Le projet est fort ambitieux pour cette compilation qui n’en est pas vraiment une pour finir ! En effet, Killection (A Fictional Compilation Album) compile des morceaux vendus comme s’ils avaient été conçus à une autre époque (les 70’s, les 80’s…) alors que que non ! Voilà ce qui se passe lorsque Mr. Lordi donne libre cours à son imagination ! Visiblement en bonne forme, le monstre a bien voulu revenir le deuxième concept-album de son groupe ! 

Propos de Mr. Lordi recueillis par Axl Meu


Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais revenir sur la date que vous avez donnée en première partie de Beast In Black le 13 décembre dernier à Jäähalli (Finlande). Vous avez ouvert pour le groupe, ce qui est assez surprenant…

Eh bien, aussi surprenant que cela puisse paraître, l’ancienneté d’un groupe ne joue pas. C’est juste que les gars de Beast In Black sont des potes à nous, notamment Anton Kabanen (guitare, ndlr)… Et puisque Beast In Black et Lordi travaillent avec la même agence de booking, nous avons tout simplement répondu « présent » quand on nous a proposé d’ouvrir pour eux ! Nous n’avions rien d’autre à faire, le nouvel album était enregistré… Et puis, tu sais, nous sommes en Finlande, et Beast In Black est déjà un putain de groupe ! Ils sont très gros chez nous… Puis, de notre côté, il nous est déjà arrivé que certaines de nos groupes préférés ouvre pour nous. C’était notamment le cas il y a quelques années quand Lizzy Borden avait ouvert pour nous aux États-Unis ! Je veux dire… Lizzy Borden, quoi ! J’ai grandi avec ce groupe… Donc qu’on soit en première partie ou en headliner, tant que le respect est de mise, ça me va ! 

En janvier prochain, vous allez publier un nouvel album, c’est Killection (A Fictional Compilation Album). D’ailleurs, le sous-titre est un peu particulier. Tu nous vends ça comme une compilation, mais…

(Rires) Tu veux dire… C’est quoi de cette compilation qui n’en est pas une ? Il y a deux facteurs qui m’ont amené à concevoir cet album. Imagine un peu tous les groupes qu’il y a. Tous ces groupes qui existent, toutes époques confondues. Et parmi eux,  il y a ceux que tu reconnais dès les premières secondes, c’est le cas pour le Black Album de Metallica, l’album Possessed de Venom, pareil pour Guns n’ Roses, Twisted Sister… Ces albums, ces morceaux ont tous leur personnalité, leur son de guitare, de basse, de batterie… Tout ça m’a fait comprendre qu’on associait souvent un album à sa production. Et en général, quand j’écris des morceaux, je suis toujours obligé d’en écarter un paquet, car ils ne correspondent pas forcément au reste de l’album. Pourtant, ils sont géniaux. Une aberration. Donc, je me suis lancé comme défi d’écrire des morceaux tous différents les uns des autres, concordant à plusieurs époques particulières : les 70’s, les 80’s, les 90’s… C’était ça le projet de base. Il remonte à l’époque de Sexorcism, mais finalement, j’ai décidé de la garder pour le dixième album histoire de le laisser mûrir.

Pour arriver à mes fins, je me suis repassé tous mes albums préférés, je les ai écoutés, analysés, décryptés de sorte à comprendre le fonctionnement des morceaux-clef. Par exemple, dans les années 70, les parties de basse étaient plus dominantes, très mélodieuses… Tu n’as peut-être pas de double-pédale, mais la batterie était très bien pensée. Bref, une fois arrivé aux années 80, tu te rends compte que le monde a changé, la basse est plus linéaire, les rythmiques différentes, mais les guitares sont bien plus mises en avant ! Donc, j’ai fait beaucoup de recherche… En travaillant sur Killection (A Fictional Compilation Album), je me suis lancé un défi de taille. 

« Pour arriver à mes fins, je me suis repassé tous mes albums préférés, je les ai écoutés, analysés, décryptés de sorte à comprendre le fonctionnement des morceaux clefs« 

« Like A Bee To The Honey » a vraiment des airs de morceaux de Disco ! Pareil pour « Apollyon » et « Zombimbo ». Ces morceaux ont un côté très « I Was Made For Loving You ». J’ai aussi lu que tu avais utilisé du vieux matériel pour tout enregistrer.

