Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouvel album de Heathen était attendu et que la notion de « timing » n’a jamais été le fort des Américains ! Ce qui est plutôt un mal pour un bien, car en plus de mettre à jour le, il témoigne de l’évolution d’une formation culte de la scène de la Bay-Area qui a, grâce à son sens de la mélodie, toujours su faire la différence. Kragen Lum, son guitariste et manager, s’est rencardé avec Heretik Magazine à quelques semaines de la sortie d’Empire Of The Blind, dont la parution est programmée pour le 18 de ce mois…

Propos de Kragen Lum (guitare) recueillis par Axl Meu


J’imagine que, comme nous autres, tu as appris la disparition de Riley Gale, chanteur de Power Trip… (interview passée le lendemain de la disparition du chanteur)

Oui, c’est une terrible nouvelle… Je ne le connaissais pas très bien, mais c’était un vrai tueur sur scène. En 2017, Power Trip nous avait accompagnés avec Obituary et Dust Bolt dans le cadre de la branche Américaine de la tournée Battle Of The Bays… Toutes mes pensées vont à sa famille et ses proches.

Parlons à présent de votre nouvel album, Empire Of The Blind. J’imagine qu’il devait sortir plus tôt, mais ton engagement au sein d’Exodus ne vous pas permis de le finaliser plus tôt. 

En fait, seule la moitié de l’album était composée en 2014. Aussi, nous n’avons pas composé de la même façon, ce qui peut expliquer ce retard. Pour The Evolution of Chaos, trois membres étaient impliqués dans son écriture, mais cette fois-ci, pour Empire Of The Blind, nous n’étions que deux, David (White, chant, ndlr) et moi-même, à nous être penchés sur l’album. Donc, du coup, à chaque fois qu’Exodus n’était pas sur la route, je dégageais du temps pour travailler sur l’album. Et puisque je n’ai donné que deux concerts avec Exodus l’année dernière, j’ai eu tout mon temps sur moi pour finaliser l’album. Donc, oui, il est vrai que ça a pris beaucoup plus de temps que prévu, c’était un mal pour un bien, car ça m’a permis de retravailler sur certaines parties qui ne convenaient pas, de prendre tous mon temps pour maquetter et ensuite d’enregistrer dans les meilleures conditions possibles. Je voulais m’assurer qu’Empire Of The Blind soit parfait d’un bout à l’autre. 

Alors que vous étiez sur la finalisation du ‘’process’’ de composition, Heathen a connu un changement de line-up avec l’intégration de Jason Mirza et Jim DeMaria. Est-ce que leur intégration a eu un impact sur la manière dont l’album sonne ? 

Plus ou moins… Tous les morceaux étaient déjà composés quand ils sont arrivés, mais ils ont contribué, par leur performance, à l’album. Donc, le fait de jouer sur l’album leur a permis d’ajouter leur touche personnelle, leurs idées. Nous avons toujours été très ouverts d’esprit quand il s’agit des enregistrements… Après, il était toujours possible de faire quelques modifications quand ils sont arrivés… En tout cas, ça montre que ce nouvel album n’est pas le fruit d’un membre du groupe, même si j’ai composé l’album dans sa majorité. En tout cas, je leur ai laissé donner leur avis, et quand ils approuvaient mes idées, j’étais le plus heureux des musiciens. Car on ne dirait pas comme ça, mais je me suis mis une pression monstre à composer tous ces nouveaux morceaux, de sorte à approcher au mieux possible la qualité sonore des albums qui précèdent. 

Sur cet album, on peut retrouver des plans de guitare qui sonnent à la manière d’Exodus, notamment le morceau « Dead And Gone »… Était-ce voulu ? 

Personnellement, ça n’engage que moi, mais je dirais que ce morceau n’a rien d’un morceau d’Exodus. En fait, je ne pense pas qu’Exodus composerait des morceaux aux refrains aussi mélodique. Après, cela dit, il est vrai qu’Exodus a toujours influencé Heathen, et ce, depuis le début du groupe, et quoi que l’on fasse, ça fera toujours partie de l’identité du groupe ! Comme tu sais, Lee (Altus, guitare, ndlr) joue encore au sein d’Exodus, et moi-même l’ai accompagné pendant pas moins de cinq années, donc il n’est pas impossible que cela se ressente sur l’album. Après, c’est vraiment notre sens de la mélodie qui permet de nous différencier des autres groupes de la Bay Area. Rien que sur un moment comme « The Blight », il y a quatre couches de guitare pendant le refrain pour ce qui des harmonies. Ce qu’Exodus ne fera jamais d’ailleurs ! Aussi, il n’est pas impossible qu’Exodus soit inspiré de Heathen… Par exemple, Exodus a composé le morceau « The Ballad Of Leonard and Charles » qui aurait pu figurer dans notre répertoire. Il n’est pas si étrange de voir une sorte de mélange s’opérer. C’est tout à fait normal quand un membre joue dans deux groupes différents…

Est-ce que tu peux me présenter le morceau « Shrine Of Apathy ». C’est le morceau le plus calme de l’album ! De quoi y parlez-vous ? 

