#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Day Of The Beast qui se confie à nous !

Propos recueillis par Axl Meu


Présentez-vous !
Salut Heretik ! Tout d’abord merci pour l’interêt que vous portez au groupe ! Nous sommes Day Of The Beast, venu tout droit des Enfers en l’an 2017. Nous apportons sur Terre, « la parole de la Bête », par l’intermédiaire notre Black Metal « Old School », aux racines noires, semblables aux flux qui s’écoulent des entrailles des Enfers. Le groupe est formé de trois membres : Sheogorath à la batterie, Hadès à la guitare et Demoniac à la basse et au chant. 

Vous avez sorti une première démo, c’est First Invocation, qui contient trois titres… Présentez-les !
À travers notre artefact infernal, nous véhiculons trois commandements.
Le premier est « l’antithéisme », qui est le concept qui prône l’autonomie individuelle face aux diverses institutions religieuses. Pour faire plus simple, le rejet des doctrines afin de penser par soi-même. « Bastard Jesus Christ » montre que nous avons tous le droit d’avoir nos propres croyances et qu’il ne faut surtout pas les imposer aux autres. 

Le second est le principe de responsabilité. « Descent Into Hell » aborde le fait que nous devons assumer nos actes, ainsi que nos propres choix. Ils peuvent être à la fois bons ou mauvais… On chante qu’il faut savoir aller jusqu’au bout de ses convictions les plus profondes ! Le but ultime est de devenir un être accompli et en adéquation avec soi-même. Il faut savoir également payer les conséquences de ses actes ou propos….

Le troisième est la divergence de point de vue. Ce thème est développé dans la chanson « Perversion de Sade » qui aborde le sujet de la Luxure. La perception que l’on a des choses reste individuelle. Le bien ou le mal, notre vision des choses nous obligent, selon le degré de l’acte, à ranger les faits dans une catégorie bien précise. Mais ces deux notions ne sont elle pas finalement complémentaires pour finir ? 

Vous êtes allés au Psykron Studio pour l’enregistrement de l’objet. Comment avez-vous travaillé avec lui ? Quelle fut sa part de contribution ?
Nous avons fait appel à Phil Reinhalter, au mois d’Avril 2018, sur les conseils avisés d’un ami proche. Phil a été à notre écoute et a ajouté sa patte personnelle, comme dans l’ « outro » de « Descent Into Hell ». Nous connaissions son travail avec son groupe Putrid Offal ainsi qu’avec d’autres groupes comme Black Juju inc… Il nous a beaucoup conseillés et a bien compris notre univers. Grâce à lui, le résultat n’en a été que meilleur. C’est une expérience que nous n’oublierons pas de si tôt. 

Dans votre son, on peut retrouver la patte des premiers Celtic Frost, Venom, mais avec une touche plus moderne. Quelles sont vos sources d’inspiration ? Comment ne pas tomber dans la copie ?
Comme le disait le philosophe Georg Lichtenberg : « Qui trop imite, affaiblit sa propre imagination. ». Nous aimons les reprises, mais nous prenons du recul pour ne pas tomber dans le piège. Le but n’étant pas de refaire les choses qui ont déjà été faites. Nos sources d’inspirations sont très variées, Demoniac est plus Metal extrême et Hard Rock des années 80. Hadès, lui, apprécie des groupes de métal extrême plus modernes. Sheogorath, quant à lui, a des goûts plus éclectiques. Son ouverture d’esprit et « non exclusif » est une force pour nous. Au niveau des influences du groupe, on y retrouve Bathory, Venom, Celtic Frost, Marduk, Immortal et toute la clique. Nous avons créé notre univers bien à nous, tout en gardant un esprit moderne. En ce qui concerne les paroles, Demoniac puise non seulement dans l’occulte et le satanisme mais aussi dans les faits historiques. 

Parlez-nous un peu du packaging de cette démo !
Notre artefact infernal se compose de divers éléments. Tout d’abord les trois commandements infernaux, un artwork élaboré par notre amie Cindel Croft, trois badges pour faire le malin à la sortie du bahut, le sticker de la marque de la Bête et enfin des flyers pour diffuser la bonne parole. 

Vous allez vous produire prochainement au Red Bar (Boulogne-sur-mer) le 9 mars prochain avec In Hell, Crushburn et Fire Wheel Corporation. Qu’allez-vous jouer ?
En effet, les apôtres de la Bête viendront consumer les âmes et invoquer leur maître pour la première fois, lors de cette date, en compagnie de nos frères d’In Hell, Crushburn et Fire Wheel Corporation. Lors de ce concert, il y aura bien entendu les trois commandements de l’EP ainsi que d’autres, pour l’instant gardés secret dans les limbes…

Que pensez-vous de la scène locale des Hauts-de-France ?
La scène locale est riche, mais malheureusement trop peu médiatisée, tout comme l’univers Metal en général. Nous sommes une poignée à résister et nous essayons d’offrir autre chose à un public qui est bel et bien présent. Nous déplorons également le manque de lieux, propices aux rassemblements Metal, ce qui met à mal la diffusion et la découverte de certains groupes qui valent le coup d’être connus et reconnus. La scène des Hauts-De-France regorge pourtant de pépites Dunkelnacht, Frakasm, Spirit et j’en passe… Des pierres brutes, qui n’attendent que de briller plus encore. 

Pour suivre : https://www.facebook.com/Day-of-the-beast-2253420671395867/

Pour écouter : 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.