Quelle remarquable progression pour Dark Sarah qui – depuis sa signature chez Napalm Records – peut se targuer de jouer dans la cour des grands ! Désormais, gageons donc que Grim, le nouvel album du combo de « Metal Cinématographique » – comptant les déboires de la jeune Luna – saura intéresser, et les fans de fantaisie, et les fans de musique symphonique chiadée. Sa chanteuse, Heidi Parviainen, est revenue avec nous sur le concept de Dark Sarah.

Propos de Heidi Parviainen (chant) recueillis par Axl Meu


Avant d’évoquer la sortie de ton nouvel album, Grim, j’aimerais tout d’abord parler de la formation du groupe. Il me semble que tu as lancé ce projet après avoir quitté ton ancien groupe, Amberian Dawn… 

En fait, pour être plus précise, je me suis concentré sur ce projet en 2012, c’est-à-dire, peu de temps avant la sortie de Circus Black, le dernier album d’Amberian Dawn auquel j’ai participé… Et ce n’est que par la suite que je me suis associé à Mikko P. Mustonen, qui s’occupe encore aujourd’hui de la production et des orchestrations. Au début, il n’y avait que lui et moi, puis, nous avons lancé le fameux crowdfunding qui nous a permis de récolter des fonds nous permettant de concrétiser le projet. Ensuite, il a fallu que je m’entoure de musiciens, et depuis, le line-up n’a pas tant évolué que ça. 

Si j’ai bien compris, Grim vient après ta première « trilogie »… 

Oui, la première partie de l’histoire, la première trilogie a pris fin avec l’album The Golden Moth. Désormais, avec Grim, je compte bien en amorcer une nouvelle. Enfin, je ne sais pas, rien n’est encore fixé à ce jour ! Quoi qu’il en soit, Grim est le commencement d’une nouvelle histoire qui s’étendra sans doute sur plusieurs albums. 

Le concept du groupe tourne autour d’un personnage fictif qui s’appelle Sarah que tu incarnes sur scène…

L’idée de ce personnage m’est venue quand j’étais en train d’écrire les paroles du morceau « Save Me », le premier morceau de Behind The Black Veil, mon premier album. Dans cette histoire, on y conte les déboires d’une femme en robe de mariée qui pousse quelques vocalises joyeux sur un air qui ne l’est pas vraiment. Comme s’il y avait un contraste entre ce qu’elle ressentait et le vrai message de la chanson. Par la suite, je me suis demandé comment je pourrais développer cette idée de personnage ambiguë au long terme… Finalement, j’en ai fait une trilogie. 

Quid de ce nouvel album, Grim ? Que se passe-t-il pour cette fameuse « Sarah » ? 

Dans Grim, un nouveau personnage apparaît, c’est Luna. En fait, il faut savoir que Sarah et Luna sont liées puisque Luna est plus ou moins la nouvelle incarnation de Sarah, qui périt à la fin de la trilogie. Néanmoins, après coup, elle se transforme en papillon de nuit après avoir été sauvée par un autre personnage bienveillant de la saga et mis à bord d’une machine à remonter le temps. Malheureusement, suite à quelques problèmes d’ordre technique, Luna se retrouve dans une sorte de faille temporelle et atterrit à Grim, lieu de tous les possibles, qui a donné son nom à l’album. 

Par rapport à tes premiers albums, en quoi Grim marque-t-il une évolution particulière ? 

Grim développe une nouvelle facette de notre personnalité sur le plan de production et des sonorités en général. Quand on compare les premières démos sur lesquelles j’ai travaillés pour l’album et les toutes dernières, on se rend compte qu’il y a une sacrée marge de progression. Alors que les premières démos ressemblaient surtout à ce que j’avais proposé sur les trois premiers albums, les dernières – celle qui ont précédé l’enregistrement de l’album -, elles, sonnaient de manière bien différente. Donc, en quelque sorte, on peut dire que Grim sert de transition entre l’ancien « Dark Sarah » et ce qui viendra après. 

J’imagine que tu es à l’origine des paroles. Mais qui compose le reste, c’est-à-dire, les guitares, les claviers et les samplers électroniques ? 

Pour ma part, je m’occupe essentiellement des parties de chant, des paroles, des sections rythmiques et de l’ambiance globale de la musique. Une fois que les démos sont finies, je les envoie à Mikko – qui travaille avec nous depuis le début de Dark Sarah. Lui s’occupe des arrangements et en fait des morceaux de Metal à proprement parler. Son rôle est primordial, et plus le temps passe, plus j’ai l’impression qu’il est devenu un membre à part entière de Dark Sarah.

