C’est à 48 heures du Hellfest que nous avons contacté les membres d’Hexecutor, le groupe de Thrash Old-School breton. Il a comme mission d’ouvrir les hostilités le samedi matin sous l’Altar, à 10h30 ! Avec quelques démos et un superbe album, Poison, Lust and Damnation à leur actif, il se peut que les Bretons en surprennent plus d’un ! Ça serait dommage que vous manquiez leur prestation, non ? 

Propos de Jey Deflagratör (guitare/chant) recueillis par Axl Meu


Dans quelques jours, vous ouvrez la journée du samedi au Hellfest ! Comment prépare-t-on une telle date ? Allez-vous en profiter pour boire quelques godets ? 

À vrai dire, on n’a rien préparé ! Nous sommes prêts ! On revient d’une tournée européenne. Le mois dernier, nous nous sommes produits en Italie, en Slovenie, en Autriche, en Pologne, en Allemagne, en Belgique et au Luxembourg. Cette date du Hellfest conclut en beauté le semestre ! Je pense qu’on va bien se ravager la gueule également ! (Rires)

Vous n’en êtes pas à votre première grosse date. On vous avait déjà remarqués au Fall Of Summer en 2016 et au Motocultor en 2017… 

On avait fait notre première grosse scène au Motocultor en 2015, et chaque année on a la chance de se retrouver sur un gros festival. C’est toujours un plaisir de pouvoir courir sur des grosses scènes  !  

Votre style renoue avec le Thrash Old-School, celui de Destruction par exemple… Mais il y a également une petite touche de Black dans ce que vous proposez !  

Nous avons pas mal évolué depuis la demo et l’EP. Ces deux objets restaient plus dans un style classique mais on ne veut plus se limiter à un seul style. Tant que cela reste Old-School, ça nous va ! Il n’y a qu’une seule façon de jouer de la musique ! Tu cites Destruction, et bien sûr, nous sommes de gros fans ! Mais il y a un paquet de groupes qui nous influencent, mais ça ne se voit pas trop dans notre musique ! Je pense aux deux premiers albums de Samael, à Vomitor en passant par Uriah Heep et Blue Öyster Cult ! Si tu mets Ratt et Tormentor dans un shaker, tu obtiendras un mélange qui ressemblerait à Hexecutor !   

On imagine que vous êtes également de gros fans d’autres groupes « cloutés » comme Motörhead…

Qui n’est pas fan de ce groupe ? Celui qui aime juste n’a qu’à se pencher plus dessus, et celui qui n’aime pas doit arrêter définitivement la musique ! Car les gentils garçons ne jouent pas du Rock’n’Roll ! Motörhead m’a apporté, comme à beaucoup d’autres, un exemple à suivre, une haine de la race humaine, une définition du mot « charisme ». C’est Lemmy qui m’a convaincu dans le fait de continuer ma collection de militaria allemand. J’aimerais conclure par : “porte une croix de fer ou un uniforme de tankiste, et ne fais pas chier ! Si ta vie, c’est de la merde, fais au moins semblant d’avoir la classe ! Ne te plains pas, sois un loup et dévore cette bergerie nommée le Monde ! »  

« Si tu mets Ratt et Tormentor dans un shaker, tu obtiendras un mélange qui ressemblerait à Hexecutor ! »  

Votre premier album, Poison, Lust and Damnation, a été réédité par le label Triumph Ov Death, et vous avez également inclu cinq titres bonus, ceux qui figurent sur votre démo que vous avez ré-enregistrée… Interprétez-vous ces morceaux de la même façon aujourd’hui en comparaison à vos débuts  ? 

Nous avions rejoué trois titres « Pleasure On Torment », « Violent Destiny » et « Martyrs » dans le cadre de notre « release party » à Rennes en 2016. Le titre « Metal Witchcraft » n’est, lui, jamais sorti de notre set. Aujourd’hui, ces morceaux sont joués avec 30 bpm de plus et avec une agressivité que nous n’avions pas avant ! Mais dans l’ensemble, nous aimerions ne plus revenir sur ces morceaux, nous avons quelque chose de plus intéressant à proposer actuellement ! Ces morceaux avaient été re-enregistrés en 2014. C’était une bonne chose que ces nouvelles versions sortent enfin !