Tu n’as sans doute pas lu le livret qui va avec. En fait, dans ce dernier, il est précisé de quelle époque le morceau en question est issu, et de quel « faux » album il est extrait. Mais tout ça, c’est du bidon. J’ai clairement inventé une histoire pour présenter le morceau en question ! Par exemple, d’après mes souvenirs « Blow My Fuse » est lui d’extrait d’un album ‘’Naked To Live’’ datant de 1975. Donc, ce morceau sonne comme s’il avait été enregistré en 1975… Techniquement parlant il est clairement impossible de reproduire le son tel qu’il était à l’époque, mais on peut s’y rapprocher… Et, pour ce qui est des morceaux censés datés des années 70, « Zombimbo », « Blow My Fuse » et une autre qui est en bonus, je les ai enregistrés dans un studio en Finlande, à Tampere, uniquement équipé de matériel analogique. On ne pouvait pas faire de copier/coller, ni retoucher les pistes de batterie, on enregistrait tout avec des vieilles bandes analogiques… Donc, quand il y avait des petites erreurs, on se demandait si on allait se donner la peine oui ou non de ré-enregistrer les morceaux ! Après tout, ce n’est que du Rock’n’Roll, non ? Aujourd’hui, un groupe peut enregistrer un album sans que les membres ne se croisent dans le studio d’enregistrement, et c’est à l’ingénieur-son d’agencer l’ensemble. Mais, franchement, j’ai adoré aller à contre-courant de tout ce qui se fait aujourd’hui. Après, la règle de base était la même : pour enregistrer un morceau censé dater de l’année 1985, on se devait de n’utiliser rien que le matériel de l’époque. 

Est-ce difficile d’obtenir un son organique, de faire en sorte que tous les morceaux concordent ensemble quand on se lance dans ce genre de projet ? 

On n’était pas trop inquiet par rapport ça. On savait à l’avance qu’il s’agirait d’une compilation fictive… Une fausse histoire qui retrace l’histoire du Rock’n’Roll. Quarante ans d’histoire ! Donc, on a fait en sorte que chaque morceau bénéficie d’une production organique, la plus claire possible, surtout selon l’année où elle a été enregistré ! D’ailleurs, il y a des compilations qui sortent tous les jours. Et c’est juste un petit tour technique que  calibrer le son. Dans les années 80, il y avait des compilations sur lesquelles le volume changeait d’un morceau à l’autre, entre les morceaux… C’était amusant. Mais aujourd’hui, quand tu écoutes une compilation, tous les morceaux ont le même volume, mais le son, la production reste sensiblement différente.

Dans cet album, il y a également quatre parties purement radiophonique ; les pistes « SCG10 ». Doit-on comprendre que l’album est découpé en quatre parties distinctes ? 

Non pas vraiment… C’est juste qu’on a enregistré bien plus de quatre parties… Et si nous ne nous étions pas limité à quatre petites parties « radio », l’album aurait été plus bien long… Et finalement, ça n’aurait servi à rien, car tout le monde aurait fini par les zapper. Ces petites passages font l’objet d’interlude très sympathiques au début, au milieu et à la fin, mais je suis conscient qu’après avoir écouté l’album dans son intégralité, nos fans les zapperont. Ça a clairement été embêtant d’avoir un  »slot » radio après tous les morceaux !

Pourquoi OX, votre bassiste, s’en est-il allé ? Qui est Hiisi, son remplaçant ? 

Eh bien… Il est venu me voir courant janvier/février pour me dire qu’on devait s’expliquer. Je ne me faisais pas trop d’illusions. Comme prévu, il m’a donc sans trop de surprise annoncé qu’il y songeait depuis un moment. Tu sais, il n’était plus si heureux dans le groupe. Je ne dis pas qu’il ne s’entendait pas avec nous, loin de là, mais c’est un peu difficile d’évoluer avec un groupe comme Lordi. Je veux dire, l’imagerie du groupe compte pour beaucoup, et tu ne peux pas échapper à ta condition de membre de Lordi. Et franchement, ça m’agacerait de voir un de mes membres se produire le week-end avec un autre groupe. Si c’était le cas, l’identité de Lordi serait mis à mal… Donc, je peux tout à fait comprendre qu’un membre veuille partir. Et j’ai appris au fil des années qu’il ne servait à rien de retenir un membre quand ce dernier t’annonce qu’il veut partir. C’est un peu comme si tu voulais retenir ta femme alors qu’elle venait de t’annoncer le divorce. Cela dit, on est resté ami quoi qu’il arrive. Désormais, il a un nouveau groupe et il se fait plaisir !

