La Belgique regorge de formations en quête de succès. Elle compte dans ses rangs Carnation, qui retourne les salles flamandes avec son Death Metal moderne, aux fondations old school, depuis 2013 maintenant. Le quintet a sorti le successeur de son premier méfait, Chapel Of Abhorrence (2018), mais c’est loin des scènes estivales que Simon Duson, chanteur du groupe, nous a prêté sa voix…

Par Thomas Deffrasnes / Photo Sarina Mannaert


Where Death Lies est votre nouveau fait d’armes qui sort ce 18 septembre chez Season Of Mist…

Cet album évoque une quête, qui appelle l’homme à se surpasser pour atteindre un état spirituel particulier. En ce qui concerne les paroles, nous les avons écrites une fois les compositions terminées. En fait, nous avons écouté l’ensemble en version instrumentale, afin de prendre conscience de l’atmosphère et des images que l’album dégage. Cela nous a permis de trouver le propos et de retranscrire ce sentiment en paroles : la réincarnation, l’immortalité, l’esprit qui nous habite tout au long de notre vie. J’aime rester dans un univers fictif. J’utilise la musique comme un moyen d’évasion, c’est pourquoi je ne traite pas de problèmes de société, ou politiques.

Peut-on considérer Where Death Lies comme l’opus de la maturité ?

Cet album est différent dans sa conception : nous n’avons pas essayé de faire du « titre à titre », mais plutôt un ensemble cohérent et singulier, ce qui en fait un opus clairement différent de Chapel Of Abhorrence ! Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est l’album de la maturité, mais il est plus travaillé, c’est clair !

Where Death Lies a été masterisé par Jens Bogren, une référence dans le milieu !

Tous les albums sur lesquels Jens Bogren a travaillé sont très simples à écouter, le mastering rend le tout plus limpide ! C’est pour ça que nous avons fait appel à ses services, nous voulions que nos fans puissent apprécier au mieux nos nouvelles compositions. C’est important, parce que nous savons que l’album sera écouté à partir de différentes plate-formes : CD, vinyle, smartphone…

L’artwork de l’album a été réalisé par Juanjo Castellano…

À chaque fois que nous proposons nos idées, il crée précisément ce que nous avions en tête ! C’est un travail de qualité, notamment grâce à l’utilisation d’une palette de couleurs très intéressantes. Les grands paysages tels qu’on peut les voir chez Necrophobic ou Emperor nous plaisent. Et nous y revenons facilement, tout en y incluant nos codes, notre univers, notre vision.

On imagine que la situation actuelle vous a amenés à revoir tous vos plans pour cette année…

Une grosse tournée était prévue. Elle a été reportée, mais nous n’avons aucune certitude quant au maintien des nouvelles dates annoncées. Pourtant, il est capital que nous tournions pour promouvoir l’album ! Nous n’avons aucune perspective avant 2021… Nous devions même nous produire au Party.San Metal Open Air en Allemagne cette année, un festival qui nous plaît beaucoup puisqu’il est axé Death/Black. Il aurait pu nous apporter une belle audience, mais hélas, ça ne se réalisera pas cette année…

Que pensez-vous de la scène Death Metal actuelle ?

Beaucoup de nouvelles formations sont intéressantes et d’autres, plus anciennes, continuent de proposer un contenu génial. Je pense que c’est un style qui continue à vivre, qui a su s’approprier une nouvelle énergie. Des groupes tout neufs tels que Skeletal Remains sont très bons. D’ailleurs, leur prochain album The Entombment Of Chaos sort dans quelques semaines. Ça va être une tuerie ! (interview passée en septembre, ndlr)


CARNATION

ORIGINE : Anvers (Belgique)

LINE-UP : Simon Duson (chant), Jonathan Verstrepen (guitare) Bert Vervoort (guitare), Yarne Heylen (basse), Vincent Verstrepen (batterie)

MERCH : www.carnationband.com

FACEBOOK : CarnationBE

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.