L’image contient peut-être : 4 personnes

Carnation, c’est la nouvelle référence du Death Metal « old school »  »made-in-belgium ». À mi-chemin entre le Death floridien et le Death suédois, Carnation – après un premier album, Chapel Of Abhorrence (sorti chez Season Of Mist en août 2018) – a empilé les belles tournées et prestations – notamment dans le cadre du 70.000 Tons Of Metal – et compte bien se faire connaître chez nous, en France. À l’Alcatraz Festival, Heretik Magazine s’est rencardé avec Simon Duson et son équipe à la veille de leur performance. 

Propos du groupe recueillis par Axl Meu


Demain, vous vous produirez pour la deuxième fois dans le cadre de l’Alcatraz Festival. Votre première ici, c’était il y a deux ans ! Par la suite, le nom du groupe a commencé à circuler en Belgique et un peu en France. Ce n’est qu’après que vous avez rencontré les gars de Season Of Mist pour la sortie de votre premier album. 

Simon (chant) : Oui, cette première date nous avait ouvert pas mal de portes . À la suite, on a eu une belle exposition et des médias comme Rock Tribune – partenaire officiel de l’Alcatraz – nous a filé un sacré coup de pouce en nous donnant d’autres contacts. L’accueil que nous avait réservé les gars du festival a été bien au delà de nos espérances. À l’époque, nous étions à la recherche d’un label solide qui puise nous épauler et notre management nous a alors mis en relation avec Season Of Mist. Ils étaient intéressés. C’est comme ça que nous avons été amenés à travailler ensemble.

Quand on pense à la Belgique et sa scène Death, très peu de groupes de Death Metal  »à proprement parler » sont évoqués. On pensera bien sûr à Aborted, mais votre Death est totalement différent. Vous, vous avez décidé d’évoluer dans un Death traditionnel : celui de Morbid Angel, Massacra, Dismember, Obituary… Pourquoi ? 

Tout simplement, car nous y sommes très attachés. Entre la scène américaine et la suédoise, je ne saurais te dire laquelle on préfère. Quand je compose pour Carnation, j’essaie de prendre le meilleur des deux scènes et de forger le son « Carnation ». Nous sommes pas du genre à nous à inspirer des groupes belges, c’est simple, il n’y en a presque presque pas.

Vous mentionnez la scène suédoise et la scène américaine, mais en France, nous avons connu une scène Death, assez confidentielle, avec des groupes comme Mercyless, Loudblast, Massacra et Agressor… Ça vous parle ? 

Jonathan (basse) : J’aime beaucoup Loudblast… Ça fait genre une dizaine d’années que je suis l’évolution du style…Et Loudblast et Massacra font sans doute partie des meilleurs ! 

Carnation revendique une identité « old school »… Néanmoins, avec l’ère du numérique, il peut être difficile d’être à 100% « old school »…

Simon : Après, ça dépend de la définition de « old school » que tu donnes. Pour moi, être « old school », c’est surtout une histoire de son plutôt qu’un style de vie. Je pense que c’est également un moyen de faire la différence entre les groupes de Death Metal moderne et les autres qui aspirent à camper sur la tradition du genre. Néanmoins, oui, j’estime, pour tous les groupes – quel que soit le style – qu’il est difficile de faire sans les réseaux sociaux et la technologie. 

L’année dernière, vous avez sorti votre premier album, Chapel Of Abhorrence. Êtes-vous sur la suite ? 

Oui, nous avons déjà six morceaux de prêts et nous comptons en composer quatre autres. Dernièrement, nous nous sommes rendus dans notre studio d’enregistrement et avons commencé à ‘maquetter’ l’ensemble histoire de voir si on devait revoir les tempos ou autres. À titre personnel, je trouve les premiers morceaux très bons… L’album devrait sortir l’année prochaine, mais je ne sais pas trop. C’est encore en discussion avec notre management et notre label. Pour le moment, je ne peux pas te donner plus d’informations. 

Comment concevez-vous la scène, vous qui vous produisez le visage recouvert de sang ?

