Devons-nous encore présenter Ross The Boss ? L’ex-guitariste de Manowar (pendant 9 ans, de 1980 à 1989) continue de prêcher la parole du Heavy Metal, le vrai de vrai, avec une musique authentique. Dans le cadre de son concert à Courtrai (Alcatraz Festival), le guitariste a bien voulu revenir sur sa carrière et nous présenter son nouvel album, By Blood Sworn, sorti via AFM Records en avril dernier. 

Propos de Ross The Boss recueillis par Axl Meu à Courtrai le 10 août (Alcatraz Festival)


Tu reviens de scène. Alors, c’était comment ? 

On a reçu beaucoup d’amour de la part des fans. Nos fans ont très bien accueilli les nouveaux membres de mon groupe… Tu sais, après, nous avons quand même joué beaucoup de morceaux de Manowar aujourd’hui… C’est quand même 80% du répertoire. Néanmoins, on est amené à jouer plus de nouveaux morceaux dans le cadre de la tournée européenne qui arrive… 

Dee Snider rencontre le même problème que toi. Il vient aussi de sortir un excellent album. Il va essayer de jouer moins de morceaux de son ancien répertoire… Cela doit être difficile de faire accepter à ses fans que l’on a d’autres choses à proposer…

Tu sais, le Heavy Metal, c’est très particulier comme univers. Je veux dire, tout le monde veut les classiques, mais les fans continuent de réclamer de nouvelles chansons, et ce n’est jamais assez bien pour tout le monde. J’ai commencé ma carrière solo en 2008, deux ans plus tard, je sors New Metal Leader, puis Hailstorm, j’ai sorti deux albums après avec Death Dealer, et là, cette année, il y a le nouvel album. Tu n’arriveras jamais à satisfaire ton public quoi qu’il arrive, mais je pense que Dee Snider et moi sommes à un moment de nos carrières où le plus important est de se faire plaisir ! Dee et moi-même avons commencé à la même époque… Tu sais à New York City, dans ce milieu, tout le monde se connaissait. Mark Mendoza avait même fait partie de mon premier groupe, The Dictators… On est là depuis longtemps, donc, il faut se faire plaisir sur scène quoi qu’il arrive ! En tout cas, les fans de Manowar étaient contents aujourd’hui, ils ont pu entendre les classiques interprétés de la bonne manière…

Est-ce que tu peux me présenter ton nouvel album, By Blood Sworn ? Quels sont ses moments forts ? 

On a écrit cet album l’année dernière, après notre tournée. Il contient de très bons morceaux comme « By Blood Sworn », « This Is Vengeance », « Play Among The Godz »… Il y aussi « Fistful Of Hate » que j’aime beaucoup. En fait, je trouve qu’on y retrouve un peu ce que j’ai laissé avec Manowar sur cet album. Il faut qu’il y ait du riff ! En tout cas, je pense sincèrement que By Blood Sworn est l’un de mes meilleurs albums ! 

J’ai lu quelque part que tu voulais sonner « old school », mais également d’une façon « new-school » que ce soit sur scène ou en studio…

C’est simple, je ne veux pas sonner comme une vieille démo de batterie. Je ne vais pas nommer, mais il y a des groupes… Tu écoutes leur musique, ce n’est juste pas possible ! Ça sonne comme une batterie électronique… Aujourd’hui, tout l’argent va à l’ingénieur son pour qu’il te fasse le meilleur son possible… Ross The Boss est la réponse à tout ça, regarde, nous, sur scène, nous n’avons pas de plage introductive, je ne veux rien de cela ! Je veux qu’on nous voie juste arriver sur scène avec nos instruments et proposer un concert 100% Rock’n’Roll… 

Est-ce que tu peux revenir sur ton nouveau line-up ? By Blood Sworn est le premier album que tu enregistres avec ces gars…

À l’exception du batteur, oui. C’est mon neveu qui a assuré les parties de batterie sur cet album. Aujourd’hui, c’est Steve Bolognese de Death Dealer qui est à la batterie… J’habitais aux États-Unis, maintenant je vis en Allemagne, il me fallait un nouveau groupe…

Tu ne voulais pas faire comme ces groupes et composer derrière un PC ? 

