Phil Campbell fait partie des plus emblématiques guitaristes de l’histoire du Rock’n’Roll… Il faut dire que le Britannique a contribué à la composition et à l’enregistrement d’une grosse partie des albums de Motörhead : Orgasmatron, Rock’n’Roll, 1916, Overnight Sensation, The Wörld Is Yours et j’en passe… Aujourd’hui, Lemmy Kilmister n’est plus là, mais rien n’empêche Phil Campbell de répandre la bonne parole avec ses fils. Le guitariste donnera quelques concerts en France (notamment dans le cadre du Raismes Fest en septembre prochain). En marge de ces dates, Heretik l’a contacté ! Allô Phil ?

Propos de Phil Campbell (guitare) recueillis par Axl Meu


Il n’y a pas si longtemps que ça, tu te produisais en Belgique dans le cadre du Golden Age Rock Festival, à Liège. C’était comment ? 

Ça a été. On a pris du bon temps ! Ce n’était pas un grand festival, mais le public était chaleureux. L’évènement se déroulait sur trois jours et il me semble que Dee Snider était de la partie et qu’il se produisait le dimanche. Ça devait être un bon week-end pour tous les amateurs de Rock classique ! 

Tu reviendras te produire en France dans quelques semaines, tu passeras notamment par le Raismes Fest le dimanche 15 septembre prochain. Que nous réserves-tu ? Sais-tu d’avance ce que tu vas jouer ? 

En fait, pour ce qui est de la setlist, tout se joue quelques jours avant la date, ça dépend toujours de notre temps de jeu. Pour ce qui est de nos prochaines dates françaises, nous allons sans doute jouer des morceaux tirés du répertoire de The Bastard Sons, mais aussi du Motörhead… Après, il se peut que j’inclue dans la setlist des morceaux de mon prochain album solo, Old Lions Still Roar, qui doit paraître en octobre prochain.

Est-ce que tu peux présenter cet album ? 

C’est un opus sur lequel je travaillais depuis un moment déjà, je collectais des idées ici et là… Je suis vraiment content que ce projet a pu aboutir sur quelque chose qui tienne vraiment la route, l’idée principale était d’inviter des amis et musiciens qui ont marqué l’histoire du Rock’n’Roll. Pour l’instant, je ne peux pas t’en dire plus. Les gens devront se le procurer pour savoir ce qui en découle… Personnellement, je peux te dire que je suis fier de cet album : il est vraiment bien ! 

Peux-tu néanmoins me dire qui sont ces guests ? 

Il y a Alice Cooper, Rob Halford, Dee Snider, Whitfield Crane (Ugly Kid Joe, ndlr), Danko Jones, Benji Webbe (Skindred, ndlr), mais aussi Neo Macdonald, Joe Satriani et bien d’autres ! 

La liste mélange des chanteurs de toutes époques confondues : était-il dans ton projet de faire un album de Hard Rock ‘’moderne’’ ou plutôt quelque chose de plus « old school ».

L’idée de base était simple : il s’agissait d’enregistrer quelques bons morceaux de Rock’n’Roll avec des potes : pas de style particulier en fin de compte, juste l’envie de se faire plaisir. Le style et les tonalités varient cependant en fonction des morceaux. Ça dépendait vraiment de mes humeurs… 

Est-ce que Mikkey Dee est venu te prêter main forte pour la batterie ? 

Non. Il n’a pas vraiment le temps depuis qu’il a rejoint Scorpions… On se voit moins, c’est vrai, mais je suis très content pour lui. Je suis très content que tout se passe bien pour lui au sein de Scorpions, surtout que c’est un groupe que j’estime beaucoup ! J’ai vu quelques videos, et vraiment, il semble vraiment prendre du bon temps et c’est parfait ainsi. En ce qui me concerne, on m’a déjà demandé si j’avais pensé à rejoindre un autre groupe après la fin de Motörhead, mais non… Les gens savaient déjà que j’allais me lancer dans quelque chose de plus personnel après Motörhead. Je ne serai donc pas amené à rejoindre une formation à l’avenir. Aujourd’hui, je me produis avec mes fils et c’est très bien ainsi. 

Y a-t-il une symbolique particulière derrière le patronyme : Old Lions Still Roar ? Que devons-nous comprendre ? 

Il n’y a aucun sous-entendu. Et non, ce titre ne fait aucunement allusion à moi ! C’est un de mes fils qui m’avait suggéré ce titre

L’année dernière, tu avais sorti avec tes fils cet album, The Age Of Absurdity. À sa sortie, beaucoup l’ont comparé à un album de Motörhead. Décidément, l’héritage de Motörhead te collera à la peau toute ta vie. Est-ce que tu y vois un quelconque problème ?

Non, pas du tout. Le seul problème et j’en suis conscient, c’est qu’il y aura toujours des similarités entre ce que je fais avec mes fils et Motörhead pour la simple et bonne raison que, dès que j’ai rejoint Motörhead en 1983, j’ai été amené à écrire tous les riffs de guitare, seul ou avec Würzel. Il y a donc des idées qui se ressemblent, c’est normal, mais jamais nous n’avons comme intention de copier Motörhead. Depuis nos débuts, avec mes fils, on construit notre identité, notre son. Nous faisons la musique qui nous plaît ! 

