C’est pile dans un mois qu’Amaranthe partira en tournée en compagnie de Powerwolf pour défendre le successeur de Maximalism, Helix. Et dans un contexte où l’ouverture d’esprit semble être mal en point lorsqu’il s’agit de s’ouvrir à d’autres styles, la rédaction d’Heretik Magazine a décidé de s’intéresser au phénomène « Amaranthe ». Le combo suédois, qui mêle Pop/Electro et Metal, était à Paris le 15 septembre dernier. Olof Mörck a bien voulu répondre à nos quelques questions…

Propos d’Olof Mörk (guitare, claviers) recueillis par Axl Meu par téléphone. 


Amaranthe est sur le point de sortir son cinquième album… Le cinquième en sept ans ! On peut dire que vous êtes actifs ! Comment expliques-tu une telle productivité ? 

J’ai toujours eu l’habitude d’écrire de la musique… Ça m’est toujours venu naturellement ! Quand tu pars en tournée pour un an et demi, tu dois attendre d’avoir plus de temps pour composer. Je n’avais presque rien composé en un et demi… Quoi qu’il en soit, nous adorons aussi bien composer que tourner au sein du groupe ! 

Vous allez fêter le dixième anniversaire du groupe. Comptez-vous fêter ça dignement prochainement ? Peut-être dans le cadre d’une tournée « anniversaire » ? 

Je ne sais pas encore. Là, nous sommes concentrés sur la sortie du nouvel album, Helix… On va bientôt partir en tournée d’ailleurs. Peut-être que nous ferions quelque chose de spécial pour fêter le dixième anniversaire de notre premier album. La formation d’Amaranthe remonte à 2008, certes, mais personne ne nous connaissait à l’époque. On fêtera ça entre nous ! 

Pour ce nouvel album, il y a un changement de personnel, vous avez changé de chanteur. C’est Nils Molins (Dysnazty) qui a rejoint l’équipe et remplacé Jake E. Berg… Comment l’as-tu rencontré ? 

Eh bien, notre première rencontre remonte à 2011, 2012… Il avait assisté à quelques-uns de nos concerts et m’avait avoué qu’il aimait beaucoup la voix d’Elize (Ryd, chant). Quand Jake nous a avoué qu’il songeait à quitter le groupe en 2016, nous nous sommes dit que Nils pourrait faire l’affaire ! Mais il était bien occupé avec Dynazty… Nous avons un peu attendu, et dès qu’il a été disponible, nous l’avons contacté et demandé s’il était intéressé par l’idée de se produire avec nous. Ça, c’était en 2017. Il se trouve qu’il s’est vite très bien entendu avec le groupe. Il avait même l’impression de faire partie du groupe depuis bien longtemps ! Néanmoins, il n’a rien écrit pour le nouvel album… C’est Elize et moi-même qui nous sommes occupés de la composition de l’album. On verra, peut-être qu’il sera amené à composer à l’avenir ! 

Il y a quand même trois chanteurs au sein d’Amaranthe. Ce n’est pas trop difficile de savoir qui doit chanter quoi quand vous composez ? 

Non, non. Tout vient naturellement. Certes, on sait déjà où veut aller, quelle direction prendre, mais on s’autorise également à changer quelques idées quand nous sommes au studio. Nous expérimentons un peu pour voir un peu comment cela rendrait avec tel ou tel chanteur. 

Comment commenterais-tu l’évolution du groupe ces dix dernières années ? J’ai lu quelque part qu’Elise pensait que Helix était sans doute l’album le plus dynamique du catalogue d’Amarante…

Et je partage son avis ! Nous avons placé la barre haut pour cet album. Nous voulions tout simplement composer le meilleur album de notre discographie ! Avec le recul, je me dis qu’Helix est sans doute notre album le plus fort, le meilleur ! 

La réputation d’Elize Ryd n’est plus trop à faire. Elle commence vraiment à avoir beaucoup d’influence sur la scène Rock/Metal. Comment perçois-tu l’évolution de sa réputation ? 

C’est quelque chose auquel je suis habitué, car la première fois que j’ai travaillé avec elle, c’est dans le cadre d’un album de Dragonland, mon autre projet. Avant ça, elle avait participé aux choeurs de deux albums de Falconer. Elle a même été approché par Nightwish pour succéder à Tarja. À l’époque, avant que nous jouions avec Amaranthe, elle avait également assuré deux tournées avec le groupe Kamelot. On peut dire qu’elle n’est pas nouvelle ! Ce que j’adore par-dessus tout chez elle, c’est son ouverture d’esprit ! Dernièrement, elle a participé à un album d’Arion. Elle chante sur le morceau « At The Break Of Dawn ».

De quoi parlez-vous dans Helix ? De votre vie personnelle ? 

