Grand patron de la scène Thrash Metal « revival », Evile avait réussi à imposer son style dans les années 2000 avant de disparaître des écrans radar après la sortie de Skull en 2013. Finalement, courant 2018, le groupe annonce son grand retour avant de remanier son line-up deux années après. Ol Drake remplace son frère au chant et se lance sur l’enregistrement d’un cinquième et tant attendu album, Hell Unleashed. Un opus qu’a bien voulu nous présenter Ben Carter, le batteur du groupe.

Propos de Ben Carter (batterie) recueillis par Axl Meu 


Enfin ! Hell Unleashed est le premier album qu’Evile sort en huit ans. Comment te sens-tu quelques jours avant sa sortie ? 

Je suis vraiment impatient qu’il sorte. Huit ans que nous n’avions rien sorti… Ce n’est pas rien ! 

Pourquoi Evile a-t-il pris autant de temps pour accoucher du successeur de Skull ? 

C’est juste la combinaison de plusieurs choses. Certains d’entre nous ont des enfants, traverser de mauvaises passes… Aussi, à l’époque, notre contrat avec Earache Records avait pris fin avec Skull. On avait juste tout simplement voulu faire une pause, mais finalement, il s’avère qu’elle a été plus longue que prévue.

Ol Drake avait quitté le groupe en 2013 avant de le rejoindre à nouveau en 2018. En 2020, c’est son frère qui décide à son tour de jeter l’éponge. Néanmoins, plutôt que d’engager un nouveau chanteur, Ol a décidé de reprendre le chant, faisant de lui à la fois le soliste et le chanteur du groupe. 

Matt a préféré se focaliser sur sa vie personnelle et sur sa santé. On a continué comme ça. Pour nous, c’était une formalité qu’Ol passe au chant.

Dans une autre entrevue, Ol m’a avoué qu’il ne voulait pas recruter de nouveau chanteur, car il pensait que cela nuirait à l’identité du groupe. À la place, vous avez préféré recruter un nouveau guitariste, Adam Smith. Qui est-il ? 

C’est un guitariste anglais qui n’habite pas très loin de chez nous. Il officie également à la guitare dans un groupe qui s’appelle RipTide… C’est un grand fan d’Evile, donc, autant dire que ça a facilité les choses.

Adam devait vraiment être heureux de rejoindre ce groupe qu’il affectionne autant. 

Oui, il était très enthousiaste à l’idée de faire partie d’un groupe qu’il a toujours écouté. Et je peux le comprendre ! Nous, nous ne nous considérons que comme une bande de potes qui joue de la musique ensemble, mais quand tu es déjà fan du groupe que tu rejoins, tout de suite, c’est différent.

Est-ce que tu peux me présenter ce nouvel album, Hell Unleashed ?

Je dirais tout d’abord que l’on voulait revenir au Thrash Metal rapide et agressif de nos débuts, style que nous avions clairement délaissé sur nos dernières réalisations, au profit de morceaux plus « mid-tempo » comme « In Memoriam », « Tomb » et « Cult ».

Dirais-tu que, toi-même, en tant que batteur, tu as décidé de placer la barre plus haut ? 

Oui. D’ailleurs, je ne me suis jamais trouvé aussi performant que sur cet album. J’ai adoré « performer » sur cet album… Les morceaux sont peut-être difficiles à jouer, mais ils sont très « fun »… En tout cas, j’ai vraiment hâte de monter sur scène pour délivrer toute leur puissance ! Ces morceaux m’ont clairement poussé à donner le meilleur de moi-même. 

Parlant « performance », n’a-t-il pas été difficile pour Ol d’endosser la casquette et de soliste et de chanteur ?

Non, non. Pas vraiment. C’est un musicien si talentueux qu’il saurait s’adapter à n’importe quelle situation. Il lui a juste fallu prendre le temps d’intégrer tout un tas de techniques de chant, de respiration… Mais une fois qu’il avait digéré tout cela, c’était devenu si naturel pour lui de chanter. Après, pour ce qui est de chanter et de jouer de la guitare en même temps, c’est une autre chose, mais ça sera intéressant de voir comment il se débrouillera sur scène !  

« On voulait revenir au Thrash Metal rapide et agressif, style que nous avions clairement délaissé sur nos dernières réalisations »

Sur le morceau « Gore » figure l’acteur Brian Posehn. Quelques mots à ce sujet ? 

