Pourquoi la rédaction ne passerait-elle pas en revue ses dernières écoutes ? 3, 2, 1, c’est parti ! L’équipe vous a concocté une petite sélection aux petits oignons, tous styles confondus… Plus connu, moins connu, plus vieux, moins vieux, une chose est sûre, tout le monde y passera ! 

La rédaction


DEATHAWAITS 

RAPTURE SMITES 

Deathcore

M & O Music

Death Awaits peut apparaître à première vue comme une quelconque formation de Deathcore : celle qui tambourine, et qui n’a comme seul objectif que de briser la nuque de son prochain. Mais pas tellement en fin de compte. Car Raptures Smites, quatrième du nom, tisse un hors d’œuvre de rythmiques aux tempos évolutifs, mais imprégnées de mélodies bien sympathiques qui accrochent l’oreille, notamment sur « Better Think Twice » ou même les trois parties de « Trumpeting Butchery » extrêmement bien pensées, puisqu’elles mettent en exergue les différentes facettes d’une formation qui a su prendre le meilleur de ses influences (Deathcore, Death Metal Technique, Grindcore…) pour nous proposer là sans doute son album le plus abouti à ce jour ! La classe ! 

Axl Meu

ENTOMBED A.D. 

BOWELS OF EARTH 

Death Metal Suédois 

Century Media 

Quand on écoute attentivement ce Bowels Of Earth, on peut clairement imaginer à quelle sauce seront mangés les festivaliers du Dreamer Fest le 2 mai prochain à St-Omer : du gros Death Metal qui tâche, et pas qu’un peu ! Lars-Göran Petrov, en bon vivant qu’il fait, continue de déclarer sa flamme à cette musique avec qui a engendré quelques pierres angulaires du Death Suédois (Left Hand Pass, Clandestine…) sans avoir la prétention de faire mieux que sur ses précédentes sorties : là, il n’est encore question de beuglements, de grosses rythmiques et de ses solos débraillés, et d’une petite dose de second degré, notamment sur « Bourbon Nightmare ». Il est vrai, la recette reste un poil répétitive, il est vrai, mais efficace, pour une formation et des vétérans du genre qui n’ont clairement plus rien à prouver, que ce soit en studio ou bien sur scène ! 

Axl Meu

FORGOTTEN TALES BROTHERHOOD

AND SO IT BEGINS… (EP)

Orchestral Folk Metal 

Indépendant 

Forgotten Tales Brotherhood sort de nulle part pour nous proposer, à l’image de la Bretagne, un Folk Metal couillu. Armé d’un violon, le groupe ne démord pas et expose leurs premières trois compositions sur leur premier EP, And So It Begins. Leur façon de coupler l’acoustique et l’électrique avec deux chants totalement contradictoires est bluffante. En une vingtaine de minutes à peine, Forgotten Tales Brotherhood sait captiver son auditoire par l’intermédiaire d’une ambiance relativement sombre. L’alternance brutale de l’acoustique au chant guttural est rapide et crée la surprise. C’est magnifiquement bien pensé et interprété. « And So It Begins » est un appel à la réflexion et à la nostalgie. En somme, il s’agit d’un EP solide, prouvant que Forgotten Tales Brotherhood a trouvé son identité et a appris à se démarquer. Très bel effort pour une première !

Romane Nicolle

RED DEATH 

SICKNESS DIVINE 

Crossover 

Century Media 

Jouons le jeu et soyons honnêtes : pas grand monde n’a eu écho de l’existence de Red Death, formation de Crossover, quand bien même son nouvel album est paru dernièrement via Century Media. Et pourtant, le troisième méfait des Américains mérite pleinement que l’on y attarde, surtout si l’on compte parmi ses groupes de chevets des gaillards comme Municipal Waste, Toxic Holocaust et bien sûr Power Trip. Donc, n’y allons pas par quatre-chemins : ce Sickness Divine, s’il apparaît comme plus raffiné par rapport à ses prédécesseurs, ne déroge pas pas à la règle du Thrash/Punk/Hardcore, à savoir un paquet de riffs dont la seule vocation est de dégrafer vos dents une après l’autre dans un pit chaud-bouillant. À voir maintenant si cette nouvelle signature permettra aux Américains de s’imposer durablement sur notre sol et qu’elle les conduira à se produire dans des petits-clubs bien sympathiques !  

Axl Meu

STRIGOI 

ABANDON ALL FAITH 

Death/Doom

Nuclear Blast

Vallenfyre, projet à la vertu cathartique de Greg Mackintosh (Paradise Lost) s’est arrêté en 2018. 2019 voit la naissance de Strigoi, projet beaucoup plus radical, brutal et violent. Abandon All Faith est son nom. Epaulé par le batteur Waltteri Väyrynen (Paradise Lost, Vallenfyre, Abhorrence) pour les sessions studio et de Chris Casket (bassiste de Vallenfyre), qui signe également les paroles d’Abandon All Faith, Strigoi nous embarque dans un monde où la noirceur s’installe en maîtresse absolue. De « The Rising Horde » à « Abandon All Faith », les ambiances malsaines, ténébreuses, anxiogènes se multiplient. Le son est énorme, le songwriting remarquable et les vocaux de Mackintosh, d’une profondeur époustouflante, répondent de la façon la plus juste à la teneur sépulcrale qui sied à cette association de Doom, Black et Death/Grind. Abandon All Faith est un album intense et oppressant en tout point, normal pour une thématique qui s’inspire de tout ce qui existe de plus sombre autour de nous. 

Fred 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.