#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est The Strikes qui s’est prêté au jeu !
Propos de David Roth recueillis par Axl Meu.

Présentez-vous ! Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ?

Salut, nous sommes The Strikes, groupe de Hard Rock ! On vient de Lens et de Liévin, juste à côté de ces grandes montagnes noires que l’on appelle les terrils ! Le groupe a vu le jour il y a environ 6 ans. Pour ma part, je les ai rejoints au chant fin 2013. Le groupe s’appelait Backsteen à l’époque, et était à la recherche d’un chanteur. J’avais arrêté la musique, mais quand je les ai vus jouer, j’ai tout de suite accroché ! Le guitariste s’entraînait sur le solo de « Paradise City » des Guns N’ Roses !

Vous vous êtes donc formés en 2011, mais le groupe n’a encore qu’un EP à défendre, Breaking The Line. Un album va-t-il arriver par la suite ? Qui compose quoi dans le groupe ?

C’est vrai qu’on a mis du temps ! Le fait est qu’on essaie de proposer de la qualité ! On a donc dû réunir les fonds nécessaires pour pouvoir enregistrer notre EP dans un bon studio, le Hangar à Sons chez Bertrand Charlet qui comprend vraiment ce que tu veux et qui n’essaie pas de faire le mixage à sa sauce ! D’ailleurs, l’album se fera sans doute chez lui ! Pour l’album, on aimerait trouver un label, histoire de financer et de tourner correctement, avec un vrai management ! On a plein de choses à proposer pour cet album ! Il faudra encore patienter jusque-là. Pour les compositions, on fait ça tous ensemble, mais la plupart du temps, c’est Maxime Le Moullec, notre « guitariste-leader » qui compose et qui m’envoie le son, et j’écris les paroles chez moi. Ensuite, on enregistre une démo pour nous et on apprend les parties dans notre coin. Puis, on bosse le morceau en répète pour le live et on adapte les idées à intégrer dans le morceau selon l’inspiration de tous les membres !

Parmi les six titres qui constituent l’EP. Quel est celui qui résumerait le mieux l’esprit du groupe ?

Difficile à dire, car on parle de beaucoup de choses différentes qui ne nous concernent pas forcément. Par exemple, en termes de musicalité, je pense que le titre qui nous ressemble le plus est « Breaking The Line » ! D’ailleurs, c’est le titre de l’EP. C’est le premier que j’ai écrite en arrivant dans le groupe. Et les paroles parlent à beaucoup de monde.

Vous proposez donc un Rock très classique. Ce style est souvent associé à l’ancienne génération de Rockers… Aujourd’hui, le Rock n’a pas le rayonnement qu’il mérite… Que pensez-vous de tout cela ?

Je pense qu’il est difficile de faire cliquer les gens pour qu’ils prennent le temps d’écouter ! Il y a tellement de groupes que ça devient très difficile de percer ! En général, une fois ce stade passé, on est assez accrocheurs ! C’est sûr que notre style est assez « Old School » comme tu dis, mais c’est ce qu’on aime ! On compose de la musique variée dans un style puissant en essayant de faire passer quelques messages à travers les textes ! Le problème, c’est que l’on est en France et tu vois bien ce qui passe à la radio… C’est vraiment pas une bonne époque pour notre genre, alors qu’il y a un bon public ! Mais on ne lâchera pas ! Le Rock n’en n’est qu’à son début !

Vous venez de Lievin/Lens. Dans cette partie de la région, c’est surtout les groupes de Hardcore qui dominent. Quelle est votre technique pour tirer votre épingle du jeu ?

C’est sûr que la scène Metal est vraiment présente dans notre coin et il y a vraiment de bons groupes ! Pour tirer notre épingle du jeu ? C’est simple, j’ai une bonne expérience de la scène et en démarchage pour les dates. Au fur et à mesure, on a prouvé notre efficacité en jouant dans des lieux assez cultes comme le Blue Devil, l’American Bar, le Vintage Tattoo Bar, et nous avons partagé la scène avec de bons musiciens comme Adam Bomb, Doberman et The Lucky Devils. Et quelques festivals aussi. De plus, notre style brasse beaucoup de styles et plaît à plusieurs générations ! Pour faire simple si tu apprécies le Blues, le Classic Rock, le Hard Rock, le Stoner, le Metal et le Heavy Metal, tu peux aimer nos compositions !

Quelle est votre technique pour faire plus parler de vous ? Vous produire dans toute le France ? Mais n’est-il pas difficile de se faire connaître à Paris quand on vient du Nord ?

Alors, le plus compliqué, c’est de trouver des dates avec des scènes assez sympas et d’être disponibles ! On devrait retourner à Paris à la fin de l’année. Pour se faire connaître, je pense qu’il faut jouer dans des salles qui ne programment que des bons groupes. Au moins t’es sûr que les gens suivent son actualité ! Mais pour en revenir à ta question, je pense que peu importe d’où tu viens, tu peux jouer où tu veux, il faut juste se donner les moyens !

Quel est le groupe de Hard Rock en devenir des Hauts-de-France selon vous ? (à part le vôtre) ?

Encore une question très difficile.  D’après mes écoutes, et je m’intéresse pas mal à ce qui se passe en France, on a vraiment ici dans les Hauts-de-France de sacrés bons groupes. Je peux te citer mes quatre préférés : Overdrivers, Rich Robin, Garden Place et Paranoid. Mais il y en a d’autres qui méritent d’être cités ici comme les Headblaster, Mister X et Black River Sons !

Où pourrons-nous vous voir sur scène par la suite ?

Alors, nous allons produirons le 2 mars prochain au Midland. Le 21 avril, nous participons au Chti Rock Festival à Barlin, qui est également le tremplin du Raismes Fest, puis le 25 mai, nous serons au Bobble Café !

Pour contacter : https://www.facebook.com/TheStrikesMusic/

Pour écouter : https://thestrikesmusic.bandcamp.com/releases

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.