#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette fois-ci, c’est Reign Of Night qui s’est prêté au jeu !

Propos de Yannis Geenens (chant, guitare) recueillis par Axl Meu.


Présentez-vous. Quel type de musique jouez-vous ?

Salut ! On s’appelle Reign Of Night. On vient de Lille, et on joue du Thrash qui se rapproche plus de ce qui se faisait dans les années 80, et… nous sommes des Metalheads qui s’habillent en survêtement ! (Rires)

Reign Of Night s’apprête à faire son grand retour sur les planches après trois années de pause. Que s’est-il passé ?

Il y a trois ans, on faisait encore des concerts… Mais à un moment donné, chacun de nous manquait de temps, donc on a ralenti la cadence, jusqu’à mettre le groupe sur pause. Entre temps, de mon côté, j’ai rejoint Black Juju Inc., un groupe de Cold Wave Metal, mais quand j’ai voulu relancer un peu Reign Of Night, ça tombait pile au moment où on enregistrait l’album avec Black Juju Inc.. Je n’avais pas envie que l’un empiète sur l’autre, donc j’ai préféré attendre qu’on ait un peu plus de temps pour relancer ça. Je voulais prendre mon temps. Le bon coté, c’est que Flo, notre nouveau guitariste, avait déjà joué avec nous. Pareil pour Julien à la batterie. Pour la basse, j’ai fait appel à mon frère, Liam ! Au moins là, on revient vraiment et on a eu le temps de mettre des choses au clair !

Vous nous présentez donc un tout nouveau line-up. N’a-t-il pas été trop difficile de trouver les musiciens adéquats ?

Je m’attendais à ce que ce soit bien plus dur justement. Comme je t’ai dit, Flo et Julien avaient déjà joué avec le groupe et Liam connaît les anciens morceaux depuis un petit moment. J’avais surtout peur que ce soit compliqué à mettre en place… Et en fin de compte, en quelques jours, les morceaux tournaient bien. On est tous ultra motivés ! Quand on écoute les enregistrements de l’album, et on en veut toujours plus ! Quand tu es entouré de gens qui jouent bien et qui sont sur la même longueur d’onde que toi, c’est vraiment le pied !

Quelle est votre technique pour reconquérir votre public ?

On n’en a carrément pas ! (Rires) En fait, le public Metal sur Lille a beaucoup évolué en trois ans… Ce n’est plus du tout les même têtes que l’on croise ! Et puis, on veut quand même essayer de toucher le plus de monde, donc on va plutôt essayer de faire découvrir notre groupe, plutôt que de reconquérir qui que ce soit. Les gens qui nous écoutaient avant seront peut-être là, ça sera à eux de juger si ça vaut le coup. J’espère quand même que notre album plaira à ceux qui nous suivaient à l’époque ! On sortira des clips qui accompagneront l’album pour faire tourner tout ça, puis on se remettra à faire des concerts.

Vous avez repris le projet là où il s’était arrêté. Vous avez préféré entrer en studio plutôt que de reprendre progressivement les concerts… Pourquoi ?

Pour pouvoir proposer quelque chose de nouveau ! On a composé pas mal de titres en trois ans de temps (rires). On pourrait les jouer en concerts tout de suite, mais je pense qu’il est mieux pour les gens qu’ils puissent découvrir ces nouveaux titres à n’importe quel moment de la journée… Après, préparer un concert, ça se travaille, ça prend du temps. Avant justement, on ne répétait pas vraiment… Mais avec le recul, on s’est aperçu qu’il y avait des choses à retravailler… ! Pendant qu’on enregistre l’album, on a aussi le temps de travailler l’aspect scénique. Donc, on sortira l’album More Violent Than Madness et il y aura des concerts par la suite.

Où enregistrez-vous ? Qui se charge du mix ?

On enregistre chez Yoan D’ray. C’est aussi un proche du groupe depuis quelques années maintenant, et il sait parfaitement où on veut aller. Que ce soit niveau matériel ou intellectuel, il a tout pour nous permettre de faire un super disque, et on a confiance en lui. Il s’occupe donc des prises d’instruments, et des voix, ainsi que du mix… On fait tout ça ensemble. Il sait travailler en équipe et trouver les arrangements qui nous correspondent pour aboutir à ce son Thrash « Old School » qui nous plaît tant. Yoan est un peu le metteur en scène de notre imagination.

Quels sont vos projets à venir ?

On a déjà tâté les terrains pour la distribution et la production de l’album… Donc on a déjà quelques labels dans notre viseur. Je pense qu’on va balancer un clip dans les mois qui suivent, juste avant la sortie de l’album. Une fois l’album sorti, il y aura du merch’, des concerts dans la région et en dehors de la région… Donc, on prépare tout ça et on donnera le meilleur de nous-mêmes. Si possible, on aimerait refaire des dates avec nos potes de Bomber ! 

Pour contacter : https://www.facebook.com/ReignOfNightOfficiel?fref=ts

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.