Sébastien Baert est originaire des Hauts-de-France. Il a été rédacteur en chef de Hard Rock Magazine et a travaillé pour le magazine Hard N’Heavy.  Il est spécialiste du Metal mais aussi un fin connaisseur de l’Heroïc Fantasy et de la Dark Fantasy. Il aborde dans Cthulhu Metal : L’influence du mythe l’une des sources d’inspiration majeures des groupes de Metal : l’univers de Howard Philipps Lovecraft. Son ouvrage, publié en juin 2019, préfacé par The Great Old Ones, très documenté et véritable mine d’or en terme de références, a été sélectionné pour le Prix littéraire 2019 du Hellfest. Sébastien Baert a accepté de répondre à nos questions…

Propos recueillis par Patrice Gaches


Qu’est-ce qui vous a amené à faire le constat des références récurrentes à Cthulhu dans le Metal ? Comment avez-vous procédé pour réunir une documentation aussi importante ?

J’ai d’abord longtemps été intrigué par Lovecraft, dont une citation figurait sur la pochette du Live After Death de Iron Maiden, et dont l’influence était certaine sur « The Call of Ktulu » de Metallica. Dans le même temps, j’ai découvert l’auteur grâce aux jeux de rôles et j’ai depuis suivi, de loin, les références à Lovecraft dans ma musique préférée. Quand j’ai commencé à travailler sur ce livre, je pensais pouvoir évoquer une cinquantaine de groupes. Je redoutais tellement de manquer de matière qu’il était initialement prévu de publier une demi-douzaine de nouvelles de Lovecraft pour accompagner mon analyse. J’ai alors fait un tableau Excel avec toutes les influences que je connaissais, et, déjà, j’atteignais presque la centaine. Il faut dire que j’ai travaillé dans la presse Metal pendant une douzaine d’années (de 1995 à 2007), ce qui m’a permis de me forger une culture musicale assez conséquente. Ensuite, au fil de mes recherches, des différentes interviews, de mes conversations avec mes amis et d’anciens collègues aux connaissances pointues, j’ai accumulé les références. Quelques jours avant de rendre mon texte, je découvrais encore des groupes ! En fin de compte, ce sont plus de deux cents formations qui figurent dans ce livre.

Selon vous, comment s’explique le lien entre le Metal et Lovecraft, alors que ce dernier déclarait ne rien comprendre à la musique ? Quelle vision le Metal donne-t-il de l’œuvre de Lovecraft ? 

Je pense que Lovecraft aurait été très étonné d’avoir une telle influence sur la musique ! Mais les textes d’une bonne partie des groupes de metal font appel à l’imaginaire et à l’horreur. En fait, les musiciens ont été ou sont des jeunes comme les autres et c’est une partie de leur univers qu’ils mettent dans leurs chansons. Aux États-Unis, un certain nombre d’artistes dont je parle dans le livre ont surtout été influencés par les films inspirés par les nouvelles de Lovecraft et le Necronomicon. D’ailleurs, certains ne connaissent rien à l’œuvre de Lovecraft et ne font référence qu’aux films qu’ils ont vus. Pour les autres, un auteur dont on ne sait pas grand-chose, qui paraissait mystérieux dans sa vie, qui a écrit des nouvelles d’horreur pas trop connues du grand public avec des monstres, des divinités extraterrestres… c’était largement suffisant pour s’en inspirer. Ensuite, il y a plusieurs façons de s’inspirer de Lovecraft.

Certaines chansons suivent le fil narratif des histoires de l’auteur, d’autres en développent un point particulier (un sentiment, une ambiance, un personnage, une scène, une créature, la mythologie…) et d’autres, enfin, se servent uniquement de l’ambiance qui se dégage des textes de Lovecraft. Je trouve que le metal donne une vision assez large de l’œuvre de Lovecraft. Même si, évidemment, c’est son côté horrifique et monstrueux qui en ressort gagnant. Mais certains groupes, notamment ceux qui consacrent l’essentiel – ou l’intégralité – de leur discographie à Lovecraft, comme The Great Old Ones, par exemple, ont tout loisir de pousser plus loin leur réflexion et de mettre en avant des thèmes moins évidents, plus sous-jacents. Après, on peut se demander si le metal est la musique la plus appropriée pour illustrer l’œuvre de Lovecraft. Personnellement, je n’en mettrais pas comme musique de fond d’une partie de jeu de rôles, par exemple. J’aurais plutôt tendance à favoriser des B.O. de films d’horreur.