Brian ? C’est un ami à nous, mais aussi un très grand fan du groupe ! D’ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’il assure les backing-vocals sur un de nos morceaux. Il l’avait déjà fait pour le morceau « Cult » (Five Serpent’s Teeth, 2011). Malgré notre « break », il est toujours resté en contact avec le groupe et, finalement, quand nous lui avions proposé d’assurer les backing-vocals pour le morceau « Gore », il a tout de suite marché ! Naturellement, COVID-19 oblige, il n’est pas venu nous rejoindre au studio, ce qui nous a amenés à procéder par échange de mail, mais ça l’a fait. En tout cas, s’il est dans les parages, tu peux être sûr qu’on l’invitera sur scène !

Vous avez repris le morceau « Zombie Apocalypse » de Mortician. Pourquoi ce morceau et non pas un autre ? 

Tout simplement parce qu’elle suivait bien avec le reste des morceaux de l’album. En général, Matt est bon pour écrire des paroles profondes, libres de sens… Mais pour cet album, il a décidé d’écrire des textes bien plus directs, notamment en lien avec le jeu-video Doom, le film The Thing de John Carpenter… Et finalement, on a vite pensé que ça le ferait si on intégrait un morceau sur les zombies. Après, il faut quand même avouer que le ‘’groove’’ de « Zombie Apocalypse » est terrible, ce pourquoi nous l’avons repris. En général, quand les groupes reprennent des morceaux, ça part directement dans les bonus, mais pas pour nous ! 

En général, ce qui ressort de l’album, c’est cette volonté de renouer avec l’énergie du Thrash classique tout en sonnant moderne. C’est bien ça ? 

Oui. Notre premier opus, Enter The Grave, était vraiment agressif, très « old-school » dans ses sonorités. Néanmoins, quand tu écoutes Skull, tu te rends compte que l’ensemble est très moderne. Et je pense sincèrement que Hell Unleashed est le parfait mélange entre ces deux albums. Ça sonne de manière « old-school » tout en restant « moderne ».

En tant que batteur, tu arrives quand même à t’entraîner régulièrement malgré la situation actuelle ? 

C’est vrai que, pour les autres membres, c’est plus facile. Ils n’ont qu’à prendre une guitare et jouer quelques accords. Pour moi, c’est plus difficile, ma batterie étant située à l’autre bout de la ville. Ce n’est que lorsqu’il m’a fallu enregistrer mes parties que j’ai eu accès à ma batterie. Donc, il a fallu faire vite, me renseigner, travailler l’ensemble en amont. Je pense que c’est un peu pareil pour les autres batteurs. Par moments, quand on n’a pas sa batterie à proximité, il peut être difficile de ne pas perdre la main ! 

D’ailleurs, comment ça s’est passé au studio d’Andy Sneap ?

Oui, voilà, cette fois-ci, nous avons décidé d’enregistrer l’album aux Backstage Studios d’Andy Sneap. Et pour la production, nous avons fait appel à Chris Clancy plutôt qu’à Russ Russell. Ce dernier ne pouvant pas nous produire, le choix de Chris s’est imposé de lui-même. C’est quelqu’un avec qui il a été agréable de travailler…  À noter qu’Andy Sneap n’était jamais très loin non plus pour nous donner quelques conseils ! 

J’ai appris par le biais d’une autre interview qu’Evile ne voulait pas donner de concert en « stream », tout simplement parce que la formation préférait présenter sa nouvelle version à un « vrai » public… C’est bien ça ? 

Oui, voilà. Je suis de ceux qui pensent que la performance en « stream » desservirait le propos et l’énergie du groupe. Tout le monde peut mettre des caméras dans son studio de répétition et jouer. Mais franchement, est-ce que le rendu sera d’aussi bonne qualité dans une vraie salle avec un vrai public ? Je ne pense pas ! Aujourd’hui, il nous faut tout simplement être patient ! 


Evile, c’est : 

Ben Carter : Batterie 

Ol Drake : Lead-Guitars / Chant 

Joel Graham : Basse 

Adam Smith : Guitare 

Discographie :

Enter The Grave (2007)

Infected Nations (2009)

Five Serpent’s Teeth (2011)

Skull (2013)

Hell Unleashed (2021)

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.