Rencontre avec One With Me, projet jusqu’alors instrumental aux influences Metal atmosphérique, Trip Hop Rock Prog’ mené en mode « one-man band » par Davy, le guitariste de Nornes. Emy Lies, sa quatrième production est disponible depuis peu, et à l’occasion de sa sortie, nous nous sommes entretenus avec lui ! Davy, tu as la parole !

Propos de Davy (tous les instruments) recueillis par Fred


Dans un premier temps, peux-tu nous présenter One With Me ?

One With Me est un « side-project » solo dans lequel je me suis lancé début 2000. C’est parti de l’envie de faire quelque chose où je maitriserais tout, sans apport d’autres musiciens. Bon, vingt ans après, je suis vachement moins absolu sur la question…

Comment situes-tu Emy Lies dans l’histoire de One With Me ? 

Emy Lies est une vraie étape dans mon parcours avec One With Me. Avec une réelle envie d’exposer le projet et de le faire exister en dehors de ma sphère. Cet état m’a entraîné à aller plus loin dans ma démarche en y ajoutant entre autre de la voix. Pour le coup, je suis un peu plus à l’écoute des suggestions sur des points où je n’ai pas d’avis tranché et quand ça ne transforme pas ce que j’ai envie d’exprimer. Après, c’est la perception extérieure de One With Me qui peut changer. One With Me, c’est avant tout « faire un avec moi », et donc sa forme dépendra de mes envies, de mon état d’esprit du moment. Il n’y a qu’un fil conducteur, c’est moi. Oui, c’est très « égocentré ». (rires !)

Quand as-tu envisagé d’inclure du chant à ce projet ? Est-ce quelque chose que tu avais imaginé en amont ?

J’avais en tête quelque chose de complet avec du chant dès le premier opus. Mais je m’étais heurté à ma propre limite et je n’avais pas cherché plus loin dans un premier temps. Après la sortie d’Autumn 16, It Cames From Ripping Us Appart, je me suis rapidement dit que j’y reviendrai pour la suite. L’écriture d’Emy Lies a été déclenchée par un événement. D’ailleurs, la première chose que j’ai produite était ce texte. Et pour moi, il fallait qu’il soit chanté.

Le chant est dans une dimension aérienne et très mélancolique. Comment conçois-tu celui-ci ?

Depuis le début du projet, j’aspirais toujours à avoir un ensemble complet. D’ailleurs, presque tous mes morceaux étaient accompagnés de textes. J’aime les belles voix comme celles de Jonas Renkse (Katatonia), Tom Yorke (Radiohead), Jonsi (Sigur), Jan K Transeth (In The Woods). Il y a un « truc » chez eux qui me touche. Tu sais, ce « truc » qui rend leur musique et leur interprétation tangible. C’est ce dont je suis à la recherche.

« One With Me, c’est avant tout « faire un avec moi », et donc sa forme dépendra de mes envies, de mon état d’esprit du moment. »

D’où vient la mélancolie que l’on retrouve dans ta musique ? 

Je pense que j’intériorise pas mal ce que je ressens, comme beaucoup, tu vas me dire… One With Me est une façon pour moi de me confier. Mes références originelles venaient du Romantisme, de Caspard Friedrich en peinture et de My Dying BrideAnathemaSaturnus côté musique. Après, je me suis laissé porter par des groupes comme KatatoniaIn The WoodsGreen Carnation, mais aussi la Cold Wave de The Cure et le Trip-Hop. 

C’est ton comparse Romain de Nornes qui officie sur « Virgo » et Guillaume de Letters Written on Dead Leaves sur « Emy Lies ». Comment ton choix s’est-il porté sur ces deux voix ?

J’avais dans l’idée – faute de trouver un chanteur stable pour rejoindre le projet – d’inviter plusieurs voix. Rom m’a aidé à poser les lignes de chant en répétition chez moi. J’ai adoré entendre sa voix sur « Virgo ». Pour Guillaume, on se connaît depuis qu’on partage des dates. Jamais on n’avait eu l’occasion de collaborer, et finalement, cela est venu autour d’une discussion lors d’un concert. Je ne saurais que trop les remercier pour ce qu’ils ont apporté à cet EP.

Quelques mots sur la composition. Comment procèdes-tu ?

Cela vient d’une idée à la guitare qui tantôt se transforme en ligne de clavier. Mais c’est vrai qu’avant Emy Lies ma façon de composer était telle que j’avais du mal à imaginer comment placer du chant. Chose que j’ai dû prendre en compte pour cet EP. Et Désormais, je pense à la voix dès le début, et je vois ensuite comment axer les arrangements. 

Envisages-tu de passer le cap du live et celui d’un album full-length ?

Bien sûr, j’aimerais jouer les morceaux en live. Déjà, par besoin « égoïste » et viscéral de ressentir les vibrations. Et puis, parce que ça permet d’exister, enfin un peu plus qu’au travers d’un CD ou d’un MP3 ! La situation actuelle est incertaine, mais le recrutement est en cours. Pour l’album, il est en cours d’écriture, et il avance bien.


One With Me, c’est : 

Davy : tous les instruments 

Discographie : 

Tout à Coup Décroché des Cieux (EP-2001)

Atlas (EP-2013)

Autumn 16, It Cames From Ripping Us Appart (EP-2015)

Emy Lies (EP-2020)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.