Une polémique existe autour de l’idéologie nazie de Lovecraft. Comment percevez-vous cet aspect de l’écrivain ? Comment est-elle ressentie dans le monde du Metal ?

Plus qu’une idéologie nazie, c’est souvent un supposé racisme, ou plus exactement une certaine xénophobie qui est reprochée à Lovecraft. Il est toujours délicat d’étudier une époque du passé avec un point de vue d’aujourd’hui. J’ai tendance à penser que c’était dans les mœurs, à l’époque, et, surtout, que ce n’était pas un thème dominant chez lui. Ni un cheval de bataille. Dans son œuvre, même si on a pointé quelques éléments qui pourraient faire penser que…, je considère que ce n’est pas un thème très abordé, voire pas du tout. Quant à l’association des créatures à des étrangers, je n’en pense pas moins. Alors, peut-être que Lovecraft détestait les étrangers (comme beaucoup de monde à l’époque ? je n’en sais rien, je n’ai pas la culture suffisante pour juger), mais son œuvre allait bien au-delà de ça et la dénigrer ou la réduire à une simple illustration de sa xénophobie, je ne suis pas d’accord. Après, chacun a ses défauts, chaque être humain a sa part d’ombre, qu’on peut lui reprocher, que l’on peut condamner, mais, personnellement, ça ne m’empêchera pas d’aimer l’œuvre de Lovecraft. Quand aux groupes de Metal, aucun de ceux que j’évoque dans le livre ne met en avant cet aspect de la personnalité de Lovecraft. C’est bien que le personnage et son œuvre sont au-delà de ça. Ce n’est en tout pas ce que l’on retient de lui.

Résultat de recherche d'images pour "lovecraft"

« De manière globale, je dirais que The Great Old Ones fait savamment le tour de la question, aussi bien d’un point de vue musical que textuel« 

Quel est selon vous le groupe de Metal qui a su le mieux retranscrire musicalement parlant l’univers de Cthulhu ?

Les groupes de death, même si ce n’est pas mon style de metal préféré, ont, je trouve, une facilité pour retranscrire l’univers touffu et discordant de Lovecraft. On pourrait dire que le sentiment d’horreur dégagé par la musique (les gens qui n’écoutent pas de Metal considèrent le Death comme une musique effroyable, non ?) correspond bien à celui que l’on éprouve en lisant les nouvelles de Lovecraft. De manière globale, je dirais que The Great Old Ones fait savamment le tour de la question, aussi bien d’un point de vue musical que textuel. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai demandé à Benjamin Guerry, le chanteur de cette formation, de faire la préface du livre. Par ailleurs, certains groupes mettent l’accent sur un point particulier de l’œuvre de Lovecraft. Ainsi, en ce qui concerne la mythologie, on ne peut pas passer à côté de Nile. Pour l’horreur, je dirais Morbid Angel, pour le côté onirique, Electric Wizards, pour l’aspect épique, The Vision Bleak et, pour le côté fun (parce que je considère qu’il y en a un dans l’œuvre de Lovecraft et je suis convaincu que l’auteur a dû bien se marrer en écrivant certaines de ses nouvelles et en discutant avec ses correspondants), The Darkest of the Hillside Thickets, pas très Metal, mais très amusant.

L’Heroïc Fantasy est également très présent dans le Metal. Vous en êtes fan et spécialiste. Prévoyez-vous d’écrire un ouvrage sur l’influence de ce genre littéraire sur les groupes de Metal ? Quels mythes mettriez-vous en avant ?

Oui, c’est sûr, l’Heroic-Fantasy est bien présente dans le Metal. Je n’ai pour l’instant aucun projet d’écriture en tête sur ce sujet. Faire un livre exhaustif sur l’influence de l’Heroic-Fantasy dans le metal me semble être une tâche insurmontable. En revanche, travailler sur Tolkien, voire sur Howard (Conan), pourrait être très intéressant. Mais rien que pour Tolkien, à vue de nez, l’ampleur de la tâche me paraît considérable. Peut-être un jour, qui sait…


Pour plus de renseignements : https://www.bragelonne.fr/catalogue/9791028106324-cthulhu-linfluence-du-mythe-sur-le-metal/

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.