Souvenez-vous, auteur d’un premier album en 2019, Brutalism – déjà hébergé chez les Acteurs de l’Ombre Productions – Mur était parvenu à ébranler les codes des musiques extrêmes par le biais de chansons chaotiques et expérimentales, à mi-chemin entre le Post-Hardcore et le Black Metal… Toujours dans la même optique, la formation francilienne nous a donné rendez-vous avec un nouvel EP, Truth, sur lequel nous nous sommes entretenus.

Propos de Julien Granger (batterie) recueillis par Baldric Auvray


Vous vous apprêtez à sortir Truth, un EP qui arrive un an et demi après Brutalism, votre premier album. Que s’est-il passé pour vous entre temps  ?

Julien Granger (batterie) : Nous avons publié un single en août 2020, Black Core. Il n’a bénéficié  que d’une sortie digitale ainsi que d’un clip. Nous avons été vraiment ravis du résultat. Malheureusement, la promo de Brutalism commençait tout juste lorsque la situation sanitaire s’est dégradée. Nous avons donc pris le temps d’écrire. Il y a eu beaucoup de travail en studio.

Mur existe depuis maintenant dix ans mais votre musique semble encore en pleine évolution. Pensez-vous que cet EP témoigne d’une certaine consécration à ce niveau ?

Mur ne cessera d’évoluer. Nous ne sortirons pas deux fois le même disque. En revanche, oui, nous sommes arrivés à ce que nous voulions avec ce disque. Il répond aux attentes que nous avions en entrant en studio. La musique de Mur n’a jamais été stéréotypée, mais avec Truth nous avons pris un réel plaisir à faire exister des pans entiers de notre culture musicale aux côtés du Black Metal qui nous est si cher.

Cet opus parle de l’effondrement : l’effondrement de soi, l’effondrement du monde. Pourriez-vous nous en dire plus ?

L’effondrement du monde commence avec l’effondrement de l’individu. Et l’effondrement de l’individu commence avec le renoncement de l’amour-propre. Ce dernier n’est en rien un danger lorsqu’il est sain. Il est si facile de se laisser aller à l’approximation, à l’adoption d’idées et de postures que l’on consomme sans les penser. Prendre soin de soi et rayonner. Rien d’exceptionnel mais une vision critique à emprunter qui me semble salvatrice.

Comment avez vous composé l’EP ? Avez-vous procédé différemment par rapport aux autres antérieurs ?

Nous avons procédé comme toujours. Nous composons par petits groupes. Nous ajoutons les pierres à l’édifice à mesure que nous nous approprions le morceau sur lequel nous travaillons. Nous composons les morceaux sur la base d’une ou deux idées que nous pensons suffisamment riches pour porter la structure principale du morceau. Cette partie du processus passe beaucoup par l’exploration du potentiel de chaque idée en répétition, à deux ou trois instruments. Ensuite, nous déclinons et arrangeons chaque partie afin d’écrire des chansons. 

Le son Mur est facilement reconnaissable. De qui vous êtes-vous entouré pour les prises de son et le mixage ?

Nous avons réalisé les prises nous-mêmes. Puis avons confié le mixage à Yacine Mdarhri Alaoui qui fait partie de notre équipe live et avec qui nous avons enregistré Brutalism. Le mastering a été réalisé par Francis Caste du Studio Sainte Marthe. Notre son nous appartient. Nous ne savons pas encore où nous réaliserons la suite, mais cette couleur unique propre à Mur nous suivra, quoi qu’il arrive.

« L’effondrement du monde commence avec l’effondrement de l’individu. Et l’effondrement de l’individu commence avec le renoncement de l’amour-propre »

La pochette de l’EP peut être surprenante au premier abord avec ses couleurs vives. Que représente-t-elle ? D’où vous est venue cette idée ?

Alex et moi nous occupons de l’intégralité de la direction artistique de Mur. Lorsqu’il a proposé le titre « Truth » pour l’EP, cela m’a paru comme une évidence. Le cercle coloré au centre de la pochette provient d’un cliché de l’explosion de Trinity, le premier essai nucléaire jamais réalisé. Le monde a perçu une vérité ce jour-là. Sans doute pas la plus agréable, mais cette expérience a changé à jamais le rapport de l’humanité à la finitude.

La parenté visuelle très frappante entre ces images issues des premières milli-secondes de l’explosion et une forme organique, voire cosmique, universelle, nous intéressait beaucoup. Nous avons donc travaillé à créer une composition sur la base de couleurs et de dorures. Car tout le propos de ce disque est de proposer une alternative à la fin. Le chemin nous intéresse. Ce chemin qui est celui du renouveau du pacte de l’âme, qui n’a rien à voir avec le fait religieux. Quoi de mieux que des couleurs pour fabriquer l’écrin que ces morceaux méritent.

Truth se termine sur une longue piste éponyme uniquement instrumentale, aux sonorités « Synthwave ». Parlez-nous un peu plus de ce morceau, de sa création et de sa place dans l’EP...

Thomas (Zanghellini, basse), Alex (Michaan, claviers) et moi-même avons travaillé à ce morceau avec l’objectif d’une approche instrumentale « jouée » et non « programmée », comme on pourrait l’attendre des musiques électroniques d’aujourd’hui. Truth a été réalisé à partir de longues phases d’improvisation avec Alex en particulier. 

Nous avions fini de pré-produire les autres « tracks » du projet, mais savions déjà que nous voulions un morceau avec cette couleur. Nous avons cherché et finalement adopté ces parties qui nous ont tant surpris. Le « track » se termine sur un motif issu d’un morceau de Debussy, « Des pas sur la neige », qui nous semblait parfaitement s’accorder avec l’atmosphère et le thème de ce disque. Le romantisme de Truth et sa sensualité faisaient partie de ce que nous voulions. Le thème-même de ce morceau est la fusion. La fusion des sonorités, des corps, des âmes.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Poursuivre la promo de ce disque. Préparer un set qui nous permettra de repartir sur la route aussi vite que possible, et notre agent y travaille. Enfin, poursuivre la composition de nouveaux morceaux. Nous avons repris le studio, même si nous ne l’avons jamais vraiment quitté. Le projet suit sa route et prend de l’ampleur. 


Mur, c’est : 

Thomas Zanghellini : Basse 

Julien Granger : Batterie 

Benjamin Leclere : Guitares 

Benjamin Gicquaud : Guitares 

Alexandre Michaan : claviers 

Jay Moulin : chant 

Discographie : 

Mur (2014-EP)   

Brutalism (2019)  

Black Core (2020-single)  

Truth (2021-EP) 

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.