Le son de l’album est assez cru dans l’ensemble, comme s’il avait été capté en 80’s. Quel était l’effet escompté ?  

En fait, sur la version de « Triumph Ov Death » et celle du vinyle « Dying Victims », nous avons effectué une modification du son avec Fog au Caveau Studio, car nous n’étions pas satisfaits du premier mix. Je suis content que cela te plaise. Tout est beaucoup plus clair à présent !  

Hexecutor vient de Rennes, il me semble que vous êtes les seuls dans le coin à proposer une telle musique. N’est-il pas trop compliqué d’organiser chez vous des plateaux estampillés « Thrash/Death » ? 

En effet, il y a très peu de groupes qui font du Thrash en France. Je pense tout de même à Iron Slaught et Mortal Scepter qui ont sorti deux « putain » d’enregistrements. Dernièrement, Sacrifizer est sorti du lot, et leur démo est prometteuse ! Sinon, pour répondre à ta question, ce n’est pas si grave que l’on soit peu ! C’est bien de varier les styles sur les affiches ! Après, nous, on n’organise pas de concerts, mais je préfère une affiche qui brasse tous les styles ! Attention cependant, je ne parle pas de Metal Moderne, ni de Thrash « sans H » et tout ce qui finit par « core » !   

Chez vous, il y a Le Monde Bizarro ! On connait surtout cette salle par rapport à ses belles soirées… Saviez-vous que Crisix et Nervosa avaient fait leurs débuts en France chez vous ? 

Oui ! Nous y avons également fait nos débuts… C’était avec Vulcano et Manzer. C’est un lieu hyper important pour nous. Des groupes cultes comme UK Subs ou Poison Idea s’y sont produits ! J’aimerais encore remercier nos potes de Roazhon Underground pour les soirées de Metal Underground qu’ils ont organisées !    

Que pensez-vous de la nouvelle scène Thrash « revival » ? Vous sentez-vous concernés par cette scène ?  

J’aime pas trop ce mot-là : « revival ». Ça laisse croire que cette scène a été morte un jour… Mais, si tu prends Aura Noir, Inferno, Infernal Breed, Dekapitator ou Hypnosia et j’en passe, qui étaient tous présents mi-90’s jusqu’au début des années 2000 et tous ceux qui ne se sont jamais arrêtés, tu te rendras compte qu’il y a toujours eu une scène ! Après, aujourd’hui, des tonnes de nouveaux groupes font du réchauffé de façon plus ou moins médiocre… Il y a des groupes à baskets et casquette qui ont tendance à ne copier que les riffs de Bonded By Blood d’Exodus ! Tu comprendras que l’on ne se sent pas tout concernés par tout ça ! On joue ce qu’on aime avec des groupes que l’on aime comme Cadaveric Fumes, Herzel, Venefixion, Tentation, Skelethal, que nous saluons au passage !

Heretik Magazine est un média localisé dans les Hauts-de-France. Chez nous, on a quelques groupes de Thrash, comme Mortal Scepter. Tu m’as dit que vous vous entendiez bien avec eux… 

Oui, on connait bien Mortal Scepter ! J’ai la demo et l’EP en vinyle et en CD ! J’attends la suite avec impatience. Je les trouve vraiment phénominaux ! On a eu la chance de partager l’affiche avec eux à Nantes et à Lyon. J’espère qu’on aura d’autres occasions !

Un dernier mot ? 

Merci pour ces questions. On se donne rendez-vous samedi matin à 10h30 sous l’Altar !


Hexecutor, c’est : 

Jey Deflagratör : Guitare/chant

Joey Demönömaniac : Guitare/backing vocals

S.Chainsaw Maeströr : Basse

Putrid Vön Rötten : Batterie

Discographie : 

First Hexecution (2012)

Hangmen Of Roazhon (2014 – EP)

Poison, Lust and Damnation (2016)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.