L’image contient peut-être : texte

#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Arseis qui s’est confié à nous !

Propos recueillis par Axl Meu


Comment la transition de Lappalainen à Arseis s’est-elle faite ? 

Assez naturellement parce qu’elle vient avant tout des compositions de Victor (instruments médiévaux, ndlr). C’est-à-dire que la musique évoluant au fur et à mesure des titres vers des choses bien différentes, ça faisait de plus en plus sens de passer à une autre phase de notre formation. 

Quelles sont les grosses différences entre les deux groupes ? 

On note quelques grosses différences entre les deux projets.  Elles concerne le style de musique d’une part, mais aussi les thématiques puisqu’on s’oriente sur un album plus harmonieux quant aux sujets abordés. On reste cependant dans un univers médiéval non-historique, mais cohérent. Ce nouveau projet est plus mature, dans le sens ou Lappalainen était le premier groupe pour beaucoup de ses membres, et qu’Arseis correspond davantage à ce qu’on est devenu grâce à Lappalainen. Peut-être qu’Arseis intéressera tout autant que Lappalainen, peut-être plus encore, du moins, on espère, et que les gens qui nous écoutent et nous suivent apprécieront notre premier album dans le style qu’on veut rendre. Après, gagner un public et se faire une vraie place sur une scène aussi niche que la nôtre, ce n’est jamais facile. 

Il y a donc eu une évolution de styles entre Lappalainen et Arseis… 

Oui, le style est sensiblement différent par rapport à ce qu’on a proposé avec Lappalainen. Pour faire court, on peut dire que Lappalainen évoluait dans un Folk Metal assez classique, festif, avec des gros riffs accrocheurs et la voix « Death » de Flo par-dessus. Les structures étaient efficaces et volontairement simples, les mélodies entrainantes, et tout était fait pour le « live » et l’énergie. Avec Arseis et ce premier album, on a essayé de mettre au point des compositions plus travaillées, plus longues, plus progressifs, mais aussi plus sombres. On se définira plus comme du Black/Death, encore une fois pour aller vite, avec un fond Folk médiéval, que comme du pur Folk Metal.

Qui est Teddy, votre nouveau guitariste soliste ? D’ou vient-il ? 

Teddy, c’est notre petite trouvaille ! On avait posté différentes annonces suite au départ de Thomas Dubois qui nous a quittés pour des raisons professionnelles… Et finalement, parmi différents candidats, il est parvenu à faire la différence avec son ampli Orange et son Ibanez à Floyd dans un style détonnant se rapprochant plus du Old Rock, un toucher bien groovy et mélodique… Et ça nous a carrément plu ! Le mélange opère très bien !

Est-ce que vous pouvez me donner des indications concernant ce premier album à venir ? 

On a terminé les prises de son de l’album complet… Huit titres pour un total d’environ soixante minutes ! Et on va passer à la phase de mixage/mastering au studio Allende de Mons. Il sortira vraisemblablement bientôt, dans les trois ou quatre mois à venir, du moins pour la version numérique. Pour la version physique, tout dépendra du label et des opportunités, mais sa parution suivra dans la foulée.

Étant donné que Flo est investi dans plusieurs autres projets notamment Balance Of Terror et Vile, aura-t-il le temps de consacrer assez de temps au projet pour qu’il se développe ?

Tout est très clair avec Flo. Il a l’agenda qu’on connait longtemps à l’avance et le groupe s’adapte à ça, comme il le fait pour n’importe quel autre membre et groupe. On sera certes amenés à refuser certaines dates, mais on y gagne au change, crois-moi ! En plus, il travaille très vite, très bien, et on se connait depuis suffisamment longtemps pour se faire confiance !

Le 25 janvier prochain, vous allez fouler la scène de la Brat Cave en compagnie d’Aorlhac. Qu’allez-vous proposer à votre public ? 

Le 25, on donnera donc notre première concert avec Arseis. Ce sera un set de 40 minutes bien rodé, qu’on espère bien pensé en termes de progression et d’ambiance avec un joli climax au milieu. On a de grosses attentes pour cette date, même si on ne devrait probablement pas, parce que ce n’est jamais qu’une « première date » au fond et que le projet est jeune… mais ça fait tellement longtemps qu’on veut que le projet se montre sur scène qu’on est tous dans les starting-blocks ! On espère sincèrement que ça va être le bazar dans la salle ! En tout cas, on va tout faire pour et on espère que ce sera communicatif en échange. Et contrairement à ce que l’on peut croire, on ne jouera plus aucun morceau de Lappalainen en live. On est vraiment passés à autre chose !

Quels sont vos projets pour 2020 ?

Pour 2020, dans l’ordre : la première date, démarcher le maximum de labels, publier l’album, et donner un maximum de concerts en France, et ensuite concevoir un deuxième album… Et ainsi de suite !

Pour suivre : https://www.facebook.com/ArseisOfficial/

Pour écouter : rendez-vous à la Brat Cave le 25 janvier prochain !

L’image contient peut-être : texte

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.