#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette fois-ci, c’est Ava Wolfe qui s’est prêté au jeu !

Propos du groupe recueillis par Axl Meu


Comment Ava Wolfe a-t-il vu le jour ? 

Salut ! Ava Wolfe a vu le jour officiellement en Septembre 2017. Au commencement, il y avait notre ancien groupe, The Heretic Process, formé en 2009. On a commencé en faisant du Deathcore qui, avec le temps, s’est doucement orienté vers un son teinté de touches « Mathcore ». Aussi, en quelques années, le line-up a changé de chanteur deux fois, puis de batteur deux fois… Énormément de changements, ce qui fait que l’essence initiale du projet n’y était plus. En milieu d’année 2017, Julien, l’actuel batteur du groupe de Surf Rock Dusk, nous a rejoints. Nouvelles influences, nouvelles inspirations…  L’évolution du projet s’imposait d’elle-même. En tant que cinéphile, les textes abordent et retranscrivent cette énergie, ce côté barré et Rock’n’Roll, qu’on retrouve dans certains films, certains personnages de réalisateur comme Quentin Tarantino ou Robert Rodriguez. Tu prends l’univers barré d’Ava Lord de Sin City, tu le mixes avec un Winston Wolfe au volant de sa bagnole dans Pulp Fiction, et tu te retrouves avec un personnage Rock’n’Roll, complètement cintré du casque : Ava Wolfe !

Votre EP 6 titres sort prochainement. À quoi les gens peuvent-ils s’attendre de votre part ? 

Ça s’appelle K N O C K S. C’est imagé, volontairement court et direct, en majuscule et avec un point final. Un bon résumé de ce qu’on a à offrir en somme… Bon, on aurait aussi pu te pondre une réponse bien propre et passe partout du genre : « c’est un EP très énergique, cet EP est un bon mix de Mathcore, de Rock’n’Roll, de Hardcore, de « chaotique », de Punk sans pour autant rentrer dans les clichés de chaque style » (rires)

Après ma première écoute, en mon sens, Ava Wolfe propose une musique « Hardcore », assez névrosée dans son ensemble. 

On a pas forcément choisi d’avoir ce rendu final… Il s’est imposé de lui-même. Quand t’as cinq gars qui écoutent de tout, consomment des films à outrance, tu te retrouves forcément avec quelque chose de difficile à classifier. Derrière les fûts, on a quand même un gars qui baigne dans la « Surf Music » bien Rock’n’Roll ! On te laisse imaginer le mélange d’idées ! Alors tu comprendras qu’avec un tel bazar, ce n’est pas une question simple… Mais quand on fait écouter notre son, les noms de Converge, Norma Jean, Dillinger Escape Plan, Every Time I Die et Vision of Disorder ressortent souvent. C’est flatteur, car on écoute ces groupes depuis pas mal d’années.

La musique est-elle un échappatoire pour vous ? 

Je pense que la musique est un échappatoire pour un paquet de gens. On cherche avant tout à se faire plaisir au sein du groupe… Chacun met sa petite touche afin que tout le monde puisse prendre son pied sur scène. Quand tu mets l’instrumental en route sur scène, tu lâches les chevaux ! C’est ça qu’on a envie de partager avec les gens qui viennent à nos concerts ! C’est leur concert, leur scène… Tu veux monter sur scène, fais toi plaisir, sois toi-même… Nous, on est juste là pour partager l’instant présent.

Qu’allez-vous faire une fois l’EP sorti ? Bosser directement sur l’album ? 

Boire un coup déjà ! Une sortie, ça se fête quand même ! Pour ce qui est de l’album, en fait, on a toujours des riffs en stock dans nos téléphones. En fait, on enregistre la moindre idée. Ce qu’on peut dire, c’est qu’on a pas mal d’idées en magasin ! En ce qui concerne la promotion de K N O C K S, tu as pu voir notre premier clip « Grey ». Il est sorti il y a quelques semaines ! Nous l’avons shooté « en live » au Red Studio de Douai. C’est Julien Lagache qui l’a réalisé ! On a également sollicité les « médias-papier » et numériques… Et les chroniques commencent à arriver. K N O C K S sortira en juin… Et pour l’occasion, nous avons souhaité d’organiser plusieurs « release party » ! En bref, ça sera cinq ou six dates rapprochées en juin autour de la même sortie ! Nous avons également comme projet de sortir un nouveau clip. On prépare la rentrée de septembre afin de partager un maximum de scènes, de rencontrer un maximum de monde et de diffuser notre musique, que ce soit sur les plateformes, les réseaux et les médias… Aussi, tu as pu remarquer l’annonce de notre partenariat avec le label Uproar For Veneration Records, sans qui la sortie de l’EP aurait été plus dur ! Le label collabore entre autres avec Good Life pour la distribution en Europe.

Ce samedi, vous vous produirez au Dame C de Lille dans le cadre de la « release party » de Kheos. Pouvez-vous toucher quelques mots concernant ce concert ? 

Kheos fait la « release party » de leur EP, Down To Hell. Le groupe prévoit pas mal de featurings, avec les chanteurs de Downhills, de Lies Matter,d’ Annunaki et de Penumbra. Ce qui annonce une belle soirée en perspective ! On ouvrira pour ce concert. C’est l’association, Northside Booking, qui nous a fait jouer début 2018 au Midland avec Blacklist, qui nous a contactés à nouveau, car elle avait aimé notre prestation ! Pour notre part, on enchaînera sur un deuxième concert à Saulzoir, le même soir, et c’est à regret qu’on ne pourra pas trop profiter avec les gars de Kheos… L’association Taste Of Mind nous avait sollicités et nous avions souhaité répondre présent. On a un EP à défendre ! Le groupe Critical Case clôturera la soirée en fanfare. En clair, à Lille et à Saulzoir, une soirée de qualité qui s’annonce !

Aujourd’hui, malgré tous les efforts déployés par les activistes, les bar-concerts ne cessent de fermer un par un dans les grandes villes. Pourquoi à votre avis ? 

Ça fait chier ! Il y a beaucoup de facteurs… Et c’est un problème complexe ! Évitons les polémiques… On subit la situation comme les patrons des bars, et malheureusement, on ne peut pas y faire grand chose. 

Pour suivre : https://www.facebook.com/AVAWOLFEBAND/

Pour écouter :

 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.