#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est North Rain qui s’est confié à nous !

Propos recueillis par Axl Meu.


Présentez-vous ! Quelles sont vos principales sources d’inspiration ? 

North Rain s’est formé en 2015. Floriant et Edward au chant, Kenny à la basse, Julien à la guitare, Quentin pour la batterie et enfin Hafem qui s’occupe de tous nos visuels. On essaye de faire la musique qui correspond le mieux à chacun de nous, sachant qu’on n’a pas vraiment de groupes précis auxquels s’identifier. Nos influences tournent pas mal autour du Rock/Punk/Hardcore/Metal Fusion. 

L’année dernière, vous aviez remporté un tremplin qui vous avait permis de vous produire au MainSquare. Alors, un an après, pensez-vous que cela vous a permis d’atteindre une nouvelle étape ? 

Cela nous a permis de vivre une expérience vraiment cool en tant que groupe… C’était la plus grosse date jamais faite pour chacun d’entre nous ! On a pu goûter à la scène professionnelle pure et dure… Et ce n’était que du bonheur ! On a également touché un plus gros public et sommes suivis par plus de monde qu’avant. S’en est suivi la date avec Ultra Vomit au Pharos le 24 novembre 2017, puis une proposition de résidence dans cette même salle. Ce sont les vrais points positifs. Mais la réalité après ça est qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire. Tout n’est pas gagné même après une aussi grosse date… il faut continuer à travailler ! 

Le groupe est sorti de résidence au Pharos en mars dernier. Sur quoi cette résidence va-t-elle aboutir ?
Elle nous a donné l’occasion de travailler notre set dans ses moindres détails et notre jeu scénique sur une vraie scène professionnelle… Ce qui était important pour nous, puisque nous étions sur le point de faire la première partie de Los Tres Puntos quelques temps plus tard. Mais surtout, cela a abouti à l’enregistrement de notre premier EP entièrement financé par le Pharos. Grâce à cette collaboration, on a su gagner leur confiance et pu sympathiser avec l’équipe qui a été très sympathique avec nous tout au long de cette encadrement…

Pouvez-vous nous donner quelques indications sur le prochain EP ?  

C’est l’aboutissement de nos trois premières années de groupe ! On a réuni les morceaux que l’on aimait le plus depuis nos débuts et avons décidé de les enregistrer pour clôturer tout ça… On a longtemps hésité à le faire, puis avec cette proposition d’un financement d’EP, c’était l’occasion… Nous sommes déjà au travail sur un nouveau set de compositions… Et pourquoi pas un autre projet du même genre ? 

Il y a deux chanteurs dans North Rain… Comment Edward et Florian se partagent-ils les parties chantées ?

Ce n’est pas calculé ! Flo et Ed écrivent chacun de leur côté, en suivant les mêmes influences… Tout part d’un air de chant ou d’un couplet « scream »… Et ils adaptent leurs textes en fonction, travaillent leur placement en se concertant… Puis la magie opère ! Peu importe qui chante où… L’important est que ça soit efficace !

Vous avez sorti votre nouveau clip en décembre dernier. Il illustre « Smile And Do The Happy Dance »… On imagine qu’il y aura d’autres clips…

Oui, évidemment ! On réfléchit déjà au prochain, ou les prochains, qui animeront l’EP à venir. Ce clip « Smile And Do The Happy Dance » était vraiment chouette… Et ça nous donne envie d’en refaire avec d’autres décors et d’autres délires !  

North Rain appartient à la scène Fusion, mais on aura tendance à vous voir dans des festivals et événements plus « Hardcore »…

On s’est pas mal inspirés du Hardcore. Cette scène, on l’aime aussi car pas mal d’amis en font partie… On les écoute… Et c’est aussi un bon moyen de faire découvrir notre style à des scènes plus violentes, mais tout aussi réceptives ! 

Que pensez-vous de la scène locale des Hauts-de-France ? 

Il y a vraiment de très bons groupes qui ont énormément de talent. Les groupes du Nord ne cessent de nous surprendre, et certains d’entre eux mériteraient plus que l’étiquette « locale »… Malheureusement, il est compliqué pour cette scène de jouer dans de belles salles, d’avoir du public, des cachets honnêtes… Il est même très difficile d’assurer les premières parties de groupes plus connus. Néanmoins, il faut avancer et redoubler d’efforts pour se démarquer.

Pour contacter : https://www.facebook.com/northrain/

Pour écouter : 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.