Non… Le mieux pour moi à l’époque était d’avoir un groupe américain avec qui je pouvais me produire… Je ne suis plus si jeune, et je veux profiter du luxe d’avoir un groupe pour moi, près de chez moi. Après, je tiens à dire que je n’ai aucun problème avec les anciens membres du groupe, mais, au risque de me répéter, si les albums que j’ai faits avec l’ancien line-up étaient déjà géniaux, le nouveau est bien supérieur ! Il y a un bond monumental entre Hailstorm et By Blood Sworn.

« Je sais qu’ils font ça pour l’argent… J’aurais préféré que cela n’arrive pas. »

C’est Stan W. Decker qui s’est occupé de ta pochette. Il est bien connu en France !

C’est un génie, mon gars ! Au départ, nous cherchions un illustrateur qui puisse nous faire une belle pochette… J’ai vu une illustration dans son portfolio qui m’a tout simplement scotché. J’ai appelé Marc Lopes, mon chanteur, et je lui ai montré… Après, il avait fait quelques pochettes pour Night Rangers également… Elles sont belles, mais il y en a d’autres qui sont vraiment incroyables ! Quand je l’ai contacté pour qu’il s’occupe de ma pochette, il m’a tout simplement dit que ce serait un honneur que de travailler avec moi. Il m’a expliqué qu’il était fan de Shakin’ Street, un groupe français dans lequel j’ai joué à la fin des années 80… Il m’a alors dit : « Je vais te faire une pochette d’album, tu ne vas pas en croire tes yeux ! Je veux t’impressionner, j’apprécie tellement ta musique que je vais te faire une de ces pochettes dont tu te souviendras ! ». Quand nous avons vu le résultat final, c’était tout simplement incroyable ! 

Ta contribution dans l’Histoire de la musique Metal est tout simplement énorme. Et dire que tu jouais dans Shakin’ Street ! 

J’ai commencé avec les Dictators, puis j’ai rejoint Shakin’ Street. J’étais en Angleterre avec Shakin’ Street et nous étions en train d’ouvrir pour Black Sabbath. Ronnie James Dio est venu vers moi pour me dire qu’il aimait bien ma manière de donner. Il m’a ajouté : « il y a un gars dans mon équipe, qui s’appelle Joey, tu devais aller discuter avec lui »… Et là, tu vois le génie… « Vous deux, vous devriez discuter, vous parler, peut-être que ça pourrait coller entre vous » « Oui, Monsieur Dio« … Le soir, je suis allé voir Joey, et je lui ai expliqué que c’était Ronnie qui m’avait conseillé d’aller à sa rencontre, et regarde le résultat ! 

On dit que Manowar joue du « True » Metal… Le genre évoluant au fil des années, j’aimerais savoir ce qu’est le « True » Metal aujourd’hui… 

Je dirais que c’est mon groupe ! (Rires) Je ne sais pas comment dire… Le « True Metal », c’est une somme de choses qui sonnent « vrai »… C’est Judas Priest, Accept… Tous ces groupes-là en fait. Dans les années 80’s, ça n’avait pas la même définition. À l’époque, tout ce qui était « true » ne venait pas de Los Angeles… Les groupes ne mettaient pas de maquillage, on ne mettait pas du rose… C’est une définition qui évolue, c’est vrai. Aujourd’hui, les groupes « True » sont devenus les leaders dans le milieu ! 

Manowar est actuellement en tournée d’adieux. Des commentaires ? 

Ah, « The Final Battle »… Je sais qu’ils font ça pour l’argent… J’aurais préféré que cela n’arrive pas. Cette histoire de tournée d’adieux, ça me désole un peu, mais je souhaite le meilleur au groupe et à Joey… 

Manowar va se produire à plusieurs reprises au Hellfest, il n’y a qu’une seule date en France. Et toi, tes prochaines dates en France, c’est pour quand ? 

On a quelques dates françaises… Ross The Boss sera en concert le 22 octobre en Colmar et à Grenoble le 19 octobre ! 


Ross The Boss, c’est :

Ross Friedman (aka Ross The Boss) : Guitare

Carsten Kettering : Basse

Patrick Fuchs : Chant

Matthias Mayer : Batterie

Avec Manowar :  

Battle Hymns (1982)

Into Glory Ride (1983)

Hail to England (1984)

Sign of the Hammer (1984)

Fighting the World (1987)

Kings of Metal (1988)

 

Avec Shakin’ Street :

Shakin’ Street (1980)

Live and Raw (1981)

21st Century Love Channel (2009)

 

Avec Ross The Boss :

New Metal Leader (2008)

Hailstorm (2010)

By Blood Sworn (2018)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.