On arrête tout ! Les jeux sont faits2019 est presque derrière nous… Il est temps de revenir sur les moments forts et les albums qui ont compté cette année. Sixième à jouer le jeu, Thomas Deffrasnes…

Par la rédaction

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes

#6 Thomas Deffrasnes

1. PÉNITENCE ONIRIQUE – Vestige. 

En haut de mon affiche 2019 : Pénitence Onirique. Fleuron la scène Black Metal tricolore. Ils érigent une musique brutale et pourtant très mélodieuse. Bâti sur les vestiges de V.I.T.R.I.O.L, cet opus propulse Pénitence Onirique parmi les groupes prometteurs de la prochaine décennie. 

2. ALCEST – Spiritual Instinct 

Spiritual Instinct, ou la rencontre entre la poésie asiatique de Kodama et la fougue d’Ecaille de Lune. Alcest ce n’est pas qu’une musique d’un autre monde. Neige par le biais de cet album nous transporte bien loin… Où me diras-tu ? La réponse se trouve dans l’esprit… Alcest renaissait en 2016. En 2019, Alcest s’envole. 

3. ROTTING CHRIST – The Heretics. 

L’approche atypique et novatrice du Black Metal de Rotting Christ a encore eu raison de moi ! The Heretics s’affranchit de la rythmique frénétique traditionnelle. L’album est ici le fruit d’une maîtrise musicale et de composition exceptionnelle. 

4. MGLA – Age of Excuse. 

Cette année, Mgła porte fièrement l’étendard du nihilisme et de la vague Post-Black Metal, à travers cet opus qui hume Exercise In Futility. C’est un dédale atrabilaire dans lequel les trémolos clairs sont notre fil d’Arianne. Les Polonais au visage spectral peuvent-ils nous décevoir ? Immanquablement au palmarès 2019 ! 

5 – UNDEAD PROPHECIES – Sempiternal Void. 

Le temps des hommages est révolu pour Undead Prophecies. Ce second album marque au fer rouge l’identité même du groupe. Des riffs acérés, une percussion qui brise notre sternum ainsi qu’une voix soufflée et caverneuse ! 

Ses meilleurs concerts : 

Comment résumer une année à un seul concert d’exception ? Mon choix s’est porté sur trois concerts. À commencer par Darkened Nocturnal Slaugthercult mené de front par sa dame blanche souillée de sang. C’est au In Theatrum Denonium (Denain), qu’ils ont propagé leur aura infernale. Avec pour figure de proue un Christ dans sa plus satanique expression en guise de pied de micro. Une vraie découverte ! Je garde également un excellent souvenir de la prestation exceptionnelle donnée par Kvelartak au Graspop Metal Meeting. Energique et impulsive, on aura vu les membres s’essayer au slam et même un guitariste se faire ôter sa guitare par le public. Une ambiance des plus terribles pour un show  irréprochable. Enfin, il s’agit de la découverte de LoveBites. Quintet de japonaises délivrant Heavy/Power Metal qui respire les influences musicales asiatiques. C’est propre, passionnant et d’une technique inouïe. A voir ! 

Le pire concert : 

Bien dommage pour un concert enregistré, mais celui-ci d’Avatar à l’Alcatraz Festival. Le groupe cherche plus la caméra que le public.?? Le frontman n’en finit plus avec ses monologues. Les interactions avec le public sont plates et ce dernier, à part pour les quelques mordus, se montre peu réceptif. Bref, c’était long ! 

Mes attentes pour 2020 : 

La prochaine édition du In Theatrum Denonium qui parvient toujours à me surprendre en trouvant la perle rare. J’en attends aussi beaucoup de Ghost qui, malgré aucune tournée annoncée, promet d’être fort présent encore une fois cette année. Que 2020 soit un bon cru ! 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.