« Notre musique stimule l’imagination de tous ceux qui l’écoutent »

Sur ce nouvel album, on y retrouve quelques guests : JP Leppäluoto et Jess Jetala…  

JP Leppäluoto faisait encore partie du groupe l’année dernière, mais il a décidé de partir pour se consacrer à sa carrière solo. Finalement, il n’apparaît que sur un seul morceau de l’album, « The Wolf and The Maiden », chanson sur laquelle il joue le rôle de « Wolf »… Pour ce qui est de Jeff Jetala, il est la bonne surprise de l’album. Je l’ai rencontré l’année dernière suite à sa participation à « The Voice Finland », tremplin où il a fini à la deuxième place ! À l’époque, j’étais sur la conception des paroles, et il me fallait une voix « monstrueuse » et quand je l’ai vu à la TV, ça m’a paru logique de le contacter via les réseaux sociaux. Je lui ai donc tout simplement demandé si ça l’intéressait de venir poser sa voix sur  « Mork », qui évoque la créature maléfique dont Luna et tous les autres citoyens de Grim essaient de venir à bout… 

J’imagine que tu as dû lire beaucoup de romans de fantaisie pour arriver à mettre en place de telles histoires. Quels films as-tu vus ? Quels livres as-tu lus ?

Je lis beaucoup, c’est vrai ! Mais je ne saurais te dire quel roman m’a poussé à former Dark Sarah. Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, tous les travaux de Tim Burton, que ce soit ses scénarios ou ses visuels, tout cela a eu un impact considérable sur ma manière de concevoir la musique. J’adore la fantaisie ! Après, à côté, je lis beaucoup de romans policiers également, ils sont très faciles à lire, donc, quand je suis en vacances et que j’ai du temps, je lis un roman d’une seule traite, sans m’arrêter ! Par contre, je ne suis pas trop « film d’horreur », même si je dois avouer que la série « American Horreur Story » nous a influencés pour ce qui est des visuels. Peut-être que regarder cette série régulièrement a joué sur mon subconscient et m’a poussé à inclure des images plus modernes au monde féérique que nous voulions créer. 

Dark Sarah combine des éléments de la culture Gothique à des éléments de musique symphonique, tout en y incorporant des parties « groovy » et moderne. Comment caractériserais-tu la musique de Dark Sarah ? 

Oui, notre musique n’est pas que symphonique, elle contient également beaucoup d’éléments électroniques, et c’est aussi ce que je voulais expérimenter et que je continuerai à faire à l’avenir, dans nos prochaines sorties. Tout ce à quoi Dark Sarah aspire, c’est de sonner de la manière la plus moderne possible ! Cela dit, je dirais que le terme « Metal Cinématographique » collerait bien avec ce que nous faisons dans le sens où notre musique stimule l’imagination de tous ceux qui l’écoutent. Chacun est libre de représenter l’histoire comme bon lui semble. 

Quid de la scène ? À quoi pouvons-nous vous attendre ?

Pour le moment, rien n’est encore acté, ça la situation sanitaire actuelle a mis à mal notre emploi du temps. Je ne sais pas si nous allons inclure des vidéos sur scène, car le public aura plus tendance à se focaliser sur le visuel plutôt que sur la performance du groupe. À la place, pourquoi ne pas investir dans un mur de leds, qui éclairera la salle en fonction des ambiances des morceaux ? Pour ce qui est du retour des concerts, je ne peux rien te dire ! Tout ce que je sais pour l’instant, c’est que le groupe compte se produire sur scène le 7 août pour la sortie de l’album et que le concert sera diffusé en streaming gratuitement via les réseaux sociaux, comme ça, tous nos fans – où qu’ils soient – pourront nous voir ! Je trouve que ça reste une belle alternative pour quiconque veut nous découvrir sur scène.  

Pourquoi avoir décidé de faire un clip du morceau « All Ears ! » ? 

Cette chanson figurait dans la liste des morceaux que je voulais clipper. Et il se trouve que Napalm Records voulait également en faire un clip, car le label était convaincu que c’était le genre de titre qui nous permettrait de rafler le plus de nouveaux fans. « All Ears ! » est à la fois une chanson très « mainstream » et une chanson qui permet de se faire une idée concrète de ce que le groupe a à proposer : une musique théâtrale, harmonieuse, colorée et pleine de nuances. 

D’ailleurs, c’est la première fois que vous collaborez avec Napalm Records. C’est une sacrée étape de franchie ! 

Oui ! Pour Grim, nous étions à la recherche d’un label qui puisse nous épauler après trois albums sortis en auto-production. Et je pense sincèrement que c’était le bon moment pour nous de signer sur un label. Et vraiment, j’attends beaucoup de ce premier contrat, j’espère qu’il nous permettra de partir en tournée et de gagner en visibilité ! 

Que vas-tu faire cet été vu qu’il n’y a pas de concerts ? 

Oui, c’est vrai, nous n’avons rien de prévu cet été, mis à part le concert que nous devons donner le 7 août. Donc, pour m’occuper, je passe le maximum d’interviews, et j’ai repris l’envoi des colis à destination de tous ceux qui nous ont aidés à financer l’album. J’espère que tout rentrera dans l’ordre le plus vite possible et que nous pourrons redonner des concerts très prochainement. Après, si ce n’est pas le cas, j’en profiterai pour écrire de nouvelles chansons. 


Dark Sarah, c’est : 

Heidi Parviainen : Chant 

Rude Rothstén : Basse 

Erkka Korhonen : Guitare 

Thomas Tunkkari : Batterie 

Discographie : 

Behind The Black Veil (2015)

The Puzzle (2016)

The Golden Moth (2018)

Grim (2020) 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.