Mine de rien, nos rendez-vous avec le Metaphone (Oignies) sont loin d’être épisodiques ces derniers temps… Entre Ultra Vomit, les deux jours du Tyrant Fest, et aujourd’hui Rise Of The Northstar accompagné de Betraying The Martyrs, il y avait vraiment de quoi faire ! Et aujourd’hui, à l’image des dernières soirées, la venue est presque blindée ! Bref, l’année 2019 ne pouvait pas mieux s’achever pour cette salle, loin d’être sortie indemne des raclées qui nous ont été infligées ce soir.

Par Fred Merlin // Crédit photos : Maurice Delciotto


Malgré un incident intervenu il y a peu dans le cadre de sa dernière tournée aux States, au cours duquel il a perdu l’intégralité de son matériel dans un incendié, Betraying The Martyrs a toutefois repris le chemin de la route – illico-presto – de sorte à promouvoir son dernier album, Rapture, en bonne et due forme… Direction Oignies pour un concert poignant, et somme toute, excellent… Il faut dire que l’acoustique de la salle n’a fait que sublimer l’énergie déployée par le combo vibrant de bonnes ondes et d’optimisme ! Aaron Matts ne rencontre que trop peu de difficultés à conquérir une salle déjà acquise à sa cause et à son univers, ce qu’il fait trop bien en tirant de son répertoire une partie des titres qui ont fait la renommée du groupe : « Liberate Me Ex Inferis », « The Resilient », « Unregistered » et surtout «  The Great Disillusion », l’ensemble alterné par six titres du nouvel album. Bref, beaucoup de temps forts, beaucoup de bousculades dans la fosse également (les nombreux circle-pit galvanisent un groupe déjà bien imprégné par la démence) pour une formation qui n’a pas lésiné sur les moyens (gros sons, belle scénographie…) pour marquer les esprits. On veut les revoir !

Les quelques ré-ajustements scéniques et l’installation de leur backdrop interactif aux couleurs du  »Pays du Soleil-Levant » effectués pendant l’entr’acte ne laissent eux-aussi présager que du très bon. Les yeux rouges du backdrop s’illuminent et ne nous promettent rien d’autre que LA guerre ! Et effectivement, Rise Of The Northstar parvient en deux temps trois mouvements (et pourtant, la partie était loin d’être gagnée d’avance) à éclipser ceux qui se sont produits quelques quarts d’heure auparavant en installant « la furia », aussi bien sur scène que dans la fosse.

Jamais trop loin de la démarche d’un Suicidal Tendencies, Vithia et sa team multiplient les titres à la structure simple, mais efficace, et surtout bourrés de testostérone de sorte à faire plier les plus incorrigibles. Une véritable signature musicale qui a fait ses preuves avec le temps, notamment grâce aux titres « Here Come The Boom », « Welcome (Furyo State Of Mind) », « This Is Crossover », « Samurai Spirit », « Again and Again »… Et, thématique japonaise ou non, il nous a été difficile de rester de marbre face à la démonstration imposée par le leader, décidément dans ses beaux jours, lui qui s’autorise également une petite reprise de Korn (« Blind »). Quand ce dernier n’harangue pas sa foule avec des « speechs » bien connus de tous, il laisse à son public le plaisir d’hurler les gimmick de ses incontournables, notamment « Bosozoku » et ses « Hohooohooohoooo ». Bref, marqué du sceau de la frénésie, des coups de canon de confetti mettent alors un terme à cette performance. Bref, la preuve qu’un show de Rise Of The Northstar est avant tout un agréable compromis entre « grosse ambiance » et une musique aussi bien marquée par la brutalité que l’indécence.

 Bref, pas la peine d’en dire plus ! L’enceinte du Metaphone de Oignies se souviendra encore longtemps de cette soirées du 14/12/19 où les « c’était une p**** de soirée », désormais gravés dans les murs de la salle, résonnaient tous à l’unisson ! Une véritable démonstration de force de la part de deux formations qui – plus que jamais auparavant – aspire à justifier à tout prix leur place de « leader » dans le paysage des musiques « extrêmes » françaises !

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.