C’est à la suite d’une longue remise en question que les Britanniques de To Kill Achilles nous sont revenus avec leur nouvel album, leur deuxième, Something To Remember Me By : un opus sur lequel il a nous semblé bon de revenir avec la formation tant que son contenu émotionnel est intense. Les amateurs de Metalcore mangé à la sauce Shoagaze devraient l’aimer ! 

Propos de Mark Tindal (chant) recueillis par Axl Meu 


Comment vous sentez-vous malgré la conjoncture actuelle ? Êtes-vous optimistes pour la suite ?

Oui, quand même. Je veux dire, même si 2020 a ruiné l’industrie musicale, je pars du principe qu’il sera possible de tout remonter dans un avenir plus ou moins proche. C’est tout de même assez difficile pour le monde, et j’espère que tout reviendra dans l’ordre le plus vite possible, le cas inverse, la situation sera encore plus désastreuse. En tout cas, nous espérons que nous pourrons quand même donner quelques concerts cette année…

Vous arrivez avec votre deuxième opus, c’est Something To Remember Me By… Comment expliquez-vous que l’on ait dû attendre presque huit ans pour tenir le successeur d’Existence entre nos mains ?

En fait, notre line-up a beaucoup évolué entre la sortie de nos deux albums. À l’époque, nous avions un autre chanteur, un autre batteur. Bref, le groupe n’avait presque rien à voir ! Par exemple, à l’époque, j’étais le clavier du groupe, désormais, je suis le chanteur à temps plein et nous avons un nouveau batteur. Donc, à partir de cette nouvelle base, nous avons pensé reprendre, repartir sur de nouvelles bases solides, et évoluer. Bref, le nouveau To Kill Achilles n’a rien à voir avec l’ancien. 

Pourquoi n’avez-vous pas changé le nom du groupe pour finir ? 

Lors de nos tournées, nous avons été amenés à faire beaucoup de rencontres. Et puis, quand on y regarde de plus près, le line-up actuel du groupe comporte encore trois membres originaux, et, finalement, c’est un peu comme si le noyau dur du groupe était resté le même. Donc, par peur que l’on ne se souvienne plus trop de nous, nous avons préféré ne pas changer de nom de groupe.

Quel a été le point d’ancrage à Something To Remember Me By ?

C’est assez triste, mais je suis toujours parti de l’idée que plus personne ne se souviendrait de moi une fois mort… J’ai toujours aspiré à composer un album qui fasse date, dont les gens parleraient encore après ma disparition. C’était un peu ça l’idée. Écrire un album qui passe à la postérité, un album dont on se souviendra à l’avenir ! 

Mark, tu es le chanteur principal de l’album. Dans ta voix, il y a quelque chose de très poignant, comme si tu chantais avec tes tripes. C’est notamment le cas sur « Luna et Altum ». Pourquoi es-tu si émotif dans ta manière de chanter ? 

Ta remarque me fait vraiment plaisir… Car c’est vraiment ce dont j’étais à la recherche ! Notre musique peut paraître agressive à première vue, mais elle est bourrée en émotions. Je suis de ceux qui pensent que crier permet de faire ressortir tout ce que l’on refoule au fond de soi. Et je voulais aussi que chacun puisse comprendre tout ce que je ressentais au moment d’enregistrer l’album. Tout simplement être vrai. Mais, j’ai tellement donné de ma personne en criant sur cet album que je ne suis plus sûr de pouvoir réitérer l’exploit à l’avenir. (sourire téléphonique)

Peut être une image de 5 personnes, barbe, personnes debout et plein air

« Je suis de ceux qui pensent que crier permet de faire ressortir tout ce que l’on refoule au fond de soi ! »

Dans votre musique, vous semblez incorporer différents éléments de style. Par exemple, sur le morceau « Black Marble », on y retrouve un côté « shoegaze » à la « Alcest »… Est-ce que vous assumez cette identité sonore ?

Oui, vraiment. On assume ce côté « shoegaze », et, je dois avouer que mon album préféré de tous les temps est Peripheral Vision de Turnover… Bref, j’ai toujours adoré ce style de musique, bien que je n’aie jamais vraiment évolué dedans. Finalement, quand nous avons composé le morceau « Black Marble », c’est comme si nous avions mis en avant cette partie-là de notre personnalité ! 

Il me semble que Something To Remember Me By est un concept-album. Est-ce que tu saurais m’en dire plus à ce sujet ? 

Dans Something to Remember Me By, nous suivons l’itinéraire d’un gars qui se réveille le jour de son 25e anniversaire, qui réalise par la suite qu’il a de vrais problèmes avec l’alcool. Et le reste de l’album, nous le suivons dans son combat. On voit quand il est au plus bas, mais aussi quand il essaie de reprendre sa vie en main. En fait, le but de l’album n’est pas d’encourager les gens à suivre le même schéma de vie que ce personnage, mais plutôt de briser un tabou, et justement, d’encourager à parler de ces problèmes liés à l’addiction, à la dépression… 

Pour concevoir cet album, vous êtes-vous inspirés de la vie d’un de vos proches ? Avez-vous connu des gens qui ont rencontré ce genre de problèmes ? 

Eh bien, en fait, par le biais de cet album, c’est un peu comme si on parlait de nous. Par exemple, indirectement, le morceau « Black Marble » évoque un moment où j’étais dans le déni de mon âge, comme si je refusais de vieillir… « Beautiful Mourning » lui, parle de la disparition d’un mes proches, de mon deuil. Nous avons voulu y développer tout un tas d’émotions pures. 

To Kill Achilles vient de franchir une nouvelle étape avec ce nouvel album. Vous avez un nouveau label, Arising Empire, un line-up consolidé… Tout ce dont vous aviez besoin pour reconquérir votre public ! 

Oui, ça va le faire. Something To Remember Me By est sensiblement différent par rapport à notre premier opus, mais à mon sens, les fans des débuts devraient tout de même s’y retrouver, car le noyau du groupe est toujours présent comme je t’ai dit tout à l’heure ! Et qui sait ? Peut-être que ceux qui n’avaient pas aimé notre premier opus aimeront celui-ci ? Les dés sont jetés !

Avez-vous commencé à vous pencher sur la suite ? 

On a commencé, oui ! Mais pour le moment, nous ne savons pas exactement quand le prochain album va sortir. C’est dans les papiers, nous avons quelques idées de composition, mais c’est tout ! Pour te rassurer, nous n’attendrons pas dix ans cette fois-ci ! (Sourire téléphonique)


To Kill Achilles, c’est : 

Mark Tindal : chant 

Shaun Lawrence : guitare

Marc Sharp : guitare

Matthew Tippett : basse

Kieran Smith : batterie 

Discographie : 

Existence (2013)

Something To Remember Me By (2021)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.