#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Sorcières qui s’est confié à nous !

Propos de Thibaut (guitare) recueillis par Axl Meu


Parlez-nous un peu de l’histoire de Sorcières. Qui est à l’origine de la formation du groupe ? 

J’ai lancé le projet en solo et ai publié une démo que l’on peut écouter sur notre chaîne Youtube à la fin de l’année 2016. Par la suite, j’ai été rejoint tout au long de l’année suivante par Alex (batterie), Roman (guitare), P-A (chant), David (basse). Marie (violon), qui jouait aussi dans le groupe Adler, est arrivée en janvier 2018. Son arrivée a d’ailleurs provoqué quelques changements dans la composition des morceaux.

Vous venez juste de sortir votre premier EP, Sombres Danses. Est-ce que tu peux me parler de sa genèse ? Où l’avez-vous enregistré ? Comment ? 

On a enregistré la batterie avec Tom de Riff Sound Studio et tout le reste à la maison : des guitares au violon en passant par le mixage et l’illustration. L’objectif était de présenter les morceaux que l’on joue en concert et de créer une ambiance sans utiliser d’instruments virtuels, ni de samplers, avec un son brut et très peu d’effets numériques.

Combien de titres l’EP comprend-t-il ? Peux-tu nous présenter chacune de ses pistes ? 

Il y a cinq titres. Pour commencer, il y a les deux premiers qui étaient déjà de la démo (« Sorcières », « Grim », ndlr). Ces chansons ont été retravaillées pour figurer sur l’EP. Ensuite viennent « Ophidia », le morceau le plus long avec des sonorités orientales, et « Sombres Danses », celui qu’on a diffusé sur Internet la semaine dernière. Le dernier titre est un bonus acoustique que l’on joue « en live » et que l’on reprendra sûrement dans un album avec tous les instruments.

Sorcières joue d’un Black Folklorique. J’imagine que ses membres sont passionnés par la ‘’fantasy’’ et tout ce qui a attrait à l’ésotérisme. Quelles thématiques abordez-vous sur l’EP ?  

La nature, l’être humain et tout ce qui les sépare. Les textes puisent dans le folklore européen et réinventent des images qui existent depuis toujours en essayant d’éviter les clichés ! Ils sont également plus sombres et font dans l’onirisme !

J’imagine que vous pensez déjà à l’album… ? Avez-vous déjà des pistes ? Des idées ? 

On n’a pas pu tout mettre sur l’EP, donc oui ! Des morceaux tout neufs arrivent également, ce qui nous donne largement de quoi faire un album, mais on doit d’abord les travailler. 

Sorcières a déjà une petite série de dates à son actif. Quelles sont les prochaines ? Y a-t-il eu une ‘’release party’’ pour la sortie l’EP ? 

Nous nous produirons au MCP Apache en Belgique (à Fontaine-l’Evêque, ndlr) le 23 février, en première partie du groupe Italien Scuorn ! On n’a pas prévu de « release party », mais on participe au Pagan Metal Tour organisé au Midland le 2 mars, ça sera l’occasion de présenter l’EP aux Lillois. Toutes les dates sont sur notre page Facebook.

La scène des Hauts-de-France est en riche en formations prometteuses. Y a-t-il un groupe qui vous a surpris dernièrement ? Pourquoi ? 

Death Structure ! Ce sont des amis ! Sinon il y a aussi Until Dead qui font un Black plutôt efficace, mais on n’a pas encore eu l’occasion de les voir en concert.

Pour suivre : https://www.facebook.com/sorcieres.band/

Pour écouter :

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.