Retour au charbon pour Stubora qui n’a pas attendu la fin de la pandémie pour proposer du nouveau contenu. Le résultat s’intitule Vision Obscure, à considérer comme une sorte d’extension d’Horizon Noir, l’album que le trio a sorti en 2019… Pour en savoir davantage, nous nous sommes entretenues avec Cyril, chanteur et guitariste du groupe.

Propos de Cyril (chant, guitare) recueillis par Axl Meu


Comment vas-tu depuis la sortie d’Horizon Noir ? Les retours étaient-ils à la hauteur de tes espérances ? 

Oui, ils étaient assez unanimes, ce qui n’était pas gagné vu que le groupe aime beaucoup mélanger les styles. Donc, à sa sortie, nous avions hâte de reprendre la scène et de partager ces nouveaux morceaux. À cette fin précise, nous avions passé un temps fou à préparer notre set et avions même investis dans du nouveau matériel pour la scène. Bref, on était vraiment au point… Puis est arrivé le premier confinement, puis nos espoirs se sont tout simplement envolés. Et là, on s’est vraiment fait à l’idée qu’il n’y aura pas de concert avant la fin de l’année 2021… Malgré tout, nous voulions rester en contact avec notre public et travailler sur un nouvel EP à distance, puisqu’il était impossible pour nous de nous voir. C’était vraiment ça le « challenge » : travailler sur un EP tout en se fixant des limites de temps, ce que nous ne faisons pas en temps normal. Cette fois-ci, nous avons tout mis en œuvre pour que l’EP voie le jour le 30 novembre dernier.

Ce nouvel EP, c’est Vision Obscur. Peut-on dire qu’il s’agit là de la suite logique d’Horizon Noir ? D’ailleurs, les nouveaux morceaux étaient-ils tirés des sessions d’écriture d’Horizon Noir ? 

On aurait pu penser que le groupe a décidé d’inclure dans cet EP les morceaux qui n’avaient pas été retenus pour Horizon Noir. Mais non. À l’époque, si nous ne les avions pas retenus, c’est tout simplement parce qu’ils n’étaient pas à la hauteur. Au pire, nous aurions pu les retravailler, mais nous n’étions pas vraiment dans cette optique. Donc, nous avons décidé de repartir de zéro et composer des nouveaux morceaux dans leur intégralité, en reprenant des idées de riff qu’on avait depuis un moment. Les morceaux de Vision Obscure ont donc été écrits en début juillet pour un enregistrement au mois de septembre. L’EP est donc à prendre comme le deuxième chapitre de l’album. 

Comment avez-vous composé ces morceaux ? Avez-vous pu vous voir pour les composer ? 

En fait, puisque nous habitions loin les uns des autres, nous avons toujours pris l’habitude de préparer des maquettes à distance, de se les échanger, et de garder les meilleures idées. Donc, ça n’a pas changé pour cet EP. Le plus difficile a été pour la batterie, surtout les changements de rythmique, et tout ce qui s’en suit. Nous avons donc dû revoir notre manière de procéder pour échanger. Mais bon, les réseaux sociaux et les nouvelles méthodes de communication a facilité les choses ! Finalement, ça s’est relativement bien passé.

Chacun a donc enregistré ses parties chez soi… Ceci-dit, pour le chant, nous avons vraiment eu besoin d’un avis externe, donc encore une fois, nous avons dû nous concerter pour prendre les bonnes décisions. Finalement, enregistrer cet EP a été une expérience très enrichissante, car désormais, ça nous a conforté dans l’idée que nous pouvions continuer à avoir une activité de groupe, malgré la conjoncture actuelle. Certes, on n’a pas pu se voir « physiquement », mais nous avons quand même réussi à enregistrer un EP. 

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et intérieur

« Enregistrer cet EP (…) nous a conforté dans l’idée que nous pouvions continuer à avoir une activité de groupe, malgré la conjoncture actuelle »

Cet EP comporte donc 5 nouveaux morceaux, et un remix d’une autre de vos chansons. Encore une fois, votre style associe plusieurs style de Metal. Est-ce que tu peux développer à ce sujet ? 

En fait, concernant le style, on ne fixe vraiment aucun objectif. On compose à deux avec Mick (chant, basse), mais on ne se dit rien. Mais bon, vu qu’on a la même culture, on sait très bien que les idées vont correspondre. On prend vraiment les choses comme elles viennent… Il faut que le morceau en question nous plaise et qu’il corresponde vraiment à ce que l’on veut faire. Mais bon, en général, on ne sait jamais comment ça va sonner à l’avance. C’est pareil pour les textes… On attend de voir ensemble, et ensuite, on commence à réfléchir à une hiérarchie. Quand on a commencé à travailler sur l’EP, on ne s’est pas trop posé de questions… Mais en général, nous sommes toujours sur la même longueur d’onde, et ça se ressent même dans les textex, ce qui est plutôt amusant, car nous ne nous disons rien avant de nous voir ! 

Concernant les textes, vous êtes-vous inspirés du climat actuel ? Les thématiques sont, une nouvelle fois, très sombres…

Puisque l’EP se devait de s’incrire dans la lignée de l’album, nous avons plus ou moins décidé d’aborder les mêmes thématiques. Horizon Noir évoquait le futur, une futur loin d’être prometteur. Notre vision était pessimiste, mais nous étions loin de nous imaginer que le pire nous arriverait avec la pandémie, et tout ce qui s’en suit. Pendant le confinement, nous avons mis au point le texte du morceau « Existence… », qui exprime tout ce que l’on ressentait à ce moment-là… mais il y a aussi des morceaux qui font référence à l’histoire avec un grand H, comme « Atta. 451 ». En tout cas, comme beaucoup, nous ne nous attendions pas à être enfermés pendant aussi longtemps, et ça se ressent sur l’EP. 

Désormais, que comptez-vous faire ensuite ? Produire un nouvel EP ? 

Pour le moment, on attend, on ne sait rien. On se dit qu’il y a peut-être une chance que l’on réinvestisse la scène en septembre 2021, au plus tard. On aimerait, mais bon, ce n’est pas gagné. En tout cas, activement, nous réfléchissons à tout ce que nous pourrions faire entre maintenant et septembre prochain, proposer du contenu alternatif, des reprises… à voir comment les choses évolueront au fur et à mesure. 


Stubora, c’est : 

Niala Sabal : Batterie

Mick : Chant, Basse

Cyril : Chant, Guitare 

Discographie : 

‘Oropa’A (1998)

What We See Is Not What We Wanna See (2003)

Bleeding My World (2006)

The Almighty (2011)

Résurrection (2015)

Horizon Noir (2019)

Vision Obscure (EP-2020)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.