Eh bien, ce morceau, c’est plus ou moins un hommage que je voulais rendre à tous ces membres de nos familles, à tous ces amis qui sont décédés au fil des années… Les paroles font allusion à cette tristesse que tu ressens, elle est si puissante qu’elle finit par te rendre antipathique… Comme si tu étais tellement désespéré que tu commences à devenir indifférent par rapport à tout ce qui se passe à côté de toi… C’est vraiment de ça que je parle, et je voulais écrire une chanson qui puisse amener l’auditeur à ressentir tout ce que j’ai ressenti pendant cette période de deuil. À ces fins, je me suis inspiré des gros standards du Rock comme « Dream On » d’Aerosmith ou même « Stairway To Heaven » de Led Zeppelin, tu sais, ces gens qui sont loin de te laisser indifférent quand tu les écoutes. Donc oui, c’était vraiment ça mon projet avec ce morceau : transmettre des émotions, des vraies ! D’ailleurs, Dave a vraiment fait un boulot énorme sur ce morceau… Il a vraiment chanté avec ses tripes. 

« De nos jours, il suffit qu’une information non-vérifiée fasse le buzz sur les réseaux sociaux pour semer le chaos sur la toile »

À côté de cette chanson, les paroles restent foncièrement engagées. De quoi parlez-vous ? 

Nous avons mélangé les thématiques, comme pour chaque album de Heathen en fait… Certaines chansons traiteront plus de sujets politiques, d’autres seront plus personnels comme « Sun In My Hand », « In Black », « Shrine Of Apathy »… Pour ce qui est des chansons engagées, on pourra citer « Empire Of The Blind », « The Blake » et « Devour »… On y parle des réseaux sociaux, des news, des fake-news, de la manière dont on traite l’information aujourd’hui, et du fait que les gens sont particulièrement mal informés. Plus manipulés. En fait, de nos jours, il suffit qu’une information non-vérifiée fasse le buzz sur les réseaux sociaux pour semer le chaos sur la toile. Aussi, on pourrait aussi échanger des heures sur la manière dont les hommes politiques manipulent ces fameuses informations à des fins personnelles… Et on sait tous que c’est de la propagande, et c’est vraiment dangereux, car beaucoup ne se rendent pas vraiment compte que l’on joue avec eux… 

Tu n’as pas joué sur les deux premiers albums du groupe, mais j’imagine qu’ils comptent quand même beaucoup à tes yeux. 

Je suis Heathen depuis leurs débuts ! Et j’ai tout de suite accroché, car le groupe était déjà bien différent de tout ce qui se faisait en matière de Thrash Metal à l’époque… Je veux dire… Le groupe avait un certain sens de la mélodie, et surtout, il avait un chanteur qui savait réellement chanter ! Je veux dire, oui, il y avait d’autres bons chanteurs, mais personne ne chantait aussi bien que Dave à l’époque. Sur le plan purement musical, les compositions étaient aussi très chiadées, très travaillées ! Donc, en quelque sorte, on peut dire que le groupe disposait de ce côté Thrash en vogue et de ce sens de la mélodie qui faisait clairement la différence ! Après, je trouve quand même regrettable que le groupe soit resté en marge et qu’il n’ait pas réellement percé… Je pense que c’est dû au fait Victims Of Deception soit sorti après la grande époque du Thrash… Donc, à l’époque, l’album est passé un peu à côté, à cause du mouvement Grunge. Puis, par la suite, les groupes de Thrash, comme Sepultura et Pantera, ont mis à jour leur recette… Ce qui fait que Heathen, finalement, n’était pas trop en phase avec ce qui se faisait à ce moment en matière de Thrash… Et c’est dommage, car Victims Of Deception est un excellent album, et certaines personnes ne s’en rendent compte seulement aujourd’hui… Donc, en quelque sorte, j’aurais tellement préféré que l’on prête plus attention au groupe !

Donc, tu as quelques regrets quant à la carrière du groupe ? 

Pas forcément, c’est juste un constat… Impossible de faire machine-arrière, les choses sont telles qu’elles sont aujourd’hui. Je n’étais pas dans le groupe à l’époque, donc je dis ça d’un point de vue extérieur. Et je suis persuadé que si Victims Of Deception était sorti deux ans après Breaking The Silence, et non pas quatre ans après, le groupe aurait explosé ! Car en 1991, le Thrash Metal était tout simplement en train de mourir à petit feu… Il a fallu attendre que l’on organise de Thrash Of Titans (concert de soutien à Chuck Billy de Testament alors atteint d’un cancer, ndlr) en 2001 pour que le mouvement renaisse de ses cendres. Cela dit, Heathen est un groupe qui a toujours rencontré beaucoup de problèmes de ‘’timing’’. Plus de dix ans séparent Empire Of The Blind de The Evolution of Chaos, et nous ne pourrons même pas tourner avant je ne sais quoi pour le défendre, COVID-19 oblige… Mais on n’y peut vraiment rien ! Donc, attendons et voyons ! 

Donc, tu ne sais rien quant à la tournée qui est censée promouvoir ce nouvel album ? Vous n’y voyez pas encore clair ? 

Honnêtement, pas encore… Il nous est presque impossible d’anticiper, de planifier… Même aujourd’hui, on ne sait pas encore ce que l’on aura droit de faire ou pas l’année prochaine… Peut-être que nous ne pourrions pas encore voyager en tour-bus… Peut-être que si nous le faisons, nous serons directement placés en quarantaine à notre arrivée en Europe… Puis, sur le plan purement financier, c’est également le flou total… Donc, on verra… 


Heather, c’est :

Jason Mirza : Basse

Jim DeMaria : Batterie 

David White : Chant

Lee Altus : Guitare 

Kragen Lum : Guitare 

Discographie : 

Breaking The Silence (1987)

Victims Of Deception (1991)

The Evolution Of Chaos (2009)

Empire Of The Blind (2020)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.