Décidément, il ne se passe pas une année sans qu’on entende parler de Klone chez nous dans les Hauts-de-France. Alors, on ne reviendra pas sur la formation en elle-même, mais précisons tout simplement que Guillaume Bernard et sa bande, qui avaient pourtant annoncé reprendre la route des studios pour travailler sur le successeur de Here Comes The Sun, ont décidé de prolonger le plaisir « unplugged’’ le temps de quelques dates.

Chanceux que nous sommes, Klone est passé saluer ses fans nordistes deux soirs d’affilée, le vendredi 23 novembre au Garage Café (Cambrai) et le lendemain au Bobble Café (Lomme). Deux spots pour deux ambiances on ne peut plus intimistes. Et pourquoi nous serions-nous privés d’assister aux deux concerts ? 

Par Axl Meu

Crédit photo : Eric Meuriche


Klone + CLOUD Cuckoo LAND au Garage Café (Cambrai) le 23/11/18 :  

La soirée peine à se mettre en marche. Pour une fois, les retardataires arrivent à l’heure et CLOUD Cuckoo LAND (composé de membres de Klone et de Mélusine Fradet, comédienne et chanteuse) peut désormais se produire devant une flopée de fans uniquement venus pour Klone. Difficile d’imposer son set  – alors composé de titres du premier et seul opus du groupe, Somewhere In Between – dans ces conditions. Néanmoins, quelques titres sont quand même parvenus à susciter l’intérêt de quelques mélomanes. Dommage cependant que leur plaisir ait été de courte durée… Merci les chuchotements ! Pourtant, la voix de Mélusine, vêtue d’une sorte de redingote verte, frôle la perfection et se fond très bien dans l’alliage electro/classique de Guillaume Bernard et d’Aldrick Guadagnino, eux-même mis en relief par les percussions grinçantes de Romain Berce 

Désormais, le public est prêt pour Klone. À notre grande surprise, Ellemra n’est pas là (alors sur la route pour défendre, Blablabla, une comédie à succès), c’est donc Romain qui assure les percussions, et à lui d’apporter « ce petit truc en plus » (remplacer les lignes d’accordéon, notamment) qui avaient rendu les relectures des standards de Klone si particulières. Alors dès que la formation reprend possession de la scène (avec Yann Ligner), le calme prend le dessus et certains aficionados trouvent bon de s’asseoir pour écouter attentivement les harmonieuses guitares conduites par le souffle chaleureux du chanteur. Le son est particulièrement bon et Klone enchaîne les standards (« Immersion », « The Silent Field Of Slaves », « Neboulus ») sans discontinuité quand ses membres ne s’enivrent pas avec les ligueurs (dont le contenu nous reste encore méconnu à ce jour) qui leur sont offertes. Bref, la bonne ambiance est au beau fixe et le groupe ne rechigne pas lorsque le public réclame quelques ultimes rappels, une requête qui aboutit aux interprétations des classiques « Heart Shaped Box » (Nirvana) et « Black Hole Sun » (Soundgarden), qui n’ont rien à envier à la revisite du classique de Depeche Moche, « People Are People ».

Klone + CLOUD Cuckoo LAND + endEAvor au Bobble Café (Lomme) le 24/11/18 : 

Deuxième sortie nordiste pour Klone and co’ : direction le Bobble Café de Lomme, mi-salle de concert, mi-salle de jeux-arcade, pour une soirée organisée par les Lillois de Riffeater. Contrairement à la veille, la jeune formation endEAvor les accompagne (pour la deuxième fois, souvenez-vous, la première, c’était le vendredi 19 mai 2017 au Biplan). Beaucoup de leurs amis ont été conviés et les nordistes présentent quelques extraits de leur premier EP à venir, The Beginning. Les nordistes qui évoluent dans un style de Prog’ moderne (TesseracT, Periphery, Animals As Leader…) délivrent une prestation honnête rythmée par des parties de guitare tapées et un chant clair (malheureusement trop en retrait ce soir). Bref, ce concert promet un bel avenir pour cette formation qui n’en est qu’à ses débuts. Néanmoins, peut-être aurait-il été judicieux que ses membres surprennent en retravaillant leur set façon ‘’unplugged’’ comme le font Klone depuis quelques années maintenant. 

Place à CLOUD Cuckoo LAND qui nous sert le même concert que la veille, mais l’accueil est bien différent. L’audience semble également avoir fait le déplacement pour assister au show de Mélanine, particulièrement en voix ce soir. Ce projet éveille donc la curiosité des fans de Rock atmosphérique qui écoutent d’une oreille attentive les vocalises de la jeune chanteuse comédienne qui complète à merveille les lignes pincées de Guillaume, notamment sur « Small Steps ». Et ça marche ! C’est un carton plein pour la jeune chanteuse qui peut repartir chez elle avec le sentiment du devoir accompli ! 

Nous ne nous attendions pas à ce que Klone revisite son set non plus. Néanmoins, il s’avère que si l’ambiance était déjà bien chaleureuse au Garage Café de Cambrai, elle l’est d’avantage au Bobble Café où il fait chaud, trop chaud ! De plus, à notre grand regret, l’endroit peine à satisfaire tous les fans (trop) venus en nombre ce soir pour le grand plaisir des organisateurs. Dommage qu’il n’y ait pas d’estrade (on ne voit vraiment rien), car, une fois de plus, le concert vaut son pesant de couronnes ! C’est finement exécuté et le public, attentif, se laisse bercer par la magie  « Klone » jusqu’aux reprises finales de Nirvana et de Soundgarden. 

La rédaction n’était pas le seule à se rendre aux deux concerts nordistes de Klone. Et il n’y a pas dix mille raisons à cela. Où que Klone passe, le public est assuré d’assister à un concert de qualité où émotions et mélodies se confondent. Une chose est sûre, Klone n’a pas fini de faire parler de lui et Heretik a tout simplement hâte de les revoir au Hellfest 2019 ! 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.