Benediction – bien qu’elle soit une des figures emblématiques du Death Metal « à l’anglaise » – n’est pas du genre à se hâter. Mais rassurez-vous, car la patience finit toujours par payer ! En cette fin d’année, Benediction nous revient avec Scriptures, un excellent album de Death Metal classique – leur premier en 12 ans – officialisant une fois pour toutes le retour de Dave Ingram au chant ! Un petit événement en soi !

Propos de Darren Brookes (guitare) recueillis par Axl Meu


Benediction nous revient enfin avec un nouvel album, le premier en 12 ans ! Il s’intitule Scriptures… Pourquoi était-ce si long ? 

La raison principale ? C’est que nous nous faisons vieux ! Voilà tout ! D’ailleurs, on n’a jamais trop rien gagné avec le groupe. Ce n’est pas avec ce groupe que je vais payer mes factures ! (Rires) Nous avons tous une vie de famille et un job à côté, donc, pourquoi se presser… Puis, aussi, il faut savoir les membres de Benediction sont tous éparpillés un peu partout en Angleterre, donc ce n’est pas tous les jours facile de se voir. Après, l’attente est aussi justifiée par le fait que peu nous encourageaient à écrire de nouvelles chansons. En général, les promoteurs préféraient que l’on joue tel ou tel album, surtout le premier, Subconscious Terror, dans son intégralité… Et tout ça, ça a plongé le groupe dans un état d’oisiveté… Et il y a deux ans de ça, Peter (Rew, guitare) et moi-même nous sommes dits que le moment était venu pour nous de nous consacrer à l’écriture d’un nouvel opus ! 

Si j’ai bien compris, tu considères que les fans de Death Metal sont restés coincés dans les années 90…

Oui, plus ou moins. Mais je les comprends. Aujourd’hui, la plupart des groupes de Death Metal veulent être les plus techniques possibles, jouer le plus vite possible ! Et rien que pour ça, j’ai vraiment l’impression que le Death Metal est en train de perdre son essence d’antan. Pour moi, le Death Metal n’est pas censé être aussi extrême, aussi technique. Au contraire, il faut accorder de l’importance au groove, au feeling, sinon, la formation va droit dans le mur ! D’ailleurs, je ne comprendrais jamais pourquoi tous ces groupes veulent jouer aussi vite ? Ont-ils quelque chose à prouver ? Pourtant, il n’y a pas de compétition ! En tout cas, ce n’est pas notre cas à nous. Dans les années 80/90, nous étions un groupe de Death Metal mid-tempo, et tout ce qui nous importait, c’était le « groove », et rien d’autres ! 

En tout cas, et Scriptures en est la preuve formelle, Benediction fait du Benediction et n’aspire pas à sonner comme les autres groupes. Dans les années 90, quand le Death Metal était à son apogée, beaucoup de groupes émergeaient, et beaucoup de labels signaient, car personne ne voulait passer à côté du « nouveau gros truc », mais finalement, tout cet emballement avait fini par tuer le marché. À la fin, la scène s’était littéralement cassé la gueule… Mais Benediction est passé entre les mailles du filet. Nous sommes toujours là à faire la musique qui nous fait vibrer ! Et ce qui est vraiment cool par rapport à ce nouvel album, c’est que nous n’avons pas forcément essayé de nous réinventer. Nous sommes Benediction, nous sommes inspirés par Benediction, et nous faisons du Benediction. C’est aussi simple que cela ! Et je pense que ce nouvel album arrive à point nommé, puisque les « kids » semblent en avoir assez de toutes ces formations qui sonnent de la même manière. Aujourd’hui, beaucoup des groupes qui se disent faire du « Death Metal » font clairement du réchauffé, comme ils ne se souciaient pas vraiment de leur personnalité. Après, il y a ces groupes comme Benediction et Bolt Thrower qui évoluent et évoluaient dans un style qui leur est propre ! Et personnellement, ça me va très bien… 

« Je ne comprendrais jamais pourquoi tous ces groupes veulent jouer aussi vite ? Ont-ils quelque chose à prouver ? »

Scriptures marque le retour de Dave Ingram, votre chanteur original… Pourquoi Dave Hunt a-t-il décidé de quitter le navire ? Il était trop occupé avec Anaal Nathrakh ? 