Pour ce nouvel album, on a préféré parler de choses vraiment personnelles. Quand tu tournes, tu es loin de ta famille, de tes proches, de tes amis. Ce n’est pas toujours facile, donc pour extérioriser, tu écris des choses qui ont un lien avec ta vie personnelle. Tu te rends compte que la route est encore longue, mais que tu es en train de faire quelque chose dont tu rêvais depuis des années… Les deux morceaux « The Score » et « Dream » parlent de ça. Après, on traite différents sujets, en général, on s’inspire de la vie, et ce à plusieurs échelles : des conversations que tu as eues, des livres que tu as lus, des films que tu as vus… 

« Il y aura toujours des groupes de Black Metal ou de Thrash Metal quoi qu’il arrive. Donc, il ne faut pas s’inquiéter ! »

Tout à l’heure je te demandais comment tu fais pour répartir les paroles… Maintenant, j’aimerais savoir comme tu fais pour mêler Rock, Metal et Pop Music… 

Nous venons tous d’horizons différents. Elize est plutôt issue du milieu Pop et elle aime beaucoup les comédies musicales. En ce qui me concerne, je viens plus de Death Melo et du Power Metal… Johan (Andreassen, ndlr), notre bassiste, écoutait beaucoup de Punk. Bref, tout le monde apporte sa touche, son style… Quand vient le moment où il faut composer un nouvel album pour Amaranthe, je renseigne, j’écoute beaucoup de musique sur Spotify. Je trouve ça intéressant de découvrir différents styles de musique, de m’en imprégner pour créer quelque chose de nouveau. Et même quand tu crois que ça ne va pas marcher, tu crées quelque chose de nouveau. En composant, j’expérimente, je découvre…

Amaranthe est clairement le type de groupe qui évolue avec le temps. D’ailleurs, l’évolution prise par le groupe aurait amené Jake à partir… 

Eh bien, ça dépend. Maximalism était déjà sensiblement différent par rapport aux trois premiers albums que nous avions sortis. Il y avait plus de parties instrumentales. Jake est parti après la sortie de cet album… Enfin, pour moi, je pense que le départ de Jake est lié à des raisons qui n’ont rien à voir avec le style du groupe. 

J’ai lu que tu avais dit, je cite : « Le Metal est devenu une scène très conservatrice ». Tu crois vraiment qu’il est bien plus difficile d’être ouvert d’esprit de nos jours quand on écoute ce genre de musique ? 

Oui, vraiment. Tout le monde pense ce qu’il veut… J’ai personnellement évolué avec cette musique et ai écouté un peu tout ce qui s’est fait dans le style. Dans les 80’s, tu as eu Judas Priest, Iron Maiden, Metallica… Et dans les années 90, il y a eu beaucoup de sous-genres qui sont apparus et qui ont commencé à mélanger différents styles : ça a donné le Death Metal, la Black Metal, le Folk Metal et le Metal Symphonique… Tout ça, ça a vu le jour dans les années 90. Ces groupes ont eu du succès et n’étaient pas forcément reniés. Mais depuis le début des années 2010, ça a changé. Les gens ont commencé à être plus sensibles quand les groupes essayaient de proposer des choses nouvelles. Après, je peux comprendre, le Metal, pour certains, c’est quelque chose de sacré… Mais après, cela ne doit pas empêcher les groupes de vouloir expérimenter. Il y aura toujours des groupes de Black Metal ou de Thrash Metal quoi qu’il arrive. Donc, il ne faut pas s’inquiéter ! (Rires)

Allez-vous sortir un nouveau clip dans les jours à venir ? 

Oui, c’est le morceau « Countdown » qui fera l’objet du prochain clip. C’est également Patrick Ullaeus qui l’a produit, et les images sont tout simplement belles ! 

Olof, je t’ai découvert grâce à ton autre groupe Dragonland. Quand allez-vous sortir un nouvel album ? 

Peut-être l’année prochaine… Le processus de création a toujours pris beaucoup de temps au sein de Dragonland. Pour le moment, nous avons quatre/cinq morceaux qui sont presque prêts… En tout cas, nous avons une ligne directrice le concernant… Après, je suis quand même bien occupé avec Amaranthe, quand j’ai du temps libre, je compose pour Dragonland. 

Quelques mots concernant votre prochaine tournée ? 

Nous allons tourner en compagnie de Powerwolf dès le mois d’octobre, et nous commencerons par Paris (le 26 octobre prochain au Bataclan, ndlr)… Nous allons ajouter quelques dates dans les jours à venir ! 


Amaranthe, c’est : 

Elize Ryd : Chant clair

Olof Mörck : Guitare, claviers

Johan Andreassen : Basse

Morten Løwe Sørensen : Batterie

Henrik Englund : Chant, growl/grunt

Nils Molin : Chant clair

Discographie :

Amaranthe (2011)

The Nexus (2013)

Massive Addictive (2014)

Maximalism (2016)

Helix (2018)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.