Six ans après le controversé Illud Divinum Insanus (2011), Morbid Angel sort Kingdoms Disdained, un album dont vous pouvez retrouver la chronique dans votre magazine Heretik#3. C’est Steve Tucker, chanteur de la formation de 1997 à 2005, qui répond à nos questions sur son retour dans le groupe depuis 2015 et sur ce nouvel album qui renoue avec les basiques de Morbid Angel.

Propos de Steve Tucker recueillis par Hyacinthe Gomérieux.


Quand on pense Death Metal, on pense de suite à Morbid Angel, à Death ou à Obituary… Avez-vous conscience de l’importance de Morbid Angel pour les générations qui vous ont suivis ?

Je suis parfaitement conscient de l’influence de Morbid Angel sur le Metal bien sûr. Avant de faire partie du groupe, Morbid Angel m’a aussi influencé. Ils ont établi un nouveau standard pour ce qui était, et ce qui est, la Musique Extreme … Altars Of Madness, Blessed Are The Sick et Covenant ont établi une norme que la plupart des groupes ne peuvent que respecter ! À mon avis, le génie de Trey (Azagthoth – NDLR) a été de proposer quelque chose d’original qui avait des années d’avance sur ce que tout le monde faisait.

L’histoire de Morbid Angel est mouvementée. Le groupe existe depuis 1984 mais il y a eu de nombreux changement de line up. Qu’est-ce qui vous donne l’envie de continuer ?

Rien de ce qui est bon n’est simple !! Les gens changent au fil des années et pour beaucoup de groupes, cela veut dire aligner les changements. Il est préférable d’avoir des personnes partageant le même objectif. Pour ma part, je joue de la musique parce que je n’ai pas le choix, c’est une partie de moi autant que respirer de l’air fait partie de moi. J’ai l’intention de jouer de la musique jusqu’à ma mort.

Tu es de retour au chant depuis 2015. Tu n’étais plus dans le groupe en 2005… Pourquoi ce retour 10 ans après ? Comment s’est passé le recrutement de Scott Fuller et Dan Vadim Von à la batterie et à la guitare ?

Je suis revenu dans le groupe simplement pour réparer une erreur. De plus, écrire de la musique avec Trey est excitant et les résultats me rendent très heureux, alors le choix de revenir était très facile pour moi. Comme je l’ai dit plus tôt, c’est génial de jouer avec des gens qui ont les mêmes objectifs, Dan et Scotty partagent les mêmes désirs que Trey et moi pour Morbid Angel : écrire de la musique menaçante.

Votre dernier projet, Kingdoms Disdained est sorti en décembre. À l’écoute, on note un retour aux sources. L’album sonne plus Old School que le précédent. Plus brutal aussi. Quel était votre état d’esprit en le composant ?

Le Death Metal est ce que j’aime, et pour moi, Morbid Angel est Death Metal. Je ne veux pas que ce soit autre chose, c’est comme ça doit l’être… Pendant le processus d’écriture de l’album, le monde semblait s’effondrer, nous avions l’impression qu’il atteignait un sommet dans le chaos. Cela a tout influencé, de la musique jusqu’aux mots.

Tous les membres ont-ils participé à sa composition ? Comment avez-vous accouché de ce projet ?

Trey est, et sera toujours le leader de Morbid Angel. Il en a été ainsi depuis les débuts du groupe. Trey, Scotty et moi avons tous contribué au processus d’écriture, cependant Trey a écrit la plupart de la musique et moi, j’ai écrit toutes les paroles.

La pochette de Kingdoms Disdained est une des plus figuratives de votre carrière. On y voit nettement un diable incandescent qui ravage une ville. Qui est-il ? Pourquoi avez-vous choisi cet artwork ?

En fait, l’artwork représente le sol qui prend vie et détruit la civilisation. La terre est le vrai dieu et c’est seulement une question de temps pour qu’elle n’efface l’humanité. Et peut-on la blâmer? Les humains sont des êtres dégoûtants, tous les humains la consomment et la détruisent. Nous prétendons posséder cette terre et agir comme si nous pouvions la contrôler, mais la vérité c’est que la terre est de loin supérieure à l’homme et peut mettre fin à notre existence en quelques secondes avec ce que nous appelons les « catastrophes naturelles ». En fait, celles-ci ne sont pas des catastrophes, seule notre existence égoïste est un désastre. Si la terre fait ce qu’elle fait c’est parce qu’elle doit nettoyer et purger par nécessité, et nous ne sommes pas importants. Quand nous serons redevenu poussière, longtemps après la fin de l’humanité, la terre vivra encore.

Pour l’instant vous n’avez pas encore réalisé de clip. C’est le titre « For No Master » qui a été mis en avant, sans image. Pourquoi ce choix ?

Nous sommes en train de faire des vidéos en ce moment, de sortir et de faire des concerts.

Morbid Angel en 2017, c’est quoi ? À quoi peut-on s’attendre sur scène ? Revisiterez-vous toutes les époques, même Altars Of Madness ?

C’est Morbid Angel. Vous pouvez vous attendre à entendre des chansons de Morbid Angel. Le groupe a neuf albums, c’est beaucoup de chansons ! Nous allons jouer des chansons de tous les albums. Nous jouerons tout ce qui nous plait à jouer et ce seront probablement des chansons qui n’ont pas toujours été jouées en live. C’est bon de garder des surprises.

En France, on compare souvent Gojira à Morbid Angel. Est-ce que tu sais pourquoi ?

Je ne sais pas pourquoi il y a une comparaison. Nous avons rencontré les gars de Gojira à plusieurs reprises et ce sont des gars géniaux. Je sais, qu’à un moment donné, ils étaient des fans de Morbid Angel, et ça a probablement eu de l’influence, cependant ils ont pris beaucoup d’influences partout et les ont transformées en leur propre forme de Heavy Metal. Personnellement, je suis un grand fan de Gojira. Je pense qu’ils proposent de super riffs et les chants sont super pour moi… C’est un groupe que j’ai vu grandir pendant des années et c’était génial à voir !!

Connaissez-vous d’autres groupes de Metal français, autre que Gojira ?

Je dois avouer que je n’en connais pas beaucoup, mais je connais Aborted et c’est un groupe passionnant avec lequel nous serions ravis de faire des concerts !!


Morbid Angel c’est :
Trey Azagthoth – guitare, clavier, chœur
Steve Tucker – chant, basse
Scott Fuller – batterie
Dan Vadim Von – guitare

Discographie :
1989 : Altars Of Madness
1991 : Blessed Are The Sick
1993 : Covenant
1995 : Domination
1996 : Entangled In Chaos (Live)
1998 : Formulas Fatal To The Flesh
2000 : Gateways To Annihilation
2003 : Heretic
2011 : Illud Divinum Insanus
2015 : Juvenilia (Live)
2017 : Kingdoms Disdained

A propos de l'auteur

Avatar

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.