C’est juste une histoire de créativité. Quand j’assiste à un concert et que le groupe amène des choses en plus dans son concert – des sortes d’extra – j’ai tendance à me souvenir d’eux plus facilement. Tout est une question d’identité visuelle. Quand un musicien donne de l’importance à l’aspect visuel de son groupe, il a de fortes chances qu’on le remarque. J’ai toujours trouvé ça important. Donc, le sang, les chaines et autres effets ont pour but d’apporter un « plus » à nos performances.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Carnation-Band-2018.jpg.

« Quand un musicien donne de l’importance à l’aspect visuel de son groupe, il a de fortes chances qu’on le remarque.« 

Vous inspirez-vous des films d’horreur ou autres ?

Oui. Quand j’écoute de la musique ou que je la compose, j’essaie de transposer des images. Je visualise, j’interprète, et je vois par la suite comment faire évoluer la chose. On est plus dans le « gore » et il est dans mon projet de mettre à jour notre formule pour les mois à venir. Garder les mêmes idées, mais essayer de faire évoluer tout ça en vue de la sortie de notre deuxième album. 

Carnation n’est pas encore très connu en France. Carnation est-il amené à se produire chez nous, en France ? 

On travaille là-dessus. Et il est dans nos projets de nous produire en France plus régulièrement à l’avenir. Je me souviens de cette date à Lille qu’on avait donnée en octobre dernier. C’était gratuit à Lille, au Bistrot de St-So (dans le cadre de la  »Fête ô Tarés », l’anniversaire du Carré des Halles, ndlr) C’était vachement bien !

Carnation compte parmi ses proches le groupe Evil Invaders. Il me semble que leur bassiste, Joeri, est venu vous prêter main-forte pour quelques dates cette année…

Oui, ce sont de supers potes. Ça fait pas mal de temps qu’on se connait, les gars du groupe et nous avons été amenés à nous côtoyer à plusieurs reprises ces dix dernières années du fait de nos groupes respectifs, mais aussi car nous trainons dans les mêmes coins d’Anvers… Il nous arrive régulièrement de boire des verres ensemble…

Il me semble que la scène Metal est plus dense, plus active en Flandre… Il y a des orga’ très efficaces comme Grimm Gent. 

Oui, ils nous ont déjà fait jouer il y a quoi, deux ans ? La scène à Gand est en pleine évolution, quand bien même il manque de salles pour se produire… La majorité des concerts se déroulent à Anvers qui reste, à mon humble avis, une ville référence en matière de concerts.  

La scène Belge reste très ancrée dans les musiques sombres. On pensera à la Church Of Ra dont la la figure de proue reste Amenra. Vous y sentez-vous proches ? 

Pas vraiment, non. Je ne connais personnellement aucun des gars de cette scène. On s’est déjà produit avec Wiegedood, mais puisqu’on ne vit pas dans le même coin, je ne saurais te dire « qui est qui »… D’un autre côté, même si on ne partage pas non plus la même esthétique musicale, je respecte et trouve leur approche de la musique très originale, mais ce n’est vraiment pas mon truc. 

Quelle est la prochaine étape pour le groupe ? 

Nous repartons en tournée en octobre, une tournée qui sera pas de tout repos ! On se repartira au Japon donner six dates et on donnera également d’autres en Angleterre.

Oui, vous allez donner six concerts au Japon ! Comment expliquez-vous une telle ferveur de la part des fans japonais ? 

Eh bien, à notre première fois au Japon, on ne savait vraiment pas à quoi s’attendre. C’était nouveau pour nous de nous produire aussi loin. On n’avait eu aucune indication sur le public, ni la taille de la scène. Mais nous avons été agréablement surpris (un bootleg Live At Asakusa Deathfest Tokyo, Japan a été publié, avis aux collectionneurs !, ndlr). Nous avons par la suite construit un fan-base au Japon et des liens se sont noués entre eux et nous. On a donc saisi une nouvelle opportunité de nous produire là-bas et nous allons en profiter pour visiter d’autres villes comme Nagoya, Osaka et Nagano ! 


Carnation, c’est :

Yarne Heylen : Basse

Jonathan Verstrepen : Guitare

Bert Vervoort : Guitare

Simon Duson : Chant

Vincent Verstrepen : Batterie

Discographie : 

Cemetery Of The Insane (2015-EP)

Chapel Of Abhorrence (2018)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.