#TouchePasÀMonUnderground, le principe est simple, une semaine sur deux, un groupe de la scène underground des Hauts-de-France peut s’exprimer ! Cette semaine, c’est Cathartik qui s’est confié à nous !

Propos recueillis par le groupe par Axl Meu


Est-ce que vous pouvez vous présenter ? 

Nous sommes un groupe de Metalcore. Nous avons commencé en 2006, cinq personnes passionnées par la musique et le Metal. Le groupe à réussi a se lancer, sortir du local de répétition et après plusieurs concerts et une démo, Cathartik s’est séparé. Nous avons décidé de relancer la machine en 2018, dix ans après la fin.

Pourquoi avez-vous décidé de cesser votre activité en 2008 ? Pourquoi décider de revenir en 2019 ? 

C’était un groupe de lycée, à un moment chacun a dû prendre son propre chemin, certains ont quitté la région, d’autres sont restés. Malgré la séparation, nous avons toujours gardé le lien, impossible d’oublier la musique, on a continué à collaborer sur certains projets et à un moment ce fût évident que nous devions remonter Cathartik, même si cela nous a pris du temps.

Peut-on dire que Cathartik de 2019 est le même qu’il y a dix ans ? 

Cathartik est différent aujourd’hui, c’est indéniable. L’arrivéE de Tom à la batterie et Rob à la basse fait différer le groupe dans sa composition originelle : c’est positif, cela apporte de la nouveauté dans notre musique !

En février dernier, vous avez publié deux morceaux « Apathy » et « Black & White ». Est-ce vous pouvez nous les présenter ? 

Ce sont les premiers morceaux que nous avons commencé à travailler. Nous voulions un nouveau set, le changement était le maître mot après dix ans d’absence. « Black & White » était à l’origine une ballade acoustique que nous avions écrite, puis réadaptée pour le groupe. Pour « Apathy », nous nous sommes inspirés de Jazz Manouche.

Le style est-il le même ? Comment le définiriez-vous ? 

Le style n’est plus vraiment le même, mais garde malgré tout un fort lien avec celui de 2008. Nous aimons toujours explorer divers possibilités dans notre travail, mais en dix ans, il est certain que notre oreille et notre vision des choses ont évolué : il y a de nouveaux membres, notre organisation est différente… Cela a un impact, et disons que le tout est plus abouti !

La suite est-elle prévue ? 

La suite est prévue. Nous sommes actuellement en train de plancher dessus. Si tout va bien nous espérons sortir une démo d’ici l’été 2020.

Est-ce difficile de se produire sur Amiens ? Y a-t-il d’autres groupes d’Amiens à nous proposer ? 

Malheureusement, en quelques années, les établissements qui permettaient aux différents groupes de la région de se produire ont fermé leurs portes ou ont stoppé  »net » les concerts. La ville d’Amiens peut encore compter sur certaines enseignes heureusement. Il est dommage de savoir aussi que des associations de la région dont le but était la promotion de la scène local ne jouent plus le jeu de la diversité préférant peut être celui de la simplicité… Paradoxe, Amiens regorge de groupes talentueux, encore plus ces derniers temps, parmi eux : Lifescarred, Sycomore, Mad Act, Mazonit… 

Pour plus d’informations : https://www.facebook.com/cathartik/

Pour écouter :

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, barbe

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.