En fait, Dave (Hunt) ne pouvait pas continuer avec nous pour la simple et bonne raison que son emploi du temps était trop chargé. Il tenait à finir son doctorat en philosophie… Et quand on a évoqué l’idée de faire un nouvel opus avec Peter, il était assez sceptique. Puis, comme tu dis, il a aussi Anaal Nathrakh à côté. C’est pourquoi tout a pris du retard… Il ne savait pas, mais nous, nous ne pouvions pas vraiment attendre… Pour ce qui est de Dave Ingram, c’était assez compliqué également. Il avait quitté Benediction en 1998 pour rejoindre sa nana qui habitait au Danemark… Finalement, il était si triste là-bas qu’il avait décidé de revenir, mais pour rejoindre Bolt Thrower dans la foulée. Bref, cette période était assez délicate pour tout le monde pour finir. Surtout qu’il nous avait quittés quelques semaines avant notre tournée en compagnie de Death ! Bref, après le départ de Dave (Hunt), je me suis dit que Dave (Ingram) serait intéressé par l’idée de nous rejoindre et de chanter sur l’album. J’avais déjà quelques démos, il a écouté, il a aimé. Et quand il a posé sa voix sur « Scriptures In The Scarlet », c’était un peu comme s’il n’était jamais parti. Je veux dire, Dave connait le groupe, il sait comment nous sonnons, donc il n’a pas eu besoin de faire des ajustements ! 

J’imagine que vous avez retrouvé la « vibe » de vos débuts ! 

Oui, vraiment. Je ne dis pas que Dave (Hunt) est un mauvais chanteur, au contraire, c’est un excellent chanteur, mais c’est clairement avec Dave (Ingram) que Benediction a sorti ses meilleurs opus. Et oui, comme tu dis, c’est vraiment lorsque nous nous sommes retrouvés ensemble dans le local de répétition que nous avons retrouvé le feeling de nos débuts, un peu comme s’il n’était jamais vraiment parti pour finir, et c’est vraiment cool ! Puis, il y a également ces deux nouveaux membres, qui étaient tellement enthousiastes ! Bref, nous prenons du plaisir à jouer ensemble, et à lire ce que les média disent sur nous, comme à la bonne vieille époque ! C’est comme si c’était un « come-back » sans que c’en soit un à proprement parler. 

Est-ce que tu pourrais me présenter ce nouvel album, Scriptures ? On peut le comparer aux quatre premiers albums de Benediction… Il a ce côté « old-school », bien que la production soit plus moderne…

Comme je t’ai dit tout à l’heure, Benediction ne veut pas sonner comme les autres groupes. Quand j’écris un riff, je sais automatiquement qu’il y aura une continuité dans ce que nous faisons, tout simplement parce que nous sommes nous et que nous sommes influencés par le vieux Death Metal. Tu vois ce que je veux dire ? Nous n’écoutons pas tous ces groupes de Death Metal moderne… Donc, nos sources d’inspirations n’ayant guère évolué depuis, les gens savent très bien à quoi s’attendre de notre part. Et il y a peu de groupes qui en sont capables. Il y avait Bolt Thrower, il y a nous… Personnellement, je ne verrais pas trop l’intérêt de sonner différemment. Benediction a son propre style, ses propres ‘’gimmicks’’, et puis c’est tout. 

Est-ce que tu peux revenir sur l’aspect technique de Scriptures ? Comment l’avez-vous enregistré ? Comment avez-vous fait pour qu’il sonne à la fois « old-school » et « moderne » ? 

Oui, l’album bénéficie d’une production plus moderne, c’est vrai. Mais les compositions font vraiment dans le « old-school » pur et dur ! La différence, on la doit vraiment à Scott Atkins, qui nous a accompagnés pour la production ! Chez lui, tout était assez strict, il est vrai, mais il est toujours de bon conseil… Par moments, certaines de ses idées ont vraiment fait la différence. C’est vraiment un génie, Scott a eu un rôle majeur dans la conception de ce nouvel album. Pour le côté « old-school », je n’ai rien d’autre à ajouter si ce n’est qu’il est dû au fait que nous avons composé cet album comme les autres… 

Le Death Metal de Benediction a toujours été marqué par ses accroches groovy, et ce nouvel album ne fait pas exception à la règle. 

Oui, c’est ça. Je veux que notre musique secoue nos fans… Benediction a toujours aimé jouer sur les nuances de tempo, l’inverse, je trouverais ça très ennuyant ! D’ailleurs, c’est pourquoi je ne suis pas fan de Napalm Death… Sur scène, le groupe ne fait pas vraiment dans la nuance, donc au bout de quelques titres, j’ai vraiment tendance à m’ennuyer. Chez nous, c’est différent, nous voulons alterner entre tempos rapides et tempos lents, de sorte à maintenir l’attention des spectateurs.