Pour ce qui est de Hiisi, je l’ai trouvé 23h après que OX m’a annoncé son départ. Hiisi est une vieille connaissance d’un de mes proches ! Je ne le connaissais pas personnellement, mais on s’était déjà croisés à plusieurs reprises… Quand je lui ai proposé de nous rejoindre, il m’a fait part de son enthousiasme. Il a donc enregistré l’album avec nous, mais il fallait encore qu’OX honore ses dernières dates avec nous. C’était un période très particulière, car la semaine, je travaillais avec Hiisi sur le nouvel album, et je revoyais OX le week-end !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est LO_732_K_P04-724x1024.jpg.

« Et franchement, ça m’agacerait de voir un de mes membres se produire le week-end avec un autre groupe. Si c’était le cas, l’identité de Lordi serait mis à mal »

Quelles animations scéniques proposerez-vous pour la prochaine tournée ? 

Sans doute quelque chose semblable à la scène de Sexorcism. Mais ça ne prendra pas la forme d’un château, ni d’une chapelle. Ça sera plutôt une sorte de maison hantée. Il est toujours en cours de conceptualisation. Je ne sais pas encore quelle forme, ça prendra, je travaille dessus en ce moment, mais je peux te dire ça s’approchera fortement à la pochette du nouvel album ! 

Ceux qui suivent Lordi savent à quel point tu es attaché au groupe Kiss. D’ailleurs, il me semble que tu es le président du Fan-Club finlandais… De quel œil vois-tu cette tournées d’adieux ? 

Je ne suis plus le président du fan-club, mais je l’étais, oui. J’ai rejoint la Kiss Army au début des années 90. Je veux dire… Je suis un inconditionnel de ce groupe. J’ai dû le voir 6 ou 7 fois depuis qu’ils ont annoncé leur tournée d’adieux, à Las Vegas, à Los Angeles… On a également partagé la même scène à plusieurs reprises dans le cadre de la même tournée, notamment dans le cadre du Rock Fest en Espagne, mais aussi en Finlande, chez nous. Je devais aussi aller les voir en Australie… Mais, cette branche de la tournée a tout bonnement été annulée. Après, ils parlent certes de tournée d’adieu, mais ça ne veut pas dire que Paul Stanley et les autres raccrocheront les gants. Ils sont censés donner leur dernier concert en juillet 2021, ce qui signifie qu’ils ont le temps de remettre le but de la tournée en question, surtout qu’ils seront sans doute amenés à fêter leurs 50 ans de carrière…

Dernièrement, Gwar a tourné en Europe. Est-il envisageable que vous tourniez ensemble à l’avenir ?

Eh bien… Je dois t’avouer que je n’ai jamais vu Gwar sur scène de ma vie. Courant 2007/2008, le management du groupe nous avait contactés… Il avait évoqué l’idée que Gwar puisse tourner avec Lordi. Il était un peu insistant d’ailleurs. Mais nous avons dû décliner l’invitation tout simplement car leur idée était de se faire confronter les deux formations : Lordi aurait été en tête d’affiche en Europe, et Gwar en tête aux États-Unis. Je veux dire, on n’a rien à voir ! Pour moi, leurs idées sont bien plus poussées que les nôtres. Je veux dire, malgré les apparences, nous ne sommes pas les mêmes. Quand je lis les interviews de Gwar, je me rends compte qu’ils jouent leur rôle jusqu’au bout, mais Lordi, non, on ne peut pas « faire les monstres » tous les jours. Il faut que l’on présente nos morceaux convenablement. Après, on aimerait bien tourner avec eux… mais ce n’est pas de notre ressort, c’est le management qui nous propose les idées, on discute et on voit si c’est faisable oui ou non. 


Line-up : 

Mr. Lordi : Chant

Amen : Guitare 

Mana : Batterie

Hella : Claviers

Hiisi : Basse

Discographie :

Get Heavy (2002)

The Monsterican Dream (2004)

The Arockalypse (2006)

Deadache (2008)

Babez For Breakfast (2010)

To Beast Or Not To Beast (2013)

Scare Force One (2014)

Monstereophonic (Theaterror vs. Demonarchy) (2016)

Sexorcism (2019)

Killection (A Fictional Compilation Album) (2020)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.