#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Bagarre qui s’est confié à nous !

Propos de Mickaël Alcarcon (batterie) recueillis par Axl Meu


Est-ce que vous pouvez vous présenter ? Il me semble qu’il y a eu d’autres formations avant ‘’Bagarre’’…

Mickaël Alarcon (batterie) : Oui, pour ma part, j’ai fait partie d’autres formations allant du Grind, Death Metal, Crust, Grind etc… Mon dernier groupe en date s’appelait Massive Obliteration, c’était du Grind/Death influencé par Terrorizer et Nausea L.A, Repulsion, et les débuts de Napalm Death, et c’était avec Conrad qui est aussi le guitariste de Bagarre

Avec un patronyme comme « Bagarre », on peut dire que le message est clair. Vous n’êtes pas là pour enfiler les perles. 

Mickaël : (rires) Hahaha ! c’est un nom qui correspond à la musique que l’on joue et ses paroles, d’autant que nous avons aussi choisi de nous exprimer dans notre langue, sur des sujets qui font parti de notre quotidien, étant des personnes de la classe ouvrière.

Une première K7 va voir le jour en septembre prochain, elle sera strictement limitée à 50 exemplaires. Néanmoins, le son est déjà disponible sur le Bandcamp du groupe. On peut y trouver quatre morceaux, sous forme de démo, qui mettent en avant un groupe qui revient aux origines du Punk/Hardcore. Plusieurs questions : pourquoi êtes-vous revenus au format K7 ? À quel groupe désirez-vous ressembler ? 

Mickaël : La démo sortira à cinquante copies, oui… Peut-être que d’autres exemplaires seront pressés et sortiront en fonction de la demande, ce qui évite de presser trop de cassettes et de se retrouver avec des invendues… Le style musical correspond totalement à ce que aimons écouter, comme tu dis, c’est un retour aux sources du Hardcore traditionnel des années 80… Un style qui n’est jamais vraiment mort contrairement à ce qu’on peut croire, qui a toujours su exister contre vents et marées durant les années 90 jusqu’à aujourd’hui. Le fait est qu’on n’en entend pas parler parce que c’est une scène très fermée et pas très carriériste ou professionnelle, comparée à la scène ‘’Metal’’… Sinon, je ne dirai pas que l’on veut ressembler à tel ou tel groupe… Disons plutôt que nos influences vont du côté des groupes américains du début des années 80, surtout du côté de villes comme Boston et des groupes comme SS Decontrol, D.Y.S, Last Rights (pre-Slapshot), Slapshot ou Détroit pour des groupes comme Negative Approach, ou même la scène Anglaise des années 80 avec Descomme Ripcord etc… 

Où cette démo a-t-elle été enregistrée ? 

Mickaël : Les morceaux ont été enregistrés en conditions ‘’répète’’ par nos soins, avec un « 16 pistes » et des micros partout. Ils ont ensuite été mixés par Eric, un ami, qui s’est aussi chargé du ‘’mastering’’. Le son est tout à fait convenable selon nous pour une démo qui a été enregistrée en seulement quatre heures ! 

J’ai néanmoins lu que vous étiez à la recherche d’un chanteur… 

Mickaël : En fait sur la ‘’démo’’, c’est Conrad, le guitariste qui s’occupe du chant… À ce moment, nous n’avions pas de chanteur et vu qu’il fallait enregistrer une démo, on s’est dit que l’un de nous deux, lui ou moi, devions faire ‘’la vocale’’. On avait quelques textes écrits… J’ai d’abord essayé, mais ma voix ne correspondait pas, elle sonnait trop Death Metal Grindcore. On ne refait pas ! (Rires) Et quand bien même ma voix sonnait un peu plus claire, elle sonnait toujours trop typée et très « Crustcore », donc c’est Conrad qui s’est chargé du chant… Et avec un peu d’entrainement, il y est arrivé et le résultat figure sur cette démo. Mais, oui, nous cherchons un chanteur histoire de pouvoir jouer sur scène et pour assurer les prochains enregistrements.

La Bagarre n’a pas encore de page Facebook. Comment suivre l’actualité du groupe dès lors ? 

Mickaël : Oui pas de Facebook, seulement un Bandcamp ce qui est déjà très bien pour ce tenir au courant des futures sorties – plus la promo’ du label -, on n’a pas de Facebook, tout simplement car nous n’en ressentons pas l’envie… Le bouche-à-oreille, et le supports de notre label Offside Records/Thrashzone Tapes et aussi le support indéfectible des gens dans cette scène musicale fait que les gens arrivent à se tenir au courant de ce qui se passe

Que pensez-vous de la scène Hardcore des Hauts-de-France ? Connaissez-vous des asso qui font jouer du Hardcore dans les Hauts-de-France ? 

Ici, il y a une petite scène Hardcore et Punk active et des lieux associatifs pour jouer comme le CCL ou d’autres… Niveau groupes, ça suit aussi avec de très bons groupes comme Gutter, Années Zéro

Pour écouter et suivre : https://bagarre1.bandcamp.com/releases

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.