L’Aéronef nous invite pour une soirée avec les Norvégiens de Kvelertak et les Nordistes de Glowsun. Kvelertak s’offre une petite récréation pendant sa tournée avec Metallica. L’Aéro a revêtu sa configuration club et l’ambiance de cette combinaison est définitivement sympathique. Une atmosphère de caf’conc’ plane dans la salle. On est prêts pour décoller d’ici peu.

Glowsun est un groupe incontournable de la scène Stoner, qu’on se le dise. Le trio a déjà à maintes reprises fait ses preuves sur skeud et bien sûr en live. L’annonce de sa présence ce soir fût une très agréable surprise car on est sûrs de passer un excellent moment de musique. Avec Glowsun, ça fonctionne à tous les coups, cette alchimie musicale, ce sens inné de la mélodie et des ambiances prenantes allant crescendo pour nous scotcher, nous emprisonner dans leur vortex hypnotique. La formule instrumentale du combo est absolument redoutable, les titres du trio se suivent et font monter la pression dans un Aéronef de plus en plus conquis par le Stoner puissant et psyché développé par le groupe. De plus, le son assuré par Mathias Sawicz est tout simplement excellent. Les derniers accords d’un set bien trop court retentissent et c’est l’heure de se préparer à plonger tranquillement dans l’univers barré de Kvelertak et notamment du très bon dernier album Nattesferd.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas l’ovni Kvelertak, en quelques mots, imaginez un amalgame de riffs Hard Rock/Heavy, des passages Death, Black, un chant guttural tout en norvégien, des backings Punk Rock et vous avez une petite idée du cocktail made in Norway du sextette. La fosse s’éteint, l’intro est sur play annonçant l’arrivée dans la foulée des zicos puis de Erlend Hjelvik, fantasque et charismatique chanteur encore et toujours en mode tête de chouette pour le premier morceau (gimmick visuel du groupe depuis le premier album Westcoast Holocaust). Une énergie dévastatrice et communicative s’installe d’entrée, le public s’enflamme à mesure que les titres s’enchaînent. Le public est déchaîné, ça saute, ça pogotte, ça hurle, les zicos le sourire aux lèvres haranguent le public et le bassiste Marvin Nygaard, véritable kangourou armé de sa quatre cordes s’invite plusieurs fois sur les épaules des premiers rangs. Kvelertak est très bon combo sur album mais c’est live que toute son essence se dévoile. L’énergie Punk Rock et Straight Death Rock ’n’ Roll de la démarche artistique est clairement mise en avant en live, agissant comme un catalyseur émotionnel de ce partage avec le public. La puissance, la maîtrise des riffs percutants et des climats du groupe abreuvent la foule qui est loin d’abdiquer et en redemande encore et encore. Le groupe ne s’y trompera pas en revenant gratifier l’Aéro de deux derniers titres interprétés avec autant d’enthousiasme et de rage que les précédents.

 

Qu’on accroche ou pas à ce mélange de styles, Kvelertak est un combo à voir au moins une fois pour se rendre compte de l’intensité développée en live par les Norvégiens. Le groupe quitte la scène heureux et tout sourire, le public n’est pas en reste et devise déjà sur la qualité de la prestation tout prenant le chemin de la sortie, rempli de cette énergie distillée pendant plus d’une heure par Kvelertak. N’oublions pas le super show assuré par Glowsun qui a fait plus qu’ouvrir; ils ont transcendé les minutes de jeux qui leur étaient octroyées. Une belle réussite que cette date, avec deux combos différents dans le style mais qui ont su imposer leur spécificité et leur indéniable talent. Sur ce, See ya les ami(e)s.

Crédits photo : Cédric « Slaytanic » Cambien

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.