Un moment plutôt insolite pour passer une interview ! DK Deviant, l’homme à la tête d’Arkhon Infaustus, était en train de se faire tatouer sur le stand de La Machine Infernale (Tyrant Fest) lorsque la rédaction est allée lui poser ses quelques questions. Alors, imaginez la scène, un frontman allongé martelant ses convictions au sujet du Black Metal sous un fond sonore d’Enfer. Croyez-le nous ou pas, ce genre d’exercice aurait refroidi tous journalistes en herbe, l’enregistrement étant de médiocre qualité. Bonne lecture ! 

Propos de DK Devient recueillis par Axl Meu (Tyrant Fest)


Que te fais-tu tatouer ? 

Une fleur de lys avec une croix inversée. 

J’imagine que ça représente quelque chose pour toi…

Je crois que ce n’est pas une question qu’il faut me poser. (Rire) En fait, j’ai vu le dessin, il m’a plu. Ça représente ma culture, même si je ne suis pas royaliste, du tout. Ça représente ma famille et la terre sur laquelle je suis née. 

Parlons d’Arkhon Infaustus à présent. Vous avez fait votre grand retour sur les planches il y a un an et demi maintenant. Tu avais fait une longue pause… Ce n’était pas trop difficile de se remettre en selle et de trouver de nouveaux musiciens.

L’année dernière, ça ne s’était pas très bien passé. J’ai fait confiance à de mauvaises personnes. Une personne nous a mis dans une situation chaotique. Il n’était tout simplement pas prêt à revenir sur scène avec nous. Du coup, le premier concert de la formation était quand même assez merdique à mon sens. C’étaient des musiciens que j’avais rencontrés une semaine avant le concert. C’était vraiment fait à l’arrache. 

Tu as un nouveau line-up ! J’ai appris que c’était Samuel Santiago qui était derrière les futs. Qu’aimes-tu dans son jeu ? 

Son côté violent, sa frappe qui est carrément forte ! 

Le Tyrant Fest est sans doute un des rassemblements de musiques noires les plus en vogue en ce moment. Il me semble que l’événement vous avait approchés l’année dernière, mais que ça ne s’était pas concrétisé pour finir… 

Ouais, ça ne s’était pas concrétisé car Regarde Les Hommes Tomber jouait le même jour que nous. Sauf que leur booker avait convenu avec le Tyrant Fest que Regarde Les Hommes Tomber devait jouer avant la tête d’affiche. On aurait été amenés à ouvrir pour Regarde Les Hommes Tomber, ce qui n’était pas logique à mon sens. On a préféré annuler notre venue…

… Pour revenir l’année d’après. Akhon Infaustus a rejoint le roster des Acteurs De L’Ombre Productions l’année dernière. Vous êtes un des seuls groupes du roster à rester dans la lignée propre au Black Metal. Vous n’appartenez pas à cette nouvelle mouvance dite  » Post-Black Metal »… 

Oui, on est les seuls à proposer ce genre de Black Metal chez Les Acteurs de L’Ombre. Après, il y a quand même Moonreich qui fait dans le Black Metal. Mais oui, on fait assez tache dans le catalogue des Acteurs de L’Ombre. On a participé au LADLO Fest cette année et c’est vrai qu’on s’est demandé ce qu’on faisait là-bas. Le public ne ressemblait pas au public typé Black Metal… Ce que l’on appelle le Post-Black Metal aujourd’hui porte assez mal son nom, car on est très loin de l’esprit Black Metal de base. 

Au niveau des valeurs ? 

Bah oui ! Ils ne respectent pas les valeurs du Black Metal. Dans la plupart des cas, ils ont les cheveux courts, ils les cachent derrière des capuches, comme s’ils jouaient un rôle pour finir. Sur scène, ils voient la vie en noir, mais dans la vraie vie, ça pourrait être ton boulanger. Peut-être qu’ils aiment la musique qu’ils jouent, mais ils ne la vivent pas. Leur vie personnelle n’a rien à voir avec le Black Metal… J’ai rien contre leur musique, c’est plutôt l’emploi du mot Black Metal qui me gêne. Y’a vraiment rien de Black Metal dans tout ce qu’ils font ! Ça me gêne, moi, personnellement. Ils utilisent des symboles sataniques, alors qu’ils ne sont pas du tout là-dedans, alors oui, ça me dérange. 

« Ce que l’on appelle le Post-Black Metal aujourd’hui porte assez mal son nom, car on est très loin de l’esprit Black Metal de base »

Le dernier EP du groupe remonte à 2017. C’était Passing The Nekromanteion. Sortir un objet, ce n’est pas un acte anodin. Ça prend beaucoup de temps et c’est le fruit d’une longue réflexion. Y a-t-il quelque chose de prévu pour la suite ? 

J’ai commencé à travailler sur les compositions du nouvel album. Je vais en préparer dix et en garder huit. J’espère pouvoir commencer à enregistrer l’album au début de l’année 2019 et sortir l’objet à la rentrée prochaine. 

Les titres sur Passing The Nekromanteion étaient quand même relativement longs. Les prochains le seront-ils également ? 

Non, pour le dernier EP, je m’étais vraiment lâché. Ça faisait un moment que je n’avais pas composé. Je ne m’étais pas fixé de limites… Mon projet était de mélanger brutalité et lourdeur afin d’en faire dégager un côté plutôt hypnotisant. Là, je vais partir sur des morceaux plus courts. Même si je n’y arrive jamais. En général, les titres font entre cinq et six minutes. J’essaie de faire des choses plus violentes, mais ça ne sera pas aussi flagrant que sur le nouvel album. Peut-être que cela se verra plus sur l’album suivant… Je vais réapprendre à composer d’une manière différentes quoiqu’il arrive. 

Pour moi, Arkhon Infaustus est profondément lié avec l’art de la provocation. D’ailleurs, ça s’est renforcé dernièrement avec le partenariat avec Hate Couture. 

Pour nous, quand on a commencé à faire dans la provocation, c’était normal. Là, aujourd’hui, il y a une nouvelle génération… Le monde change vachement. Il y a toutes ces fausses revendications qui ont surgi de nulle part, tu sais avec les vegans et les féministes. Du coup, je t’avouerai qu’on aime bien faire chier les gens, notamment avec Hate Couture. C’était tout simplement normal pour moi. C’est quelque chose qui m’amuse, le monde est tellement rempli de cons. 

Arkhon Infaustus a fait pas mal de belles dates dernièrement. J’ai noté une performance remarquée dans le cadre du Brutal Assault. Malgré la longue pause du groupe, sa renommée internationale ne semble pas avoir pris de coup. D’ailleurs, vous allez également vous produire dans le cadre du Steel Fest… Y en a-t-il d’autres en prévision ? 

Je ne sais plus. On a un festival au Portugal. Pour les gros festivals en France, on a rien de prévu pour cette année. On est encore au mois de Novembre, on verra. 


Arkhon Infaustus, c’est : 

DevianT Von Blakk : Vocals, guitars and bass

SkVm : Drums

Discographie :     

Hell Injection (2001) 

Filth Catalyst  (2003) 

Perdition Insanabilis (2004) 

Orthodoxyn (2007)  

Passing The Nekromanteion (2017)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.