Au fil des années, as-tu vu un changement dans ta manière de composer et d’enregistrer ? 

Là où ça a vraiment changé, c’est vraiment au niveau de l’enregistrement. À l’époque, nous devions enregistrer avec les moyens du bord, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Aujourd’hui, il nous est possible d’enregistrer chez soi à partir de logiciels comme Cubase et de demander aux autres ce qu’ils en pensent, s’ils ont des idées à proposer pour la suite… En 2020, nous n’avons plus besoin d’être dans la même pièce pour enregistrer. Mais pour le style en lui-même, disons qu’il n’a pas réellement changé en soi. 

« Nous sommes Benediction, nous sommes inspirés par Benediction, et nous faisons du Benediction. C’est aussi simple que cela ! »

Est-ce que tu peux revenir sur la nouvelle section rythmique du groupe consistant en Dan Bate (basse) et Giovanni Durst (batterie)…

Ces deux gars ont apporté une nouvelle dynamique au groupe. Pour ce qui est de Dan Bate, il ne vient pas de la scène « Death Metal » au départ, mais je le connaissais depuis un moment. Nous avons déjà partagé quelques affiches ensemble, quand il était avec Blaze Bayley. Donc, ce n’est pas comme s’il m’était inconnu ! En tout cas, on ne peut nier que ces deux nouvelles recrues ont donné un coup de jeune à la formation. 

Quelles sont les thématiques abordées sur ce nouvel album ? De quoi Dave parle-t-il ? 

Quand Dave (Hunt) aimait beaucoup parler des tueurs en série, Dave (Ingram), lui, est plus dans la science-fiction… Il lit beaucoup de livres ! « Scriptures In The Scarlet » fait référence à Evil Dead, le film, « The Crooked Man » fait lui allusion à sa carrière au sein de Benediction, à ses hauts et à ses bas… « Interations Of I » parle, lui, du fait de faire au mieux dans ta vie, de sorte qu’elle soit la meilleure possible. Donc, je dirais qu’il n’y a pas vraiment de thématiques à proprement parler. Sur ce nouvel album, on parle des histoires de la vie, mais aussi de science-fiction. 

On parle beaucoup du Death Metal américain, mais la scène britannique vaut également son pesant d’or. Il y a vous, et aussi Bolt Thrower… Selon toi, quelles sont les grosses différences entre le Death Metal américain et le Death Metal britannique ?

(Il réfléchit) Je pense que le Death Metal américain est plus axé sur la vitesse, la technique, alors que nous, nous avons ce côté « Punk ». Dans le Death Metal britannique, tout est question de « feeling », et ce n’est pas forcément la technique qui prime chez nous. En tout cas, nous ne nous posons jamais la question de savoir si ce que nous jouons est assez technique, oui ou non. Tu sais, parfois les meilleurs guitaristes ne sont pas forcément les meilleurs compositeurs… Le Death Metal américain est à l’origine de morceaux très techniques, mais à mes yeux, ce ne sont pas les meilleurs. Je préfère Bolt Thrower ! Et en ce qui nous concerne, je dirais que l’on se situe entre les deux… Nous ne sommes pas très techniques et notre musique est plus du genre à te faire « jumper ». 

Pensez-vous pouvoir vous produire cette année ? 

Eh bien… Nous ne savons pas. Nous devions nous produire dans le cadre de quelques festivals cet été, mais tout a été annulé… Mais heureusement pour nous, la plupart des shows auxquels nous devions participer ont été reconduits à l’année prochaine. Nous devons jouer l’année prochaine dans le cadre du Netherlands Deathfest (du 30 avril au 2 mai à Eindhoven, ndlr) et autres festivals… En tout cas, si ces dates étaient appelées à être annulées, comptez sur nous pour qu’elles soient reconduites à une date ultérieure. Aussi, nous aimerions bien nous produire en France, mais je ne sais pour quelles raisons, nous ne recevons pas trop d’invitations de votre part. Et c’est vraiment dommage, car, à chaque fois que nous sommes venus en France, nous avons toujours été très bien accueillis !  


Benediction, c’est : 

Peter Rew : guitare 

Darren Brookes : guitare 

Dave Ingram : chant 

Dan Bate : basse 

Giovanni Durst : batterie 

Discographie : 

Subconscious Terror (1990)

The Grand Leveller (1991)

Transcend The Rubicon (1993)

The Dreams You Dread (1995)

Grind Bastard (1998)

Organised Chaos (2001)

Killing Music (2008)

Scriptures (2020)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.