#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Rives qui s’est confié à nous !

Propos recueillis par Axl Meu


L’année dernière, vous avez sorti ce premier EP, Mappa Mundi. Pour un premier objet, je dois dire que j’ai été surpris : beau packaging, belle production, et surtout des compositions très bien pensées…

Simon : On est contents du rendu de cet EP enregistré à la maison et en live ! Merci beaucoup. On a adoré le défendre sur scène…

Pourquoi avez-vous opté pour un ensemble purement « instrumental » ? Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Math : Il est purement instrumental pour deux simples raisons. Rives est porté par deux musiciens qui avaient l’envie de monter un projet où aucun instrument n’occuperait une place de « soliste »… La voix fait souvent passer les instruments au second plan, comme s’ils n’étaient là que pour accompagner. Pour ce qui est des sources d’inspirations, je m’inspire beaucoup de la scène Post-Rock, en écoutant des groupes Mogwai, Jon Hopkins, CloudKicker, This Will Destroy You (T.W.D.Y.).

Simon : Pareil, Post-Rock et Prog Rock pour ma part avec des formations et musiciens comme This Will Destroy You (T.W.D.Y.), The Necks, Mike Oldfield, Sigur Ros, Caspian

Je pense que le plus surprenant dans cet EP, c’est la manière dont ont été agencées les guitares et les nappes de clavier. Comment avez-vous travaillé cet ensemble ?

C’est vraiment la base dans la composition de Rives… Les deux instruments, guitare et clavier, sont conçus comme un tout… On fusionne nos nappes, nos mélodies, nos sons… Ainsi, l’auditeur ne peut pas déterminer qui fait quoi. On aime penser nos intentions ainsi, aucun instrument ne ressort véritablement de l’ensemble

Quid de la production et du mastering pour Mappa Mundi ?

Math : On a voulu offrir l’expérience d’un voyage initiatique, d’une naissance. On est vraiment sur quelque chose de « marin » dans ce premier EP, avec ces faux-semblants de carte et de « voyage vers l’inconnu » avec ses hauts et ses bas !

Simon : Oui, je dirais que c’est ça… Inviter au voyage, en général… Nous bouleversons et nous faisons naître toute sorte de questionnements chez l’auditeur.

Math : Jongler entre une rêverie spirituelle et la découverte de nouveaux horizons.

Quelle est votre conception de la scène ? D’ailleurs, que prévoyez-vous pour 2020 ?

Simon : Je monte sur scène avec comme objectif celui d’emmener le public dans notre son, dans notre univers… En général, le public ferme les yeux, s’assoie et se perd dans ses pensées, ses songes les plus profonds… On est conscients que, par moments, cette sensation de forcer le public à rentrer dans quelque chose sans repère peut déconcerter, mais c’est vraiment ce que l’on recherche ! Nos compositions étant très intimes, on y met toutes nos tripes… Et faire face au public peut être bouleversant. On peut y laisser des plumes, jouer nos compositions est tout sauf anodin. Susciter un océan apaisé pour ainsi « brutalement » déclencher l’orage, voilà ce à quoi nous aspirons ! Le « live », c’est comme un film pour nous.

Math : Pour 2020, on va essayer de se concentrer principalement sur de la composition… On démarchera moins de concerts. Mais, on ne se privera pas d’accepter quelques concerts de sorte à présenter nos nouveaux titres et voir un peu comment le public réagit ! 

Un album est-il dans les papiers ?

Oui, c’est en train de chauffer dans le four… Il comprendra un paquet de titres qu’on a hâte de vous présenter. D’ailleurs, je voudrais insister sur la production : elle promet d’être « explosive » au niveau des arrangements et des divers  »feats » !

Pour plus d’informations : https://www.facebook.com/RivesOfficial/

Pour écouter :

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.