Trente ans, Wacken célèbre son anniversaire en grande pompes avec un sold-out, tout cela dans une ambiance toujours aussi familiale au cœur du Nord de l’Allemagne.

Compte-rendu : Franck Lasselle

Photos : Maurice Delciotto


MERCREDI 31 AOÛT : 

Le mercredi est le warm-up avec l’essentiel dans la Bullhead City Circus et ses scènes, la WET et la Headbangers. Burning Witches balance un Heavy puissant et mélodique. Les suissesses font un carton avec des titres épiques dignes d’Accept. Skew Siskin, emmené par Nina C. Alice, balance un Hard Rock énergique influencé Motörhead. Les reprises comme « Stay Clean », « Iron Fist » ou « Killed By Death » ont été très appréciées. Axxisest rare hors d’Allemagne. Cela est dommage tant le groupe est formidable en live. Porté par un Berhnard survolté, il met le feu avec son savant mélange de Heavy et de Hard Rock.  

Sur la Wasteland, Gamma Bombbalance le meilleur de son Crossover Thrash avec énergie et une bonne humeur communicative. The Adicts propose un Punk Rock direct qui met le feu dans une ambiance survoltée. Après une pause d’une heure en raison d’un orage,UFO débarque. La légende tire sa révérence et les classiques comme « Love To Love », « Lights Out », « Rock Bottom » et « Doctor Doctor » s’enchaÎnent. Les fans sont aux anges devant un groupe en forme porté par un Phil Mogg en voix. The Damned, gloire des 70’s, propose un Punk teinté de Pop efficace avec une énergie faisant plaisir à savourer. Sweet est une légende des années 70. Devant une WET blindée la version du groupe mené par Andy Scott fait un tabac. Il y a ce côté Old School délicieux dans ce Rock Vintage, ce toucher à la guitare de Scott et des musiciens talentueux qui font vivre la légende. 

Le frisson a été au rendez-vous. Avec Rose Tattoo le passé reste à l’honneur. Angry Anderson est un frontman hors normes qui mène sa troupe avec fougue. Ce vieux Hard Rock Australien est savoureux avec ce feeling et la gouaille vocale d’Angry. « Nice Boys (Don’t Play Rock’n’roll) » aura été un grand moment repris en chœur. The Sisters Of Mercy achève la partie ‘’nostalgie’’. Le groupe a changé depuis les années 80 et ne compte qu’Andrew Eldritch de ses temps de gloire… Mais le concert va être sympathique, dans la pénombre on retrouve ce Rock Gothique teinté de Punk et de Wave. Tout cela fait remuer le corps avec un côté hypnotique certain.

JEUDI 01 AOÛT : 

Les choses sérieuses débutent le Jeudi 01/08. Le programme est chargé et des choix sont à faire. Tout commence devant la Headbangers avec Blaas Of Glory. La fanfare menée par le boss du Wacken va reprendre des hits Metal et Rock avec ‘’fun’’. Avec un « post Hardcore » à fleur de peau, Acresva faire parler les émotions. Avec l’aide de lumières tamisés, il aura fait régner une ambiance particulière, à la fois éthérée et empreint de violence brute. Valley Of Chromes vient des Philippines propose un Metalcore Classique qui envoie la sauce avec l’alternance entre growl et chant clair. Bloodywood vient d’Inde et a attiré la foule. Il faut dire que son Metal alternatif proche de Rage Against The Machine, et agrémenté de percussions indiennes est efficace. Les deux chanteurs sont allés chercher le public et l’ambiance a été explosive. 

Krokus est en tournée d’adieu, il va faire un tour d’honneur de sa carrière taillée dans le meilleur d’un Hard Rock Vintage. Il y a cette voix éraillée parfaite, ces riffs simples et entrainants et ce groove tiré des 70’s. Ce concert a été un plaisir pour les fans de Hard Rock. Hammerfall est attendu, il est revenu à un haut niveau et en attendant l’arrivée de son nouvel album, il nous propose le meilleur de sa carrière. Avec « Legion », « Hammer High » ou « Any Means Necessary » et « Let The Hammer Fall », il propose un Heavy mélodique de grande classe. Joacim est en grande forme et ses compères tissent un bel ensemble à coups de riffs et soli incisifs… Niveau nouveautés « One Against The World » a fait son effet avec un côté épique et « (We Make) Sweden Rock » a confirmé son côté hymne. VLTIMAS, super groupe emmené par David Vincent, propose un concert impressionnant de force taillé dans le meilleur du Death Old School. Derrière le public a reçu une leçon de death à la Suédoise. Grave a fait mal avec une lourdeur intense. 