Est-ce que tu as comme objectif de renouveler ton jeu ? Faire dans l’expérimentation ? 

Ça dépend vraiment de mon humeur, mais je reste ouverte à toute sorte d’expérimentations… Néanmoins, quand je prends ma guitare, ce sont surtout des plans de Blues classiques que je sors. Mais quand j’écris, j’essaie de faire en sorte que chaque morceau ait son truc à lui, mais il n’y a vraiment aucune règle, aucune limite dans mon style de jeu. Il est sans fioritures, le plus naturel possible ! 

« il y aura toujours des similarités entre ce que je fais avec mes fils et Motörhead pour la simple et bonne raison que, dès que j’ai rejoint Motörhead en 1983, j’ai été amené à écrire tous les riffs de guitare « 

Tes fils ont-ils d’autres groupes ?

Oui, oui ! Ils sont tous dans un ou plusieurs groupes à côté de The Bastard Sons : Dane et Todd ont un groupe ensemble qui s’appelle Straight Lines. Todd a d’autres groupes à côté… Pour ce qui est Tyla, le bassiste de The Bastard Sons, il a un autre groupe, The People The Poet… 

C’est un peu grâce à toi si tes fils sont dans le milieu aujourd’hui. 

Même si je pense que j’y suis pour quelque chose, ils ont toujours été plus ou moins intéressés par la musique. Quand ils étaient petits, je leur avais offert des guitares pour enfant. À l’époque, quand j’étais encore dans Motörhead, ils venaient me voir, et quand nous étions dans un pub avec des potes, il nous arrivait de « jammer » ensemble… Au départ, je leur montrais juste quelques plans de guitare et leur apprenait tenir le rythme à la batterie, puis je les ai laissés apprendre par eux-mêmes ! 

T’arrives-t-il encore d’écouter de la musique pour t’inspirer ? 

J’écoute très peu de musiques actuelles… En général, je réécoute les musiques que j’aimais déjà quand j’étais plus jeunes. Ça me rappelle des souvenirs ! 

Motörhead était également connu pour le mode de vie débraillé de ses membres. Est-ce que tu as encore un « Rock’n’Roll Lifestyle » ?

Non, plus vraiment ! Je veux dire… Je me suis assagi, maintenant, c’est plus « des bons moments » que je passe avec ma famille. Tu sais, ce qui est bien avec la musique, c’est qu’il n’y a pas de règles ! Il n’y a aucune limite, rien qui va t’empêcher de faire quoi que ce soit. Je reste libre sur le plan de la musique, mais je dois quand même admettre qu’on a passé du bon temps ensemble avec Motörhead, mais tout va bien aujourd’hui ! 

Quel est le nouveau défi de Phil Campbell aujourd’hui ? 

Donner de bons concerts ! Sortir le prochain album avec The Bastard Sons, il devrait paraître en 2020… 

Quels conseils donnerais-tu à ces musiciens dont le souhait serait d’avoir la même carrière que toi ? 

Je leur dirais de prendre du bon temps sur scène, profiter du moment présent, sans jamais rien attendre en retour, ne jamais croire que tout est acquis. Après tout, on fait de la musique, car on aime ça, n’est-ce pas ? Et peut-être que, avec un peu de chance, le succès viendra après le plaisir. Tu sais, si tu ne prends pas du bon temps sur scène, ça se sert à rien de te lancer dans une carrière musicale. Mais, après il faut savoir que c’est beaucoup de travail, que rien ne vient sans rien ! 


Les dates de sa tournée française produites avec Gérard Druot Productions :

15 septembre : Raismes, Raismes Fest, France
18 septembre : Boisseuil, Espace Culturel du Crouzy, France
22 septembre : Strasbourg, La Maison Bleue, France
24 septembre : Nantes, Le Ferrailleur, France
25 septembre : Bordeaux, Rock School Barbey, France
26 septembre : Alencon, La Luciole, France
27 septembre : Paris, Café de la Danse, France
28 septembre : Le Havre, Magic Mirrors, France


Phil Campbell And The Bastard Sons, c’est : 

Tyla Campbell : Basse

Dane Campbell : Batterie 

Todd Campbell : Guitare

Phil Campbell : Guitare 

Neil Starr : Chant 

Discographie : (avec Motörhead)

Orgasmatron (1986)

Rock ’n’ Roll (1987)

1916 (1991)

March Ör Die (1992)

Bastards (1993)

Sacrifice (1995)

Overnight Sensation (1996)

Snake Bite Love (1998)

We Are Motörhead (2000)

Hammered (2002)

Inferno (2004)

Kiss Of Death (2006)

Motörizer (2008)

The Wörld Is Yours (2010)

Aftershock (2013)

Bad Magic (2015)

Avec The Bastard Sons : 

The Age Of Absurdity (2018)

En solo :

The Old Lions Still Roar (2019)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.