trouver un équilibre entre les guitares et les parties symphoniques ? 

C’est un peu comme dans une conversation. Si on veut comprendre le sujet et l’interlocuteur, il ne faut pas que tout le monde parle en même temps ! C’est le rôle de l’arrangement et de la production de clarifier le dialogue. Là, on traite d’un sujet en lien avec mon job de producteur. C’est pour cela que l’on me contacte… Pour aider les artistes à faire des choix, à mettre des parties en valeur au profit d’autres pour essayer de sublimer une chanson…

Est-ce que tu peux revenir sur cette collaboration avec Constance. En ce qui concerne la composition, quelles libertés lui as-tu accordé, toi, en tant guitariste ?

On a monté ce groupe ensemble. Les choix artistiques se sont faits dès le départ à deux, si cela n’avait pas été le cas, ces titres auraient pu finir sur un album solo de l’un ou de l’autre…

Le jour de la sortie de l’album, vous avez fait un showcase à Paris chez Gibert Joseph. Pourquoi n’êtes-vous pas allé au Dr Feelgood les Halles comme fait la majorité des groupes franciliens ? 

Là, encore, la réponse est dans la question ! On connaît et apprécie le Dr Feelgood Les Halles, mais on voulait faire « autrement ». Est-ce si étrange de sortir un disque en jouant chez un disquaire ? Faisons-le tant qu’il en reste. Si un jour on sort une bière ou une bouteille de whisky, cette fois, on ira la promouvoir dans un bar ! (rires) Plus sérieusement, c’était agréable d’aller au devant du public, et nous produire en acoustique.

Peux-tu revenir sur cette reprise de Mike Oldfield ? Mike Oldfield n’est pas très « Metal  » pourtant… Comment retravaille-t-on un morceau de ce génie en 2017 ? 

Une bonne chanson reste une bonne chanson quel que soit son style. C’est toujours un challenge de ré-adapter un titre que l’on aime. L’idée était de savoir si l’on pouvait amener quelque chose de nouveau à ce titre, sans prétention, juste un nouvel éclairage. Mike Oldfield est à la croisée de différentes choses. C’est un artiste qui a à la fois écrit des titres très populaires comme « Moonlight Shadow » et « To France » et d’autres titres plus expérimentaux comme la bande originale de l’Exorciste, (Tubular Bells, NDLR). On se sentait bien dans cette croisée et on avait envie d’y amener notre patte.

Attraction Theory a été très bien accueilli dans les charts. Vous étiez 28ème dans les chartes Itunes « meilleure sortie France  ». Cela engage pas mal de belles opportunités pour la suite, non ? 

On était assez surpris, c’est vrai… Nous avons également fait de beaux scores en Belgique et en Allemagne. Il y a beaucoup d’artistes aujourd’hui… C’est toujours agréable d’être remarqué et de réussir à tirer son épingle du jeu. On sait que la route est encore longue, mais cela fait plaisir de voir que le public s’intéresse à nous !

Heretik Magazine est un magazine qui promeut essentiellement la scène des Hauts-de-France. Connais-tu notre scène ? Avez-vous quelques plans pour passer par chez nous ? 

En ce moment, j’ai le nouvel album d’Amartia (que vous nous conseillons vivement, NDLR) qui tourne dans ma voiture. Je connais très bien Vincent Vercaigne, au moins depuis la Préhistoire ! (rires). Et je suis content qu’il revienne avec son groupe ! En ce qui concerne les disques, on est en contact pour nous produire lors d’éventuels showcases sur Lille. Nous devrions également passer chez vos voisins Belges.

Attraction Theory, c’est : 

Didier Chesneau : Guitare

Contance Amelane : Chant

Christophe Babin : Basse

John Macaluso : Batterie

Discographie :

Principia (2017-EP)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.