Sabaton monopolise Faster et Harder. La première partie est classique avec les tubes comme « Ghost Division », « Resist And Bite » ou « Red Baron », « Bismarck » et « Carolus Rex ». La foule est ravie, le groupe est en forme, Joacim est intenable et ce Heavy épique donne le frisson. L’ambiance monte avec l’arrivée des anciens membres sur la deuxième scène. Dix titres sont joués dans cette configuration. « 40 :1’, Panzerkampf » ou « The Art Of War » et « Attero Dominatus » font leur effet. En rappel avec Tina Guo sur deux titres Sabaton achève son monde avec « Primo Victoria », « Swedish Pagans » et « To Hell And Back ». Sabaton a montré qu’il était digne du statut de tête d’affiche. 

Enfin la noirceur est au rendez-vous avec Tom G. Warrior et « Triumph Of Death » Hellhammer. Très « old school », le set revient sur ce nom légendaire avec un côté gras et cru intenses. Il y a ce côté culte dans ce concert, la violence est délectable et chacun a savouré ce côté noir et obscur.

VENDREDI 02 AOÛT : 

Le vendredi est la grosse journée. Dès 11 heures, Equilibrium prend la Faster d’assaut. Entre Folk et Metal moderne, le groupe propose un excellent concert. Le tout est dynamique avec un côté accrocheur et puissant, les quelques passages folk ont fait leur effet… Queensrÿche balance un Best-Of de ses premiers albums. Avec « I Am I », « Operation: Mindcrime » ou « Jet City Woman » et « Empire », les fans de Metal Progressif classieux se sont régalés avec une prestation parfaite de Todd La Torre… Eluveitie propose un excellent concert taillé dans le meilleur d’un Folk Metal puissant et mélodique. Growls et chant féminin se marient à merveille et cela donne un résultat dansant et remuant. Mais, il sera raccourci en raison d’un orage qui interrompt les concerts durant 1h30. 

La programmation est chamboulée et reprend avec un concert raccourci de Black Stone Cherry. Ce Rock à l’ancienne teinté de Blues et de Hard fait son effet et a relancé la machine avec feeling. Die Happy balance un Metal moderne ‘’catchy’’ pas loin d’un Lacuna Coil avec puissance. Venom Inc. propose un Heavy Thrash Old School avec pas mal de reprises de Venom comme « Countess Bathory » ou « Black Metal ». La claque donnée par le trio a été parfaite avec le chant bestial, des riffs ébouriffants et une énergie dingue.

 Kharbolz a fait un carton avec un Punk teinté d’alternatif qui a mis une sacrée ambiance. Eclipse a donné une leçon de Heavy Rock mélodique avec un chant voilé parfait, des mélodies en or et une belle puissance le tout avec feeling. Cradle Of Filth est reprogrammé sur la WET devant une foule énorme. Dani et sa bande vont déployer le meilleur de leur art avec un retour sur Cruelty And The Beast. Dani est en voix et hurle comme un damné et à ses côtés ses confrères distillent riffs et soli avec une précision diabolique. L’intensité a été énorme et des perles comme « Beneath The Howling Stars » ou « Nymphetamine » ont été savourées. 

Demons & Wizards, le projet d’Hansi Kursch et Jon Schaffer, propose un formidable concert devant une foule ravie. Folk, Heavy et Power Metal se rencontrent et nous font voyager. Hansi demeure un chanteur de premier ordre et à ses côtés Jon distille ses riffs et soli avec classe. Ce voyage nous a permis de savourer des perles comme « Poor’s Man Crusade » ou « Gallows Pole » et aussi d’apprécier de belles reprises des groupes des héros du jour. Slayer en termine avec une longue carrière mais n’est pas usé. La légende Thrash va tout détruire en un concert intense, tous les classiques sont là avec quelques titres plus rares comme « Gemini », « Payback » ou « Born Of Fire ». Araya est en pleine forme et à ses côtés Holt et King ont été impériaux. La prestation a été énorme et chacun en ressort usé et ému, Slayer finit en beauté. D.A.D.achève la journée avec son humour habituelle. La batterie est en forme d e canapé géant et le bassiste usera encore d’instruments peu orthodoxes. Le groupe donne la leçon avec ce savant mélange de Hard classieux et de Heavy devant une foule dense malgré l’heure tardive.

SAMEDI 03 AOÛT :

Il reste le Samedi, celui des braves pas encore usés. Il débute avec Bleed From Within qui va réveiller son monde avec un Deathcore classique, mais hargneux et efficace. Manticora n’attire pas la foule, cela est dommage tant son Power Metal est puissant et épique avec un chant haut perché et une énergie folle. Le groupe a ravi les amateurs. Suidakra attire la foule. Ces pionniers du Metal Folk balancent un concert frais et dansant avec du violon et du chant clair, mais aussi avec des passages Death qui font leur effet. On reste dans le Folk avec Subway To Sally. La fête est totale avec une foule immense qui danse au rythme de titres irrésistibles à la fois puissants et entrainants. Chacun aura pu ressentir l’énorme chaleur dégagée, le voyage en terre médiévale a été parfait.

Battle Beast fait face à une foule immense et va faire un carton. Son Power Metal est dansant portée par une Noora Louhima charismatique et à la voix puissante. Le groupe enchaîne les tubes et privilégie ses deux derniers disques. Avec « Familiar Hell », « Straight To The Heart » ou « The Hero », il ravie les amateurs de Heavy Mélodique catchy. De plus, avec « No More Hollywood Endings », il balance un tube imparable au refrain fédérateur. The Vintage Caravan propose un hard plein de groove 70’s dans l’esprit de Sabbath ou de Purple avec un feeling et une chaleur denses. 

Avec Tesseract, le Metal progressif est à l’honneur. Le groupe fait parler la technique avec des passages de haute volée. Tout cela se fait au service des titres sans tomber dans la surenchère avec un chanteur, Daniel Tompkins, au timbre envoutant. Primordial est attendu, la formation irlandaise nous plonge au cœur de l’âme de son pays avec un Pagan Black intense porté par un chanteur charismatique et possédé. On a ressenti cette âme, cette force et cette profondeur que bien peu de groupes possèdent. 

SepticFlesh va être impressionnant. Les Grecs proposent le meilleur de leur Death Symphonique avec une intensité gigantesque et cette puissance épique si forte. Majestueux et portés par le charisme et la voix grave de Spiros, « Martyr » ou « Communion » sont d’immenses moments appréciés du public. Powerwolf propose son show classique, avec un paquet d’hymnes au programme repris en chœur par la foule. Le groupe sait aller chercher les gens avec un Attila bavard. Niveau titres « Army Of The Night », « Blessed & Possessed », « We Drink Your Blood » et les autres demeurent de fabuleux titres de Heavy mélodique. Le groupe a fait un triomphe confirmant sa montée en puissance. Delain va faire un joli succès avec son métal symphonique. Il est à la fois accrocheur et teinté de moments Heavy, le tout porté par une Charlotte en rayonnante. “We Are The Others”, “Here Comes The Vultures” ou « Suckerpunch » ont fait leur effet. 

Diamond Head va faire honneur à son statut de légende. Il y a les classiques comme « Am I Evil » ou « Helpless », mais aussi des titres récents, prouvant sa forme actuelle avec un Rasmus Andersen parfait au chant et un côté Speed délicieux. Skyclad est une autre légende pour les fans de Folk Metal. Devant une audience restreinte, le groupe va donner la leçon avec classe. On a ressenti l’âme du genre avec cette musicalité parfaite avec ce violon si beau, ce chant puissant qui entraine dans ces contrées fantastiques et cette profondeur d’âme unique. Un peu oublié Skyclad a prouvé qu’il restait le maître en Folk Metal. 

Saxonjoue tard et ne va pas perdre de temps. D’entrée, « Motorcycle Man » met les points sur les I. le groupe est en forme avec un Biff rayonnant et des musiciens distillant le meilleur d’un Heavy Metal classique. Après un récent et efficace “Battering Ram”, il enchaîne les tubes, “Wheels Of Steel”, “Strong Arm Of The Law” et “Denim And Leather” ravissent les fans. Le concert est une réussite et la suite va le confirmer. “The Eagle Has Landed”, “Dogs Of War”, “Solid Ball Of Rock” ou “To Hell And Back Again” montrent la richesse du repertoire des Anglo-Saxons. Saxon achève son monde avec l’épique « Crusader » et « 747 (Strangers In The Night) » et « Princess Of The Night ». Â 40 ans, Saxon est un joli jeune homme en pleine forme. Il reste un groupe pour finir, la nuit est avancée quand Rage débarque sur la Faster. 

Il vient avec le Lingua Mortis Orchestra pour fêter l’album XIII interprété en entier. Cela va donner un concert majestueux avec un orchestre en harmonie avec les musiciens. Peavy Wagner règne au milieu avec cette voix toujours puissante et mélodique. Avec “Sign Of Heaven”, “Incomplete”, “Over And Over”, Rage fait mouche. Ces titres sont des bijoux mélodiques agrémentés d’une parfaite puissance symphonique en harmonie avec le côté métallique. Le public apprécie cette harmonie parfaite jusqu’au final avec « Just Alone ». Derrière, un bonus est au programme avec « Higher Than The Sky » repris en chœur et qui résonne sans doute encore dans la plaine de Wacken. 

Ceci achève un festival fois réussi, Wacken est un « must », et on lui souhaite de durer 30 ans années de plus.

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.